la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 43854
Aujourd'hui : 547
En ligne : 4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, 6 août 2019

La production automobile française va brutalement décrocher en 2020

Les Echos - Julien Dupont-Calbo Peugeot 2008, Renault Clio… Les fabrications de plusieurs modèles importants chez Renault et PSA sont en train de quitter l'Hexagone. Des départs concomitants qui vont faire baisser d'un coup et de 20 % la production automobile hexagonale l'an prochain. Les rares usines de constructeurs étrangers installées sur le territoire n'inverseront pas la donne. Le niveau se stabilisera dans les prochaines années autour de deux millions d'unités par an.

La production automobile française va chuter de plus de 20 % l'an prochain.

L'automobile est une affaire de cycles, et certains sont plus enthousiasmants que d'autres. Après une éclaircie de quelques années qui a permis à l'Hexagone de remonter sur le podium européen de la production de voitures , la France va connaître un brutal coup d'arrêt l'an prochain. Le niveau de production de l'ensemble des usines automobiles va chuter de 22 % en 2020, selon les données du cabinet IHS compilées pour « Les Echos ».

lundi, 5 août 2019

Ferrari, exception de l'automobile mondiale

Les Echos - Alors que l'industrie automobile plonge dans le marasme, le fabricant italien de bolides de luxe continue d'avancer à triple galop : ses ventes progressent, la rentabilité suit. Un exemple insolent pour les concurrents du Cheval Cabré, qui, à l'instar d'Aston Martin, peinent à afficher un tableau de bord aussi rutilant. Piwi-photos : un excellent souvenir du marchand de sable à Maranello - Bientôt 10 000 voitures /an.

samedi, 3 août 2019

Delle Fonderie Industrielle a cessé son activité d’usinage

L'Est Républicain - Sur les 18 salariés, 16 ont fait l’objet d’un licenciement économique. Un salarié a accepté un reclassement dans le Jura et un autre se trouve encore sur le site pour la logistique, jusqu’à la fin de l’année. Les grilles de l’entreprise DFI ont fermé le 31 juillet. Les grilles de l’entreprise DFI se sont fermées. Photo ER /Myriam BOURGEOIS

Dès le mois d’avril, le syndicat CGT le dénonçait, « avec force » : les salariés de DFI, venaient d’être informés d’un projet de cessation d’activité de leur entreprise prévue pour le 31 juillet. Et la cessation de l’activité usinage-parachèvement a bien eu lieu. Le 31 juillet, les grilles de l’usine de la rue des Parcs, qui appartient au groupe ID-Casting, se sont fermées. Cette décision a été prise suite aux difficultés financières annoncées par la direction.

Déjà en 2015 , l’activité fonderie avait été transférée à l’usine Siobra à Arbois, suivie du licenciement de cinq salariés.

Lire la suite...

lundi, 29 juillet 2019

Vieille ferraille : des conditions attachées à l’exportation réclamées

Defi-media - FERNANDO THOMAS - Contact: f.thomas@defimedia.info - Vieille ferraille Le vol de vieille ferraille, comme tel a été le cas entre 2005 et 2008, est redouté par des propriétaires de fonderie. Ces derniers réclament des conditions rattachées au commerce de ces métaux, telles que la soumission de certificat de moralité, la sélection des métaux, ou encore l’affichage du tonnage et du montant de la vente à l’échelle internationale. Cela, afin de lutter contre le blanchiment d’argent.

L’interdiction sur l’exportation de la vieille ferraille a été levée comme préconisé dans le Budget 2019/2020. Les responsables de fonderie se réjouissent de cette mesure mais émettent des réserves. L’un d’eux avance que « le gouvernement doit imposer des conditions lors de la commercialisation de vieille ferraille, qui comprend des métaux tels que le fer, l’aluminium, le cuivre, le laiton et le bronze ». Ceci, précise-t-il, dans le but d’éviter des vols de métaux.

« L’exportation de la vieille ferraille doit se faire d’une façon structurée : les collecteurs doivent impérativement présenter un certificat de moralité lors de la vente. Ensuite, il doit y avoir une sélection des métaux. C’est-à-dire, ne pas autoriser les alliages afin que le propriétaire puisse réclamer l’objet en cas de vol », explique-t-il. Un autre gérant de fonderie demande à ce que le montant de vente à l’échelle internationale soit affiché afin de lutter contre le blanchiment d’argent.

Pour rappel, le 30 juin 2016, l’exportation de vieille ferraille a été interdite par le conseil des ministres. Le dossier serait actuellement au State Law Office (SLO) et la loi régissant son exportation pourrait être introduite à l’Assemblée nationale « dans environ deux semaines ». Maurice dispose actuellement d’environ sept fonderies. La vieille ferraille est commercialisée en fonction de sa pureté. Plus la matière est pure, plus le prix flambe ! Son prix oscille entre Rs 3 000 et Rs 5 000 la tonne

samedi, 27 juillet 2019

Renault resiste et limite les dégâts sur la première moitié de 2019

Les Echos - Julien Dupont-Calbo - Fortement pénalisé par la déconfiture de son partenaire Nissan, dont il détient 43 %, le bénéfice net du Losange a chuté de moitié sur les six premiers mois de l'année. Le constructeur français a limité le recul de sa marge opérationnelle (de 6,4 % à 5,9 %) mais il a revu sa prévision de chiffre d'affaires, qui devrait désormais « être proche de l'an dernier ». Des résultats « aidés par la comptabilité », soulignent des analystes.

Renault revoit à la baisse son objectif de chiffre d'affaires annuel

« Renault résiste ».

Lire la suite...

vendredi, 26 juillet 2019

Pour les spécialistes du carter cylindre en fonte, la situation est extrêmement préoccupante

Georg Fischer en fin d'année 2018 a désinvesti ses 2 fonderies fonte historiques : de Mettmann (6 lignes de moulages automatisées, 1.100 employés et 200.000 tonnes de fonte GS par an) et

de Singen (plus que 3 grosses lignes de moulage automatisées, la DISA ayant été démantelée en 2017, 1.000 personnes et 190.000 tonnes de fonte GS par an), et qui vient d'annoncer la mise en vente de sa dernière fonderie fonte GS du secteur automobile en Europe...

Pour les spécialistes du carter cylindres en fonte, la situation est extrêmement préoccupante :

Halberg vient d'annoncer une vague de 20% de licenciements (200 personnes), ce qui questionne le sauvetage imaginé par Avir Guss et qui promettait en décembre dernier de ne pas licencier. Eisenwerk Brühl ne publie pas de chiffres semestriels et Fritz Winter, qui est pourtant deux fois plus gros avec ses 471.000 tonnes annuelles, non plus. Le spécialiste allemand de l'usinage de carters cylindres Weber Automotive (EUR 300 millions de CA par an) vient d'annoncer début juillet sa mise en faillite. Bref, les perspectives du secteur ne sont pas terribles.

Qui arrêtera les GAFA ?

L'Opinion - Catch me if you can

Monopole, vie privée, fiscalité... Qui arrêtera les GAFA? Après l’Europe, les Etats-Unis commencent à enquêter sur les pratiques des géants du numérique et même à les sanctionner. Sans parvenir à les ébranler jusqu’ici.

LE BELIER recule dans le sillage de son point d’activité semestriel

Entreprises & marchés -

Le Bélier baisse de 4,33% à 28,70 euros sur la place de Paris, dans le sillage de son point d’activité du premier semestre 2019. Ainsi, le spécialiste en fonderie aluminium pour l’industrie automobile a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 167,6 millions d'euros sur la période, soit une baisse de 10,8% sur un an. Corrigé des variations du prix de l'aluminium et du change, le chiffre d'affaires ressort en recul de 10,4 %. Dans son communiqué, Le Bélier évoque un " contexte automobile mondial 2019 tendu, marqué en particulier, et pour la première fois, par un recul des ventes en Chine ".

Dans ce contexte, le groupe anticipe un Ebitda en recul significatif sur le semestre. Au regard du niveau d'activité, l'équipementier automobile indique que des réductions de coûts ont été mises en œuvre. Elles verront leur plein effet courant du second semestre 2019.

Enfin, l'objectif de 400 millions d'euros de chiffre d'affaire à moyen terme est maintenu. Automobile - Equipementiers

Lire la suite...

jeudi, 25 juillet 2019

Les fondeurs du Poitou écrivent au ministre de l'économie et de l'industrie

France Bleu - les représentants du personnel de l'ex-fonderie Fonte s'adressent à Bruno Le Maire. Dans la missive, les élus syndicaux évoque l'inquiétude des salariés quant à l'avenir de leur usine. Malgré la reprise récente par le groupe Anglo-Indien Liberty GFG, le site de Liberty Foundry Poitou (nouveau nom de la fonderie du Poitou fonte) connait de "graves difficultés mettant en péril des centaines d'emplois", explique les expéditeurs du courrier en préambule.

Alors que Renault s'était engagé à maintenir les volumes de commandes, le site qui fabrique des carters moteurs diesel pour Renault, Fiat et Suzuki à Ingrandes sur Vienne voit ses stocks s'amonceler. La promesse d'une diversification tarde également à venir : toujours pas de nouveaux équipements pour de nouvelles productions. Bref, les élus du Comité d'entreprise réclament au plus vite, l'aide politique, pour assurer les engagements pris lors de la reprise.

La Nouvelle République : « Lors de la reprise par Liberty le 1er mai 2019, Renault s’était engagé à un volume nécessaire pour le fonctionnement sur une seule ligne en 3x8 au lieu de deux lignes dans un fonctionnement normal, également en 3x8. À ce jour, nous connaissons une forte baisse des volumes de la part de Renault qui fait monter les stocks de carters moteurs en interne, les performances industrielles sont au rendez-vous. »

« Les marchés pour de nouvelles pièces n’arriveront pas du jour au lendemain, Renault doit donner suffisamment de volume pour que l’entreprise puisse se diversifier. Le comité d’entreprise rappelle que les volumes garantis par Renault commenceront à baisser dès 2021. »

Les élus du comité d’entreprise de Liberty Foundry Poitou « ne resteront pas les spectateurs de la situation de déclin programmé du site ». Ils en appellent au ministère : « Nous vous demandons d’agir politiquement pour garantir des perspectives industrielles dans l’entreprise. »

mercredi, 24 juillet 2019

Nissan sur le point de supprimer 10.000 emplois

Les Echos - Le constructeur japonais pourrait annoncer des réductions d'effectifs deux fois plus importantes que prévu. Hiroto Saikawa, son PDG, peine à définir une stratégie de relance. Le bénéfice d'exploitation chute de 90 % lors du premier semestre

Mercedes voit son étoile pâlir Daimler, propriétaire de Mercedes, affiche sa première perte depuis dix ans. Le groupe, désormais dirigé par Ola Källenius, a subi des frais exceptionnels liés au Dieselgate mais pâtit surtout du retournement du marché automobile mondial. Et ce alors que les marges sont mises sous pression en raison de lourds investissements réclamés par l'électrification des gammes.

PSA défie la crise de l'automobile Sur les six premiers mois de l'année, le constructeur tricolore a dégagé des résultats records malgré la baisse de ses ventes : son bénéfice opérationnel courant a augmenté de 10,6 %, à 3,3 milliards d'euros, portant sa marge à 8,7 %. La rentabilité de PSA évolue depuis quelques trimestres à des niveaux historiques.

La crise, quelle crise ?

Lire la suite...

- page 2 de 144 -