la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 1232944
Aujourd'hui : 506
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, 12 décembre 2018

Fonderiales à La Clusaz les 9 & 10 mars prochains

dimanche, 2 décembre 2018

Fonderiales à La Clusaz (74) les 9 & 10 mars 2019

mardi, 27 novembre 2018

Metaldays : ce qu'ils en ont pensé

lundi, 26 novembre 2018

Je n’ai pas pu visiter « l'Usine Extraordinaire » du Grand Palais -

il fallait une invitation !!! Il parait que l’Industrie du Futur, c’est déjà aujourd’hui !

En plein cœur de Paris, une chaîne de montage automatisée, entourait des imprimantes 3D, des postes de réalité immersive… Hébergée sous la monumentale nef du Grand Palais, cette « Usine extraordinaire » a offert un aperçu très réaliste, ouvert à tous, des coulisses de l’usine du futur, mêlant lignes de production en marche, rencontres avec des ingénieurs et chef d’ateliers, présentation de machines monumentales, conférences… La fonderie de Cléon avait envoyé un moule de carter moteur et la FFF moulait des Rafale (s). Assurément, jeunes et moins jeunes, qui connaissent peu ou pas du tout ce qui se cache derrière les murs d’une usine auront été bluffés. Efficiente, précise, sûre, misant sur la complémentarité de l’intelligence humaine et de la puissance des technologies cette usine est un monde résolument tourné vers le futur, qui n’aurait rien à envier aux charmes des start-up de la silicon valley.

L’usine extraordinaire existe vraiment L’exposition n’est qu’un révélateur. Un reflet d’un réel déjà là. L’usine extraordinaire n’est pas un fantasme : elle existe, sur le territoire français. Nous nous avons visité la fonderie de Cléon vendredi.

Votre avis sur la prestation de la profession ?

mardi, 20 novembre 2018

Une véritable usine au Grand Palais du 22 au 25 nov ... et des coulées ... de Rafale(s).

Bruno Granjean président de la FIM aux Echos : C’est une véritable usine installée au Grand-Palais (Paris) du 22 au 25 novembre, avec des machines, des robots, des process industriels, puis également les femmes et les hommes de l’industrie. Nous avons voulu montrer la réalité de l’industrie à ceux, qui, souvent, l’ignorent, essayer de retisser un lien cassé entre les Français et leurs usines. Nous voulons toucher l’opinion publique pour faire en sorte qu’on arrête de penser que les carrières dans l’industrie ne sont pas nobles et n’ont pas d’avenir. »

TRANSFORMATION « Tout n’est pas non plus rose dans les usines. Mais, globalement, la pénibilité a fortement déserté les usines. Aujourd’hui, nos machines sont connectées, sont numériques, nous avons des robots, des outils qui nous permettent de construire des postes beaucoup plus attractifs et ouverts aux femmes. Il y avait un véritable retard là-dessus dans les usines. On voit toujours ça comme un monde d’hommes, de costauds. »

DÉSINDUSTRIALISATION « La France a perdu 600 usines depuis 2008. Il y a une terrible saignée. Mais il reste un tissu industriel assez dense et très riche, constitué notamment de beaucoup d’ETI. L’industrie française recrute chaque année 200.000 personnes du fait du renouvellement des générations. On a inversé la courbe, on a arrêté de détruire des emplois depuis 2017. C’est sans doute insuffisant mais, aujourd’hui, l’industrie recrée quelques emplois. Mais nous avons beaucoup de difficultés à embaucher, le système détourne les jeunes des formations qui intéressent les industriels. »

lundi, 19 novembre 2018

Image satellite de la Statue of Unity

NEW DELHI: Planet Labs, premier réseau mondial de satellites commerciaux, a publié une image satellite de la Statue of Unity au Gujarat, récemment inaugurée par le Premier ministre Narendra Modi . « A 597 pieds, la statue indienne de l'unité est maintenant la plus haute statue du monde et est clairement vue de l'espace! Image oblique SkySat capturée aujourd'hui, le 15 novembre 2018 », a déclaré la chaîne sur Twitter.

La plus haute statue du monde a été inaugurée par le Premier ministre Modi, son 143ème anniversaire de naissance. Nommé Statue de l'Unité, il est situé sur l'île de la rivière Sadhu Bet près de Rajpipla, dans l'État du Gujarat.

À deux fois la taille de la Statue de la Liberté à New York, il a fallu environ 3 000 crore et 42 mois pour le terminer.

Il a été conçu par Ram Vanji Sutar, récipiendaire de Padma Bhushan et Padma Bhushan, qui a également créé la statue de Mahatma Gandhi au Parlement indien. Fabriqué par le géant de la construction, L & T, le revêtement en bronze de la statue a été moulé par la fonderie chinoise Jiangxi Tongqing Metal Handicrafts.

lundi, 12 novembre 2018

Pour célébrer la paix et la fin de la Première Guerre mondiale

les églises de France avaient été sont appelées à faire sonner leurs cloches à toutes volées durant onze minutes, à 11 h, ce dimanche 11 novembre 2018. Ouest France

C’est à 11 h exactement, le 11 novembre 1918, que l’Armistice de la Première Guerre mondiale (signé peu après 5 h dans la forêt de Compiègne) entrait en vigueur.

Quatre ans plus tôt, le 1er août 1914, le tocsin avait sonné dans tous les villages de France pour annoncer la mobilisation générale.

« En faisant sonner toutes les cloches pour le centenaire, nous voulons envoyer un signe de paix fédérateur, fort et nécessaire. Ce sera un devoir de mémoire en même temps qui fera hommage au sacrifice des soldats de la Grande Guerre », indique Paul Bergamo - président du GIHEC : Le Groupement des installateurs d’horlogerie d’édifices et équipements campanaires (Gihec) regroupe 23 entreprises qui représentent 90 % de l’activité du marché des campanistes de l’Hexagone.

samedi, 10 novembre 2018

Sur la place du 11 nov à Cormeilles en Parisis

Le Parisien - L’historique monument aux morts de la ville a été entièrement rénové à l’occasion du Centenaire de la Grande guerre. « C’est du beau travail », s’exclame Robert en scrutant le monument aux morts. Après un mois et demi de rénovation, la statue « La Gloire » trône de nouveau sur la place du 11-Novembre à Cormeilles-en-Parisis. C’est une fonderie de Seine-et-Marne qui s’est occupée de retirer la crasse et l’oxydation mais aussi de consolider certaines soudures malades et de lui redonner sa patine originelle.

La statue sera officiellement dévoilée à la population samedi à 15 heures. « C’est le patrimoine historique de la ville. ça fait longtemps qu’on y pensait parce qu’on ne voyait plus grand chose avec les affres du temps. Le Centenaire de la Grande guerre était une bonne occasion de le faire », confie le maire (LR) Yannick Boëdec.

L’occasion également de remettre en lumière l’histoire de cette oeuvre. Elle avait été commandée par la ville au sculpteur Paul-Albert Bartholomé et acquise à bas coût grâce aux relations amicales qu’entretenait ce dernier avec Louis Gonse, maire de la ville durant la Grande guerre et critique d’art. Inaugurée le 17 octobre 1920 en présence de nombreuses personnalités, cette sculpture haute de 2,25 m et pesant plus de 500 kg, coulée dans les ateliers de la célèbre fonderie Hébrard, est en réalité extraite d’un ensemble plus vaste composé par l’artiste pour le tombeau de l’écrivain Jean-Jacques Rousseau au Panthéon.

L’oeuvre originale est aujourd’hui conservée au musée d’Orsay. Faite de plâtre, elle comporte trois personnages féminins. C’est l’un de ses derniers, tenant une couronne de lauriers au-dessus de sa tête, qui est représenté sur la statue exposée à Cormeilles-en-Parisis. Les noms des soldats morts sont apposés en 1954 « Notre monument représente la dignité dans la douleur et l’adversité, explique Catherine Clément, responsable de la maison du patrimoine cormeillais Aux musées réunis. Bartholomé a choisi de réaliser un monument simple et modeste, qui tranche par cette sobriété avec de nombreux monuments aux morts de l’Hexagone aux représentations guerrières et triomphantes ou aux femmes et orphelins éplorés et larmoyants. »

En 1954, les abords du monument ont été réaménagés pour permettre l’installation de dalles d’ardoise d’Angers (Maine) portant les noms des soldats décédés durant les deux premières guerres mondiales.

Deux répliques de « La Gloire » existent en France : une de même taille à Saint-Jean-d’Angély (Charentes-Maritimes) et une autre plus petite à Plazac (Dordogne).

jeudi, 1 novembre 2018

La statue la plus grande du monde en Inde: Statue of Unity

NEW DELHI: La statue la plus haute du monde (de Vallabhbhai Patel) sera inaugurée aujourd’hui (à l’occasion du 143ème anniversaire de la naissance du premier vice-Premier ministre de l’Inde) par le Premier ministre Modi sur l’île du fleuve Sadhu Bet près de Rajpipla, dans l'État de Gujarat.

Conçu par: Pad Van Shut et Padma Bhushan, récipiendaires, Ram Vanji Sutar, qui a également créé la statue de Mahatma Gandhi au Parlement indien. Qui l'a fabriqué? L & T, le géant indien de la construction. La fonderie chinoise Jiangxi Tongqing Metal Handicrafts (ou la fonderie TQ Art) a été choisie par L & T pour mouler le revêtement en bronze. Eversendai, basé en Malaisie, qui a construit les célèbres édifices Burj Al Arab et Burj Khalifa de Dubaï, s'est vu confier le contrat pour la charpente en acier.

Comment cela a été fabriqué: La réplique finale en bronze de Sutar, mesurant 30 pieds, a été remise à L & T. Il a été scanné en données électroniques et finalement converti en une grille de données pour la conception de 182 m. Les données ont ensuite été transmises à la fonderie pour la coulée des gaines de bronze finales. (Pensez à assembler un millier de pièces d'un puzzle en 3D).

Matériaux de construction utilisés: 5 700 000 kg d'acier de construction; 18 500 000 kg de barres en acier renforcé; 22 500 000 kg de ciment; 1 700 000 kg de bronze; 1 850 000 kg de bardage en bronze; 5 000 000 kg de fer provenant de paysans indiens dans le cadre de la «campagne de Loha».

Effectif de la construction: 3 400

La construction est terminée à: 33 mois

Hauteur totale: 208 m (hauteur de la base de 58 m + hauteur de la statue de 182 m)

Peut supporter: Une vitesse du vent allant jusqu'à 50 m / s; Séismes d’une magnitude de 6,5 sur l’échelle de Richter, à une profondeur de 10 km et dans un rayon de 12 km de la statue.

Coût: Rs 2.989 crore

Coût de fonctionnement et de maintenance: 65 Crore de Rs sur 15 ans / 43,8 Crore de Rs par an / ou 12 Lakh par jour.

Qui va le financer? Gouvernement central; Cinq PSU – ONGC, HPCL, BPCL, Indian Oil, OIL – auraient injecté un crore combiné de 146,83 Rs vers le projet dans le cadre de la RSE; vente de billets dans le futur; d'autres sources de revenus telles que l'hôtel 3 étoiles Shrestha Bharat Bhavan à 128 clés, construit près de la statue.

Prix des billets: Selon les informations recueillies, 120 Rs pour un Indien adulte et 350 Rs pour entrer dans la galerie de visionnage.

Retombées prévues: 15 000 touristes par jour.

Controverses: L'ACG remet en question la décision des PSU d'allouer des fonds de RSE, les villageois protestant contre la destruction des ressources naturelles par le mémorial, le coût de la statue pouvant avoir utilisé l'argent des contribuables. Cet article est apparu en premier (en Anglais) sur THE TIMES OF INDIA

dimanche, 28 octobre 2018

Casting Arts - Liberty Arts

Ils ne sont pas si fous ces Américains !! Ils ont des idées ? Chiche on les copie :

SAMEDI 17 NOVEMBRE, NOUS FERONS FONDRE 3 000 KG DE FONTE À 1500 DEGRÉS EN PLEIN MILIEU DE DURHAM CENTRAL PARK. CELA SEMBLE FOU ? C'EST JUSTE CE QUE NOUS FAISONS POUR LE PLAISIR. Si vous n'avez jamais vu un Iron-Ballet. Pour, pensez à ce ballet rocailleux où tous les danseurs sont vêtus de casques et la tête aux pieds dans les cuirs, dansent autour d'un four rugissant et versent du métal rouge vif dans des moules.

Il y aura des camions de nourriture, des camions de bière, des objets d'art et d'artisanat à vendre et de la musique. Apportez une couverture et des chaises. Mettez-vous à l'aise et amusez-vous. Les fournaises seront allumées vers 15 heures, mais il y a beaucoup à faire à l'avance.

Ateliers Scratchblock

Vous pouvez en faire partie en créant votre propre bloc de travail. Nous avons fabriqué plus de 300 moules en sable que vous pouvez gratter - nous avons tous les outils dont vous avez besoin. Apportez juste votre imagination. Vous pouvez nous regarder verser la fonte liquide dans votre moule et l'emmener le lendemain. Nous ne voulons pas de mains brûlées samedi ! Le calendrier de l'atelier est le suivant: Le 1er novembre de 16h30 à 19h

Lire la suite...

- page 1 de 61