la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 9431
Aujourd'hui : 944
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, 10 avril 2019

Hausse ou baisse du pouvoir d'achat ?

Selon l'étude de P. Herlin rapportée dans "Pouvoir d'achat, le grand mensonge", les consommateurs seraient gagnants sur les produits technologiques (ex les ordi) et les vêtements, par contre ils seraient perdants sur l'immobilier et l'automobile.

jeudi, 4 avril 2019

Retraites chapeaux : un parfum d'ancien monde

La retraite n'est pas le bon outil pour valoriser la performance des chefs d'entreprise.

La rente que devrait toucher Tom Enders après son départ d'Airbus est scandaleuse. Un encadrement supplémentaire pour accélérer la fin des abus s'impose. (photo piwi) Que vont décider les actionnaires Renault.

3D Métal Industrie, la fonderie du futur se lance dans la fabrication additive à Charleville

l' Ardennais - À gauche, Renaud Mignolet, le président de 3D Métal Industrie, au côté de Nicolas Grosdidier, le président du comité local de l’UIMM. - MS

Six fondeurs, un bureau d’études et la fédération de la métallurgie lancent 3D Métal Industrie, société de production de moules et noyaux en sable par impression additive.

inoui : " Sept fonderies ardennaises vont investir 1,2 million d'euros dans une machine 3D sable"

L'usine nouvelle _ Après avoir expérimenté l'impression 3 D durant trois ans au sein de la plateforme additive Platinium 3 D, sept fonderies ardennaises ont décidé de se projeter dans la phase industrielle en créant la société 3D Metal Industrie. Avec à la clé un investissement de 1,2 million d'euros dans ce projet. Sept fonderies ardennaises vont investir 1,2 million d'euros dans une machine 3D sable Sept fonderies ardennaises ont mutualisé leurs moyens pour fonder une nouvelle société de production, 3D Métal Industrie. © D.R. (photo piwi) C'est un cas unique en France : sept fonderies ardennaises ont mutualisé leurs moyens pour fonder une nouvelle société de production, 3D Métal Industrie, laquelle va investir 1 259 000 euros dans l'acquisition d'une machine 3D sable afin de fabriquer des moules et des noyaux de sable en impression 3D et créer un pôle d'ingénierie spécialisé dans la conception et la mise au point des solutions. 3D Métal Industrie a décidé de faire appel à la technologie ExOne par l'achat d'une machine Smax Furane qui pourra produire des moules allant jusqu'à des dimensions de 1 800 x 1 000 x 700 mm. Elle sera installée en juin prochain.

Soutenue par un bureau d'études et la Fédération de la métallurgie, cette SAS au capital de 440 000 euros a été constituée après dix mois de gestation par La Fonte Ardennaise, la Fonderie Béroudiaux (filiale du groupe Bouhyer), les Fonderies Vignon, les Fonderies Nicolas, la Fonderie Rollinger, la Fonderie Rocroyenne d'Aluminium et RM Technologies. Toutes ces PME sont aussi associées à une holding financière regroupant dix actionnaires majoritairement ardennais, soucieux du développement de leur territoire et qui ont mobilisé des fonds privés pour accompagner une structure qui s'inscrit dans l'industrie du futur et marque une véritable rupture technologique avec les procédés traditionnels.

Un gros espace de marchés "Cette technologie qui révolutionne la fonderie permet de fabriquer vite et mieux plusieurs pièces de fonderie dans différents alliages et sans coût d'outillage. On va ainsi offrir aux partenaires associés dans ce travail en réseau des perspectives de diversification sur des marchés à forte valeur ajoutée tout en leur permettant d'être plus compétitifs, performants et réactifs et de réaliser des économies de transport. Il y a beaucoup d'opportunités que ce soit dans la fabrication de pièces nouvelles ou très complexes comme dans l'after market, c'est à dire les pièces de rechange. En plus des pièces, on va aussi pouvoir vendre un service ou une fonction", explique Renaud Mignolet, désigné président par les membres du conseil d'administration, qui espère décrocher des marchés conséquents avec les usineurs et les secteurs automobile, poids lourd et ferroviaire.

3D Métal Industries s'installera en mai 2019 sur le Parc d'activités du Val-de-Vence à Charleville-Mézières (Ardennes) dans deux bâtiments situés à proximité des différentes sociétés partenaires et loués par Proteame, une société d'économie mixte d'aménagement. La machine 3 D sable y sera installée en juin.

"Le projet est solide, l'intérêt certain et les perspectives de développement prometteuses. L'objectif est d'atteindre un chiffre d'affaire d'un million d'euros d'ici cinq ans et c'est largement réalisable", a estimé Nicolas Grosdidier, patron de la Fonte Ardennaise, une des sept entreprises à avoir œuvré dans ce business plan.

mercredi, 3 avril 2019

Les syndicats redoutent la cession par Saint-Gobain de Pont-à-Mousson à des Chinois

les Echos - Les syndicats redoutent la cession par Saint-Gobain de 60 % de sa filiale au leader chinois des canalisations en fonte, XinXing.

Ils brandissent le risque que les emplois et le savoir-faire français partent en Chine.

Géant des canalisations en fonte ductile pour le transport de l'eau potable, Pont-à-Mousson, qui a rejoint le giron de Saint-Gobain il y a 49 ans, détient 50 % du marché européen et 10 % du marché mondial des canalisations en fonte ductile pour le transport de l'eau potable.

Le PDG de Saint-Gobain, Pierre-André de Chalendar, avait annoncé en février des résultats annuels grevés de 2 milliards d'euros de dépréciations d'actifs, dont une partie concernait Pont-à-Mousson, à la peine face à la concurrence des canalisations en fonte à bas coût chinoises et indiennes. Le patron du groupe s'était efforcé de rassurer, promettant que l'objectif était de redresser la rentabilité de sa filiale, pas de céder ce leader qui a rejoint le giron du groupe il y a 49 ans

Le cours du palladium s'effondre

Composant des pots catalytiques, il permet de réduire la toxicité des gaz d'échappement des moteurs.

Les consommateurs refroidis par le "dieselgate" ont tendance à à favoriser les voitures à essence. L'industrie automobile développe donc des nouveaux modèles dans lesquels elle utilisera du platine moins cher .

1 600 dollars l'once pour le palladium, c'était plus cher que l'or - 500 dollars en 2016 -

mardi, 2 avril 2019

Gilets jaunes: et si l’industrie détenait la solution ?

L'Opinion - Le déclin industriel de la France depuis vingt ans explique en partie la crise sociale actuelle. Mais la révolution industrielle à venir peut aussi y répondre, si le pays s’en donne les moyens Dans le cadre du Grand débat national, les professionnels de l’industrie demandent ce mardi au gouvernement de prendre de nouvelles mesures pour réindustrialiser les territoires, en particulier en baissant les impôts de production.

Dans la vie, il y a des trains qu’il ne faut pas louper. Depuis vingt ans, la France court après son renouveau industriel. Il est aujourd’hui à portée de mains. Dans le cadre du Grand débat national, les industriels de l’Hexagone (représentés par leur organisation professionnelle France Industrie) demandent ce mardi au gouvernement d’aller plus loin dans sa politique de réindustrialisation des territoires, en diminuant les taxes pesant sur la production des entreprises, notamment la cotisation foncière, et en créant des zones franches.

Cet appel peut sembler cocasse : alors que les Gilets jaunes plaident pour un allègement de la fiscalité des ménages et une meilleure répartition des richesses, une demande d’allègement de la fiscalité des entreprises est-elle audible ?

Territoires. Il faut en tout cas l’écouter. D’abord parce que la crise sociale actuelle s’explique en partie par le déclin industriel du pays depuis vingt ans. Un chiffre résume cette déchéance : la part de l’industrie dans la richesse produite en France est passée de 20 % en 2000 à 12 % aujourd’hui. Sur la période, le pays a perdu près de 900 000 emplois industriels. Il s’agissait de postes salariés stables, en moyenne mieux rémunérés que la moyenne,

Automobile : les ventes de diesel d'occasion en chute libre

TOUT LE MONDE EN PARLE Les professionnels n'ont vendu qu'un peu plus de la moitié de leurs stocks en 2018. Les arguments du diesel ne semblent plus convaincre les consommateurs, au grand dam des pouvoirs publics et des constructeurs.

jeudi, 28 mars 2019

MBF Aluminium (39) se prépare à entrer en Bourse

Pour suivre la demande des constructeurs auto, MBF Aluminium se prépare à entrer en Bourse - Les Echos MBF Aluminium une fonderie d'aluminium pression.

Le carnet de commandes de la fonderie d'aluminium sous pression est plein pour plus de sept ans. Elle prévoit 50 embauches. Sept ans après sa reprise par l'homme d'affaires italien Gianpero Colla au groupe Arche, l'entreprise MBF Aluminium a doublé sa production, de 22 à 45 tonnes par jour, et prépare son introduction en Bourse pour mi-2019. Le carnet de commandes de cette fonderie d'aluminium sous pression est rempli pour plus de sept ans auprès de clients constructeurs automobiles. Le chiffre d'affaires qui a atteint 41 millions d'euros en 2018 devrait passer à 70 millions d'euros en 2022, d'après les commandes signées.

Depuis 2012 CMV aluminium, le holding qui porte MBF Aluminium - dont Gianpero Colla détient 90 % du capital - aurait injecté 10 millions d'euros pour revoir l'organisation industrielle, déployer un plan de formation et renforcer le bureau d'études.

Partenariat avec Renault

Un partenariat a été lancé en 2017 avec Renault pour la fourniture d'un carter entrant dans la motorisation de ses futurs véhicules hybrides. En vitesse de croisière, MBF Aluminium en livrera 350.000 par an. « C'est la première fois que Renault confie les parties pièce brute et pièce usinée d'un produit semi-fini à un fournisseur », se félicite le directeur général Manuel Martins. MBF Aluminium livrera aussi à partir de juin 2019 des pièces de boîtes de vitesses à PSA, à Valenciennes puis en Autriche. L'entreprise travaille également sur des projets avec deux constructeurs allemands pour des pièces de structure de leurs véhicules.

Mondial de l'auto : 2018, l'an I de la révolution électrique

A Saint-Claude, MBF Aluminium emploie 300 personnes et 50 embauches sont prévues d'ici 2022 pour honorer les commandes. Le projet d'introduction en Bourse doit aussi permettre à l'entreprise d'envisager des opérations de croissance externe pour répondre à la demande des constructeurs auto. « Notre produit, l'aluminium, est recyclable à l'infini, léger et doté de caractéristiques mécaniques importantes, nous sommes en plein dans l'air du temps », estime le président de MBF.

Monique Clémens

lundi, 25 mars 2019

Qui reprendra les fonderies ?

Le tribunal de commerce de Lyon doit se prononcer aujourd’hui sur les offres de reprise de la Fonderie Alu d’Ingrandes.

Leurs collègues de Poitiers se pencheront également sur la reprise de la Fonderie Fonte mardi 26 mars.

- page 2 de 141 -