la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 63689
Aujourd'hui : 643
En ligne : 13

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, 19 juillet 2019

Bénéfice net en fort repli pour Georg Fischer au 1er semestre

Zone Bourse - Zurich (awp) -

Touché par le ralentissement conjoncturel, Georg Fischer a vu son élan coupé au 1er semestre. Affichant des ventes et des commandes en repli, le groupe industriel schaffhousois a dégagé un bénéfice net après minoritaires de 101 millions de francs suisses, amputé de pas loin d'un tiers sur un an.

Entre janvier et fin juin, le chiffre d'affaires s'est contracté de 20,1% à 1,9 milliard de francs suisses, a indiqué jeudi le groupe établi à Schaffhouse.

Le tassement, reflet d'un environnement économique devenu difficile au gré des incertitudes géopolitiques, du conflit commercial sino-américain, des tensions au Moyen-Orient et du Brexit, illustre également la cession fin 2018 des fonderies allemandes de Singen et Mettmann, explique Georg Fischer (GF). Les deux usines dégageaient des revenus de 350 millions de francs suisses.

Lire la suite...

vendredi, 12 juillet 2019

La facture sociale du recul du diesel inquiète

L'Argus - Le recul du diesel menacerait près de 15 000 emplois en France.

Selon la DGE (Direction générale des entreprises), une cinquantaine d'entreprises de la filière diesel en France se trouvent dans une situation de difficulté sérieuse face à la transition de l'industrie automobile vers d'autres sources d'énergie. « Nous avons identifié dans l'ensemble des sous-traitants de la chaîne diesel, un premier quart qui a un vrai risque parce que très lié à ce type de motorisation », a pointé Thomas Courbe, directeur général de la DGE, lors de la présentation à la presse de son rapport annuel. On évoque tout de même 54 sites, pour 13 400 emplois environ.

Un autre quart des entreprises exposées « doit évoluer, mais cette évolution apparaît possible si elle est accompagnée », a affirmé Thomas Courbe, qui a estimé que la moitié des entreprises restantes devrait « réussir à s'adapter ».

« Nous concentrons nos efforts sur les deux premiers quarts », a-t-il précisé, avant de poursuivre : « Toutes les entreprises ont été vues pour faire un bilan de leur situation et essayer de mettre en place des solutions individuelles pour les aider ».

Rappelons qu’en 2013, 67% des voitures immatriculées en France étaient équipées de moteurs diesels, contre seulement 35% ces derniers mois. Une baisse importante est constatée en Europe et vu les prises de position des différents gouvernements et de la Commission européenne, il y a pour l’heure peu de chance que cette tendance s’inverse. En effet, le plus strict pragmatisme économique, dans certains cas de figure, se heurte au spectre de l’interdiction de circuler dans les villes.

A-t-on vraiment besoin de plus de confirmations ?

Cette communication de la DGE vient renforcer l’analyse prospective sur les impacts de la construction automobile sur l'emploi et les besoins de compétences, réalisée fin 2018 à la demande de l'Observatoire paritaire des métiers de la métallurgie, par le cabinet MBJ, en partenariat avec la Plateforme de la filière automobile (PFA), la Fédération de la plasturgie, la Fédération des équipementiers (FIEV) et la Chambre syndicale de la métallurgie. Les estimations du risque sur l’emploi étaient dans le même ordre de grandeur, l’étude pointant que les spécialistes du diesel n’étaient pas les seuls menacés, évoquant ainsi les secteurs de l’usinage, de la fonderie ou du traitement de surface, par exemple. La nécessité d’accompagner cette mutation avec d’importantes formations et des réorientations de carrière était aussi mise en avant.

Cette analyse confirmait déjà une étude réalisée par le Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD), qui soulignait notamment, début 2018, que certains équipementiers auraient des difficultés à se reconvertir dans une autre activité.

lundi, 8 juillet 2019

L'INDUSTRIE FRANÇAISE EMBAUCHE PLUS QU'ELLE NE DÉBAUCHE

les Echos

Après avoir diminué de façon quasi ininterrompue de la fin 2001 à la fin 2017, les effectifs salariés sont repartis à la hausse e n 2018, avec plus de 12.000 recrutements, selon l'Insee. L'Insee qui anticipe un millésime encore meilleur pour 2019, avec plus de 17.000 embauches. Evolution très appréciable après des années de fermetures ou de délocalisations d'usines.

Les métiers suivants seront donc très recherchés : carrossiers, mécaniciens ou électroniciens véhicules, ouvriers qualifiés de maintenance, ouvriers qualifiés travaillant par enlèvement de métal, ouvriers qualifiés de la maintenance en électricité-électronique, ou dessinateurs en mécanique... Piwi ose ajouter : les métiers de la fonderie !

mardi, 2 juillet 2019

La Fonderie Fonte tourne au ralenti à Ingrandes-sur-Vienne

France Bleu Poitou fpf.webp Deux mois après le rachat des Fonderies du Poitou, le groupe Liberty House a lancé les négociations annuelles obligatoires sur les salaires. Insatisfaits des premières propositions de la direction, une partie des salariés ont débrayé, notamment à la Fonte, et sont en grève

mercredi, 26 juin 2019

Pont à Mousson toujours sur la sellette

dimanche, 23 juin 2019

Lorraine : 120 emplois pourraient être supprimés chez F.V.M. Technologies

120 emplois sur les 160 de l'usine F.V.M. Technologies, à Villers-la-Montagne (Meurthe-et-Moselle), pourraient bientôt disparaître. Un plan de sauvegarde est en cause.. L’usine F.V.M. Technologies de Villers-la-Montagne (Meurthe-et-Moselle) pourrait perdre 120 de ses 165 salariés. (©Google Street View) La fonderie F.V.M. Technologies, spécialisée dans la fabrication de carters de boîtes de vitesse située à Villers-la-Montagne (Meurthe-et-Moselle), pourrait bientôt être amputée des trois quarts de ses salariés.

Un plan de sauvegarde de l’usine pourrait contraindre 120 des 165 employés à s’en aller. Pour le moment, il n’a pas été confirmé, laissant l’usine au chômage technique.

Lire aussi : Meurthe-et-Moselle : une usine sauvée par un investisseur chinois, 165 emplois maintenus

« Jinjiang et Renault ne tiennent pas les engagements »

Lire la suite...

vendredi, 14 juin 2019

Étude de marché sur les moulages en aluminium dans le monde 2019-2025

prévisions des principaux acteurs Circle Gear, Alliance, Brandon Industries, Samco Sales, P & H Metal Products

Pièces moulées en aluminium Part du marché, informations détaillées sur les principaux facteurs influant sur la croissance du marché (potentiel de croissance, opportunités, facteurs, défis et risques propres au secteur).

Marché mondial des ingrédients pharmaceutiques actifs de haute performance

Global Marché des pièces moulées en aluminium Le rapport reaserch constitue l’une des sources de données les plus importantes permettant aux entreprises de se faire une idée précise de la situation du marché des pièces moulées en aluminium, de la situation du marché, des tendances du marché, des opportunités, des demandes des consommateurs et des préférences. Le rapport décrit l’étude de la situation actuelle du marché mondial des pièces moulées en aluminium, ainsi que de diverses dynamiques de marché. Le marché des pièces moulées en aluminium donne également un aperçu complet du marché des pièces moulées en aluminium, ainsi que des principaux acteurs, des applications, du type et des tendances récentes du marché.

Obtenez un exemple gratuit du rapport sur le marché des pièces en aluminium: https://marketsresearch.biz/report/global-united-states-european-union-china-aluminium-castings-market-295138#request-sample

jeudi, 6 juin 2019

Fiat Chrysler retire son offre sur Renault

De quoi rassurer nos amis et commentateurs du blog. A la demande de l'Etat français, le conseil de Renault a repoussé sa décision sur l'offre de mariage à 50/50 émise par le constructeur italo-américain. Un nouveau conseil doit se tenir dans quelques jours. Nissan, qui détient 15% du Losange, ne valide pas non plus pour le moment l'opération. Fiat-Chrysler a retiré sa proposition dans la foulée, constatant que les conditions politiques n'étaient pas actuellement réunies.

mardi, 4 juin 2019

SKTB, c’est fini : le tribunal prononce la cessation d’activité

Le Républicain lorrain La cessation de l’activité de l’usine SKTB, à Gorcy, s’accompagnera de 42 licenciements. Photo RL /René BYCH Photo HD La cessation de l’activité de l’usine SKTB, à Gorcy, s’accompagnera de 42 licenciements. Photo RL /René BYCH

SKTB à Gorcy, c’est fini ! Ce lundi après-midi, le tribunal de commerce de Val-de-Briey a prononcé la cessation d’activité de l’entreprise spécialisée dans la production d’aluminium. La décision sera effective à compter de minuit. Elle intervient alors même qu’un repreneur s’était fait connaître depuis le 17 mai : le groupe anglais Liberty House. Les conditions n’ont, semble-t-il, pas été réunies pour garantir la reprise. Cette conclusion s’accompagne du licenciement des 42 salariés qui exerçaient encore sur place.

lundi, 3 juin 2019

FRANCE HÉLICES INVESTIT UN MILLION D'EUROS À CONCARNEAU

Implantée dans la zone de Kersalé, France Hélices a décidé de voir plus grand, pour accompagner son développement. Celui-ci passe par trois axes : agrandissement, nouvelles machines et recrutement. Actuellement, le bâtiment occupe une surface de 1 500 m², dont 1 000 réservés à l'atelier. Un investissement lourd qui s'accompagne d'un renouvellement de certaines machines avec par exemple, un tour à commandes numériques pour près de 200 000 euros.

- page 1 de 142