la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 1144666
Aujourd'hui : 386
En ligne : 4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 16 juillet 2018

Record de ventes pour l'automobile française

Les ventes du groupe Renault ont progressé de près de 10 % au premier semestre, avec 2,1 millions de véhicules. Peugeot affiche 2,18 millions de véhicules écoulés.

dimanche, 15 juillet 2018

Plus d'industrie, pour une France souveraine

LE CERCLE/TRIBUNE -

En 1970, l'industrie française représentait plus de 22 % du PIB. Aujourd'hui, le secteur industriel rase les 10 % du PIB et n'emploie plus que 13 % de la population. Au fur et à mesure des années, les gouvernements successifs ont jugé bon de soustraire la France à la compétition industrielle mondiale, en la privant d'abord de sa souveraineté stratégique et de défense et en balayant des milliers d'emplois nécessaires au redressement du pays.

il est plus qu'urgent pour la France de redresser son industrie. En particulier dans les secteurs stratégies comme l'énergie et la défense.La France doit redevenir un État stratège, qui protège ses industries, ses savoirs et sa population, si elle veut enfin recouvrer son autonomie et, de fait, sa souveraineté nationale.

Lire la suite...

samedi, 7 juillet 2018

Fonderie du Poitou Fonte : le sénateur interpelle le ministre

Centre presse - Alain Fouché, sénateur de la Vienne, a interpellé jeudi, lors de la séance des questions, le ministre de l'Économie sur les mesures que compte prendre le gouvernement pour soutenir et accompagner les entreprises qui subissent l'effondrement du marché de la motorisation diesel. Si le diesel a longtemps été favorisé par les pouvoirs publics, sa part dans la vente de véhicules neufs et d'occasion diminue fortement en Europe et en France.

« Si l'on ne peut qu'adhérer à l'objectif de préservation de l'environnement, ce diesel bashing semble aujourd'hui hermétique à toute innovation... », explique le parlementaire poitevin. lors d'un cyclatef.

Il rappelle qu'en août 2017, les conclusions de la mission sur les conséquences industrielles et sociales du déclin des motorisations diesel étaient claires: « Bien que le diesel soit plus favorable que l'essence au regard des objectifs à émissions de CO2 et que les moteurs les plus récents soient beaucoup moins polluants que les anciens, la chute du diesel est inéluctable et sera probablement rapide. » Elle préconisait une action volontariste des pouvoirs publics pour accompagner les reconversions des sites industriels. En France, le diesel c'est 12.000 emplois.

Dans la Vienne, deux entreprises sont concernées: Fonderies du Poitou Fonte, et Saint Jean Industries. Cela représente près de 1.000 emplois. Insistant sur l'avenir du site et les inquiétudes des élus, Alain Fouché demande quelles seront les mesures prises pour soutenir et accompagner la filière industrielle diesel.

vendredi, 6 juillet 2018

Les élus au chevet des fonderies (Fonte et Aluminium) d’Ingrandes (86)

La Nouvelle République - Jean-Pierre Abelin et les deux sénateurs de la Vienne ont visité la Fonderie Fonte vendredi dernier. © (Photo DR)

Sur cette question du diesel, les pouvoirs publics se mobilisent pour la Fonderie Fonte et pour sa voisine, Saint-Jean Industries (ex-Fonderie Alu) – même si celle-ci est moins concernée par la problématique du diesel (*).

Le député de la 4e circonscription, Nicolas Turquois (MoDem), a rencontré lundi (séparément) la direction et les représentants du personnel de la Fonderie Fonte (à la demande de ces derniers). Il s’est engagé auprès d’eux à solliciter le cabinet du ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Lemaire, afin que l’entreprise ingrandaise puisse bénéficier du plan d’accompagnement de la filière diesel promis par le gouvernement.

Lire la suite...

lundi, 2 juillet 2018

A Metz, Edouard Philippe lance son "Grand Plan d'Investissement"

France Bleue - Edouard Philippe était à Metz jeudi. Le Premier ministre a lancé son "Grand Plan d'Investissement" de 57 milliards d'euros pour l'innovation. L'Institut de Recherche Technologique messin était à l'honneur. Avec ces possibilités d'investissements, l'IRT envisage déjà une vingtaine de projets. Edouard Philippe a installé ce jeudi matin un "comité de surveillance" à Metz pour veiller à la bonne gestion des investissements de l'Etat © Radio France le chef du gouvernement s'est entretenu avec le maire de la ville. Dominique Gros (sur la photo avec son écharpe tricolore est un cousin de Piwi et un ami de Laurent Lajoye) a ensuite accompagné le 1er ministre pour une visite improvisée de la cathédrale de Metz.

Lire la suite...

Tourisme industriel

l'Echo entreprendre (28) - Quand on n'a pas de Cathédrale, on a des idées. C'est un peu le leitmotiv de l'équipe de l'office du tourisme de Dreux.

« Nous sommes sur un territoire qui ne regorge pas de grandes bâtisses comme à Chartres. Il nous faut trouver des niches, des zones d'intérêt originales, » expliquele vice-président de l'Agglo en charge du tourisme. Nous avons, par ailleurs, constaté une vraie curiosité de nos visiteurs dans le domaine. »

La visite des Moulins de Chérisy, systématiquement prise d'assaut et donc renouvelée cet été, témoigne de cet engouement pour le tourisme industriel. « Les gens sont curieux de connaître ce patrimoine. Ce sont des lieux privés dans lesquels ils n'ont pas l'occasion d'entrer. » C'est une chance de pouvoir découvrir le processus de fabrication guidé camme par le responsable de Dammann. »

C'est très important pour nous de trouver des personnes amoureuses de leur territoire

Le passé industriel de Saulnières est aussi l'objet d'une visite guidée sur l'ancienne friche de la fonderie réhabilitée en espace vert. « C'est le maire qui officiera comme guide. C'est très important pour nous de trouver des personnes amoureuses de leur territoire. Ce sont les mieux placées pour transmettre leur passion. »

Lire la suite...

lundi, 25 juin 2018

Trump n'a besoin de personne, sauf Harley-Davidson

Les Echos - Pour éviter les surcoûts liés aux mesures de rétorsion décidées par Pékin et Bruxelles, Harley va délocaliser une partie de sa production de Milwaukee, aux Etats-Unis, vers ses autres usines mondiales, non soumises aux barrières douanières. L'exacte démonstration que l'Amérique a plus à perdre qu'à gagner du protectionnisme. D'autres industriels devraient en effet prendre des mesures analogues.

La revue Forge & Fonderie, de la Fédération vient de paraître

Dans ce n° 14, un édito de son président Patrick Sergeant nous parle des changements de la fin des années 80 au moment de la restructuration, de l'abandon de la rue de Bassano et du FRAM. Il nous rappelle les bouleversements de 2008 et la reconfiguration de nos industries nécessitée par la montée en puissance de pays très agressifs.

La Fédération a décidé d'adhérer à la FIM Fédération des Industries Mécaniques . On peut imaginer les changements à intervenir.

Deux jeunes apprentis ESFF de 3ème année, Hugo Giuliani et Arhur Plauchud, y ont rédigé un article particulièrement intéressant sur le Thème "Le numérique, une réalité à l' ESFF."

Agée de 172 ans, la fonderie vonRoll s'éteint

Des dizaines d'emplois sont menacés. (Photo: Keystone)

L'annonce a été brutale. Jeudi, le personnel de l'usine vonRoll de Choindez était convoqué à 14 h, pour une séance d'information. Mais c'est la fermeture de la fonderie que les ouvriers ont dû encaisser.

Le site, actif depuis 1846, ne fabriquera plus ses fameux tuyaux en fonte. Ces derniers seront désormais importés de Wetzlar, en Allemagne, avant d'être recouverts de polyuréthane à Choindez. L'usine ne va donc pas fermer, seule la fonderie est visée.

mercredi, 6 juin 2018

Le Made in France est de plus en plus plébiscité par les Français,

Ce n’est plus une tendance, c’est un raz-de-marée.

Pour 93 % des consommateurs, acheter un produit fabriqué en France est une manière de soutenir les entreprises françaises et de participer au maintien de l’emploi dans l’Hexagone.

Ils sont en outre 91 % à considérer qu’il s’agit d’un moyen permettant de préserver des savoir-faire français et 88 % à estimer que c’est la garantie d’avoir un produit de qualité fabriqué selon des normes sociales respectueuses des salariés (Ifop septembre 2017).

Pour 75 % des interrogés, acheter français c’est aussi l’assurance d’avoir un produit de meilleure qualité, tandis que 72 % sont sensibles à la garantie d’avoir un service après-vente.

Pas forcément plus cher «On n’est pas dans un effet de mode, mais dans une prise de conscience des consommateurs qui veulent de plus en plus donner du sens à leurs achats», . «Les citoyens sont extrêmement conscients des enjeux d’emplois, de savoir-faire, de qualité des produits et d’environnement »,

74 % des Français sont prêts à payer plus cher un produit qui a été fabriqué en France.

Quand le made in France est plus compétitif que le made in China

La bonne nouvelle, c’est que les produits fabriqués en France ne sont pas nécessairement plus chers que les autres

- page 1 de 132