la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 67550
Aujourd'hui : 809
En ligne : 4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, 6 juin 2019

Fiat Chrysler retire son offre sur Renault

De quoi rassurer nos amis et commentateurs du blog. A la demande de l'Etat français, le conseil de Renault a repoussé sa décision sur l'offre de mariage à 50/50 émise par le constructeur italo-américain. Un nouveau conseil doit se tenir dans quelques jours. Nissan, qui détient 15% du Losange, ne valide pas non plus pour le moment l'opération. Fiat-Chrysler a retiré sa proposition dans la foulée, constatant que les conditions politiques n'étaient pas actuellement réunies.

mardi, 4 juin 2019

SKTB, c’est fini : le tribunal prononce la cessation d’activité

Le Républicain lorrain La cessation de l’activité de l’usine SKTB, à Gorcy, s’accompagnera de 42 licenciements. Photo RL /René BYCH Photo HD La cessation de l’activité de l’usine SKTB, à Gorcy, s’accompagnera de 42 licenciements. Photo RL /René BYCH

SKTB à Gorcy, c’est fini ! Ce lundi après-midi, le tribunal de commerce de Val-de-Briey a prononcé la cessation d’activité de l’entreprise spécialisée dans la production d’aluminium. La décision sera effective à compter de minuit. Elle intervient alors même qu’un repreneur s’était fait connaître depuis le 17 mai : le groupe anglais Liberty House. Les conditions n’ont, semble-t-il, pas été réunies pour garantir la reprise. Cette conclusion s’accompagne du licenciement des 42 salariés qui exerçaient encore sur place.

lundi, 3 juin 2019

FRANCE HÉLICES INVESTIT UN MILLION D'EUROS À CONCARNEAU

Implantée dans la zone de Kersalé, France Hélices a décidé de voir plus grand, pour accompagner son développement. Celui-ci passe par trois axes : agrandissement, nouvelles machines et recrutement. Actuellement, le bâtiment occupe une surface de 1 500 m², dont 1 000 réservés à l'atelier. Un investissement lourd qui s'accompagne d'un renouvellement de certaines machines avec par exemple, un tour à commandes numériques pour près de 200 000 euros.

Point de vue

de l'ancien patron de Saint Gobain , Airbus et PSA .

mardi, 28 mai 2019

General Electric va supprimer plus de 1.000 emplois à Belfort

Les Echos - Pas moins de 1.050 emplois, dont 800 dans la branche turbines à gaz, vont être supprimés dans le département, auxquels s'ajoutent 250 dans les fonctions supports. La direction du site, qui emploie 4.400 personnes au total, a fait part ce mardi des modalités du plan social annoncé il y a quelques mois par le conglomérat américain.

C'est donc environ un quart des effectifs du site de Berfort qui sont concernés par ces suppressions de postes. « Promesses non tenues Lors du rachat des activités énergie d'Alstom, fin 2015, General Electric s'était pourtant engagé à maintenir les emplois pendant au moins trois ans et à réaliser 1.000 embauches nettes sur la même période. Sous peine, le cas échéant, de devoir verser une pénalité de 50.000 euros par emploi non-créé.

lundi, 27 mai 2019

Renault & Fiat-Chrysler veulent fusionner ...

Les Echos - .... pour créer le n° 1 mondiale de l'auto : un Airbus de l'automobile. Ce partenariat pourrait apporter à Renault un accès au marché américain d'où il est absent. Le nouvel ensemble tournerait autour d'une quinzaine de millions de véhicules avec une quinzaine de marques allant de Renault à Fiat et Nissan en passant par Alfa Roméo, Mitsubishi , Dacia, Chrysler, Jeep, RAM ou d'autres . Renault est pionnier du véhicule électrique et dispose d'un accès à l'Asie grâce à son partenaire Nissan... lequel devra partager son point de vue sur l'intérêt du deal.

La chaleur fatale de la fonderie PSA de Charleville (08) valorisée

L'Usune Nouvelle -

Récupérer la chaleur fatale d’une fonderie pour alimenter le réseau de chaleur de la ville voisine, l’idée n’est pas nouvelle. Volkswagen le fait depuis 2016 dans la ville de Poznan (Pologne), avec Veolia. PSA suit l’exemple dans sa fonderie de Villers-Semeuse (Ardennes) via un contrat de performance énergétique signé le 28 mars 2017 avec Dalkia. La filiale d’EDF s’est engagée sur dix ans à récupérer et valoriser la chaleur de la fonderie de PSA, soit 28 gigawattheures par an, qui seront injectés dans le réseau de Charleville-Mézières, situé à côté. " C’était une belle opportunité. On améliore ainsi notre compétitivité en apportant un complément de revenus à l’entreprise. Par les temps qui courent, c’est bien aussi de réconcilier l’économie et l’écologie ", estime Stéphane Gelas, le directeur du site PSA, où travaillent 1 793 personnes, qui a donc vu installer entre août et octobre 2018 dans son usine d’énormes absorbeurs métalliques sur les toits servant à capter la chaleur qui s’échappe des neuf fours, et une chaufferie biomasse de 800 kilowatts.

Lire la suite...

mercredi, 22 mai 2019

A quoi ça sert l'Europe ? A sauver l'industrie du vélo

La Story, le podcast quotidien d'actualité des « Echos » raconte comment l'Europe a su se mobiliser pour empêcher la disparition d'une industrie : celle de la petite reine, la bicyclette. On a tous un souvenir de vélo. Plus ou moins ancien, plus ou moins douloureux… C'est sans doute le loisir et l'un des sports les plus populaires en Europe. Avant les années 80, son industrie était florissante en France. En ces années de prospérité les marques nationales, comme Gitane ont produit, jusqu'à 350.000 bicyclettes par an.

Mais ça, c'était avant. Avant que ne déferle les vélos asiatiques, notamment les cycles taïwanais. En 2018, l'île a exporté plus de 2,2 millions de vélos classiques. Pourtant, le secteur a résisté en Europe. Parce que les industriels inquiets se sont unis pour alerter, à la fin des années 80, la Commission européenne. Et surtout, que celle-ci a répondu présent.

Elle a réagi en taxant l'importation de vélos chinois et taïwanais. Endiguant le flux entrant et protégeant environ 110.000 emplois en Europe. Grâce à cela, on fabrique toujours des vélos en France, ou plutôt on les assemble. Parce que du métal aux cadres eux-mêmes, les éléments de base viennent, eux, sans surprise, d'Asie…

lundi, 13 mai 2019

International : vers un accord commercial entre les États-Unis et la Chine ?

JT France 2

Le président américain Donald Trump veut croire qu'un accord commercial est possible avec Pékin. Des négociations ont lieu en ce moment.

Il y a un an, Donald Trump, le président américain, imposait des taxes douanières sur les produits importés de Chine et d'Europe. Ces taxes ont-elles favorisé la production américaine et fait baisser le déficit commercial ? C'était en tout cas l'objectif de Donald Trump. Dans l'Ohio, une fonderie fabrique de l'acier 100% américain. Elle fond des axes de wagons de chemin de fer usagés. L'acier retravaillé servira à renforcer le béton des constructions.

Le protectionnisme favorise certains secteurs mais en met d'autres en difficulté

Lire la suite...

Ingrandes : les invisibles de la crise des Fonderies du Poitou

La Nouvelle Républiqque ingrandes.webp Les Fonderies du Poitou ont été reprises le 2 mai.

Intérimaires et sous-traitants, ils étaient mis de côté dans le plan de reprise des Fonderies du Poitou. Désormais, ils espèrent retravailler avec Liberty House. L’espoir du retour aux fonderies

Lire la suite...

- page 2 de 142 -