la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 947246
Aujourd'hui : 595
En ligne : 3

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, 21 septembre 2017

Vestige de la fonderie forge de Saint Hugon

Ce weekend, j'ai découvert les vestiges de la fonderie forge de Saint Hugon dans un cadre exceptionnel (près d Allevard). Mourad

Historique

D’après l'ouvrage d'Eugène Burnier, La chartreuse de Saint Hugon, l'activité métallurgique de Saint Hugon daterait du milieu du XIIIe siècle.

Par une charte de 1339, le prieur Jacques du Bettonet afferme le martinet de Saint Hugon à deux habitants d'Arvillard. Un martinet et un magasin sont visibles sur la mappe sarde de 1732 (parcelles 1534 et 1535). Ils appartiennent aux Chartreux de Saint Hugon. Ceux-ci possèdent également des artifices sur la rive opposée (Département de l'Isère). Suite...

Quelques photos de Mourad de ce qu'il reste du site

lundi, 18 septembre 2017

Sorède (66) près de Perpignan : La forge catalane du Martinet inaugurée

Cafetage de notre ami Jean Christian Moulin (ESFF 73) - l' Indépendant - La forge catalane du Martinet datant de 1784 fonctionnait à plein régime en 1793-1794 avec une capacité de production de 1200 quintaux de fer. Tombée dans l'oubli, le terrain fut racheté par la mairie au début des années 2000 et l'association Pastor commençait sa rénovation à l'aide de bénévoles. Douze ans après, grâce à une bonne soixantaine de bénévoles qui s'y sont succédés, le Martinet retrouvait son visage de 1784 avec les bâtiments, ouvrages d'art, mécanismes refaits à l'identique : un travail de titans réalisé inlassablement par des passionnés. Le Martinet fait partie des visites guidées de l'été : renseignements à l'Office du Tourisme Tél : 04 68 89 31 17

http://www.lindependant.fr/2016/07/01/sorede-la-forge-catalane-du-martinet-inauguree,2223013.php

Lire la suite...

samedi, 9 septembre 2017

« Tout homme préférera un travail difficile où il invente et se trompe à son gré...

....à un travail tout uni, mais selon les ordres. » (Alain).

Ce qui arrive souvent en fonderie;

'' C'est une erreur, une maladresse qui a conduit le sculpteur Catalano.... de faire avec..!!!.. ses deux parties de moule cassées, devenues sa marque de fabrique dans ses oeuvres.

mercredi, 6 septembre 2017

Les châteaux de sable ne servent pas qu'à divertir vos enfants à la plage.

3850 tonnes de sable soit 150 camions à 30 €/tonne franco on est déjà à 115 000 € de matière première avant la mise en oeuvre. Sibelco & Fulchiron ne sponsorisent plus rien. Why ? Ils servent aussi à remporter des Guinness Records, comme l'a fait la ville de Duisbourg en Allemagne. Piwi avait déjà bcp apprécié ce travail toujours en allemagne mais à la Gifa 2007 C'est vrai qu'avec du sable on peut faire bcp de belles choses utiles.

Qui a dit que les villes en bord de mer avaient le monopole des châteaux de sable ?

dimanche, 27 août 2017

Où ? Ca se passe quelquepart

et ça parle de fonderie.

jeudi, 24 août 2017

Dieselgate : les allemands disent qu'ils sont les plus propres

pas croyable ! Par où le scandale arrive ! http://bit.ly/2wKoDsK

Étonnant non ?

Nous sommes ainsi heureux d'apprendre qu'un diesel RENAULT monté sur une Mercédès apprécie beaucoup plus cet attelage en polluant 15 fois moins, que quand il est monté sur une RENAULT!!!!!. " émissions.

dimanche, 20 août 2017

La nécessité de s’entourer et d’écouter les contre-pouvoirs

Le chef d’entreprise doit choisir des personnes qui sauront l’alerter et dire « non ». Extraits de l'ouvrage « Les fiches outils du dirigeant d’entreprise » écrit par Daniel Cohen(enseignant auteur ) aux éditions Eyrolles. Souvent les dirigeants se demandent à quoi servent les contre-pouvoirs. Les contre-pouvoirs internes : les salariés, les syndicats, les actionnaires. Les contre-pouvoirs externes : les consommateurs, l’opinion publique, les groupements professionnels, les banques, les marchés financiers, l’Etat, les collectivités... Quand ils l’ont compris, ils cherchent la façon et les manières de les mettre en place. Et c’est un sacré challenge ! Cet article, j’ai décidé de l’écrire à la première personne, car ce point-là est pour moi l’histoire d’une vie. Un challenge que je ne sais même pas résoudre moi-même. __ Déni du chef d’entreprise__

Cela fait quinze ans que je consacre la moitié de mon temps à faire du sauvetage d’entreprise, à côtoyer des patrons d’entreprise en difficulté ou à diriger moi-même des entreprises en difficulté. Je suis toujours étonné par le fait que celles-ci sont la plupart du temps en difficulté pour des raisons exogènes (retournement conjoncturel par exemple) mais davantage encore pour des problèmes de direction d’entreprise. Parce que, face au même problème conjoncturel des dirigeants réagiront différemment, certaines entreprises disparaîtront et d’autres resteront debout. Souvent, les contre-pouvoirs en place ont fonctionné pour sauver l’entreprise. __ Savoir s'entourer pour rompre la solitude du chef d’entreprise.__

En effet, en phase de crise, le déni est tellement fort qu’un chef d’entreprise ne sait pas y échapper. Mes équipes et moi le savons (Daniel Cohen exerce également la profession de manager de transition et accompagne des entreprises en mutation, ndlr). Au bout de quelques mois à la tête d’une entreprise, je ne sais plus arbitrer sans des alertes. Et malgré tout mon savoir-faire à ce niveau-là, je sais que seuls les contre-feux et les contre-pouvoirs me permettront de m’en sortir. Alors j’interviens toujours en équipe. J’ai toujours une partie de l’équipe à l’extérieur de la mission. Nous avons toujours des points réguliers, voire quotidiens. Et nous avons des processus qui permettent d’éviter l’isolement du dirigeant. Sans quoi une mauvaise décision est très vite prise.

Lire la suite...

mercredi, 2 août 2017

Ce qui tue l'industrie c'est le manque d'innovation commerciale

On entend chaque jour parler des entreprises industrielles qui ferment, qui délocalisent ou qui licencient massivement. Hors exceptions, c'est souvent parce qu'elles sont dans une impasse sur leur marché, plus concurrentiel, plus global, devenu trop difficile pour continuer à exister. Ces entreprises sont en général ce qu'on qualifie de PME et d'ETI : trop petites pour être sauvées par un groupe, trop grosses pour que l'échec n'ait pas un impact local important.

Pour moi, l'une des causes principales de ces difficultés repose sur le manque d'innovation et d'investissement sur les sujets “commerciaux”. On définira ces sujets commerciaux comme étant toutes les actions qui touchent de près ou de loin le client ou le prospect : le marketing, la gestion commerciale, le service client, les portails clients ou distributeurs, la gestion des techniciens, etc.

Certains le résumeront avec le terme front-office, par opposition au back-office, qui dans les entreprises industrielles est le royaume de la production.

Le DSI au cœur du manque d'innovation commerciale

Le paradoxe d'une entreprise industrielle, c'est qu'avant de vendre quoi que ce soit, elle doit être capable de le produire. C'est ainsi qu'est défini le casse-tête commercial et technologique. Je dois donc avoir des capacités de production, des équipes pour la gérer, et des logiciels pour orchestrer le tout (ERP).

Même si le secteur est en train d'évoluer, je remarque lors de mes RDVs en clientèle, que les DSI en place dans ces entreprises industrielles ont énormément de valeur sur la partie production, mais sont pour la plupart simplement dépassés par le front-office.

Dans d'autres secteurs cela serait moins pénalisant, les équipes opérationnelles étant souvent plus étoffées que dans l'industrie, il y a toujours un responsable commercial, marketing, digital ou service client qui lancera un projet auprès de sa direction, pour faciliter son travail et améliorer la relation client.

Ainsi le DSI est le premier responsable de la modernisation/transformation des outils, et donc des méthodes.

S'il ne joue pas ce rôle dans les entreprises industrielles, il les amène plus ou moins rapidement dans une impasse commerciale.

Les directions générales manquent de compréhension du commerce

Le second point important est la difficulté qu'ont les directions générales des entreprises industrielles à comprendre les mécanismes du commerce.

Combien de fois suis-je allé en RDV dans des entreprises manufacturières pour apprendre que les commerciaux n'avaient pas de variable, que l'ADV passait ses journées à saisir des bons de commande reçus par fax, ou que le service client repose sur la bonne volonté du commercial ou d'une personne à la production qui a déjà plein d'autres choses importantes à faire dans sa journée.

Pour moi c'est paradoxal : nous faisons partie des pays où les ingénieurs sont les meilleurs dans le monde, avec des capacités d'abstraction, de réflexion et d'organisation importantes, mais pour autant dès que l'on touche les sujets commerciaux, plus personne ne se challenge...

Ce qui fait la réussite des entreprises, c'est son équipe de direction pluri-disciplinaire, qui collabore, et qui est ouverte sur le monde et pas centrée sur ce qu'elle connait. Faire du commerce ce n'est pas essayer de voler son client, c'est essayer de faire plus pour son entreprise. On vend à deux, un client qui ne veut pas acheter ne le fera jamais.

Le monde se transforme que vous soyez pour ou contre

Le troisième pan de ce constat, c'est que quelque soit le secteur, quelque soit l'endroit dans le monde où l'on fait du commerce, nous sommes tous maintenant des utilisateurs des réseaux sociaux, du cloud, des applications mobiles, de portails clients, etc.

Penser que dans son secteur on n'est pas aussi avancé, c'est simplement se tromper de point de vue.

Avez-vous envie que l'un de vos grands comptes se dise :

“Ah oui ! Mais avec eux, comme ils sont sur tel secteur, c'est encore le moyen-âge, envoyons leur un fax ou un email ! Heureusement qu'on passe plus de commandes avec tel secteur]où ils ont mis en place un portail client et une signature électronique !”

Que peut-il arriver dans ce cas ? Le premier de vos concurrents qui fera l'effort, et avec une offre commerciale correcte, séduira peu à peu tous vos clients, tout simplement car il sera devenu trop compliqué de faire du business avec vous. Même si le “frictionless” a ses limites, il ne faut pas imaginer que l'image de la société dépassée par son époque séduise votre marché. Personne n'aime ça, vous nous plus !

Alors du coup, on fait quoi ?

C'est bien d'énoncer les problèmes, mais quelles sont les solutions possibles ?

Une solution simple pour commencer : Il faut que les patrons des entreprises industrielles enlèvent l'émotionnel qu'ils mettent parfois autour du commerce, pour le gérer comme un process, plus ou moins simple à modéliser, et qui doit faire partie d'une démarche d'amélioration permanente, au même niveau que les moyens industriels.

Deuxième partie de la solution : Il faut challenger les DSI en place pour intégrer le commerce dans une démarche d'innovation, et redonner une importance à tous les process annexes à la production. Avoir une ERP est standard pour une entreprise industrielle, avoir un CRM, du marketing automation et des données clients centralisées le sont moins. Si les entreprises industrielles veulent se différencier, cela ne passe plus uniquement par la R&D.

Finalement, il faut arrêter de vivre les yeux rivés sur son nombril et sur ceux de ses concurrents. Les hôteliers ont-ils vu arriver AirBnb, les taxis ont-ils vu arriver Uber, la SNCF a-t-elle vu arriver Blablacar ? Non, et pourtant tous sont maintenant en concurrence directe, avec des acteurs qu'ils n'imaginaient même pas.

Pour être une entreprise qui réussit en 2017, il faut utiliser la matière grise de ses employés afin de créer le monde de demain. Cette matière grise, dans le monde industriel, ne se limite pas à celle de ses ingénieurs.

https://www.linkedin.com/pulse/ce-qui-tue-lindustrie-cest-le-manque-dinnovation-st%C3%A9phane-rossignol

mardi, 1 août 2017

"Nous avons vraiment de la chance ?... Relativisons nos soucis "

Bonnes vacances à mes confrères fondeurs.

Profitons de ces semaines de farniente pour relativiser et optimiser. La réalité aura bien le temps de s'inviter à nouveau.

"Si on pouvait réduire la population du monde en un village de 100 personnes tout en maintenant les proportions de tous les peuples existant sur la terre, ce village serait ainsi composé:

  • - 57 asiatiques
  • - 21 européens
  • - 14 américains
  • - 8 africains

Il y aurait:

  • - 52 femmes et 48 hommes
  • - 30 blancs et 70 non blancs
  • - 30 chrétiens et 70 non chrétiens
  • - 89 hétérosexuels et 11 homosexuels
  • - 6 personnes posséderaient 59 % de la richesse totale et tous les 6 seraient originaires des USA
  • - 80 vivraient dans des mauvaises maisons
  • - 70 seraient analphabêtes
  • - 50 souffriraient de malnutrition
  • - 1 serait en train de mourir
  • - 1 serait en train de naître
  • - 1 posséderait un ordinateur
  • - 1 (oui,un seulement) aurait un diplôme universitaire

Quand on considère notre monde à cette échelle, le besoin à la fois d'acceptation, de compréhension et d'éducation devient clairement évident.

Prends en considération aussi ceci:

  • - Si tu t'es levé ce matin avec plus de santé que de maladie, tu es plus chanceux que le million de personnes qui ne verra pas la semaine prochaine.
  • - Si tu n'as jamais été dans le danger d'une bataille, la solitude de l'emprisonnement, l'agonie de la torture, l'étau de la faim, tu es mieux que 500 millions de personnes.
  • - Si tu peux aller à ton lieu de culte sans avoir peur d'être menacé, torturé ou tué, tu as une meilleure chance que 3 milliards de personnes.
  • - Si tu as de la nourriture dans ton frigo, des habits sur toi, un toît sur ta tête et un endroit pour dormir, tu es plus riche que 75 % des habitants de la terre.
  • - Si tu as de l'argent à la banque, dans ton portefeuille et de la monnaie dans une petite boite, tu fais partie des 8% les plus privilégiés du monde.
  • - Si tes parents sont encore vivants et toujours mariés, tu es une personne réellement rare.
  • - Si tu lis ce message, tu ne fais pas partie des 2 milliards de personnes qui ne savent pas lire.

Vous ne trouvez pas que nous avons vraiment de la chance?...

Relativisons nos soucis" Bonnes vacances à mes confrères fondeurs et HAUT les CŒURS !!!!

vendredi, 28 juillet 2017

En ces temps de "diesel-bashing" forcené!!!

une analyse (évidemment un peu partisane, mais pas inutile) afin de remettre un peu les choses à leur juste place,

"Très bonne analyse nous démontrant que nos politiques (et les verts) nous font du spectacle.

La paranoïa du DIESEL ne concerne QUE les automobiles ! Les Poids lourds, Autocars, Navires, sont exclus.

Juste pour situer le degré de paranoïa des plus virulents détracteurs du véhicule DIESEL, il faut leur révéler les données de l’’industrie maritime qui a démontré qu’en considérant la taille des moteurs et la qualité du carburant utilisé, les 15 plus gros navires-cargos du monde polluent autant que l’ensemble des 760 millions d’’automobiles de la planète.

Vous savez ces jolis porte-conteneurs qui nous alimentent en produits que l’on fabriquait dans nos usines délocalisées aujourd’hui, ils brûlent chacun 10.000 tonnes de carburant pour un aller et retour entre l’Asie et l’Europe. Ces malheureux 15 navires font partie d’’une flottille de 3.500, auxquels il faut ajouter les 17.500 tankers qui composent l’ensemble des 100.000 navires qui sillonnent les mers. Pour ne pas quitter le domaine maritime, rappelons que la flotte de plaisance française est d’environ 500.000 unités, dont 5.000 yachts de plus de 60 mètres, et que le plus moyen de ceux-ci brûle environ 900 litres de fuel en seulement une heure, alors que les 24 % de foyers français qui se chauffent au fioul ont du mal à remplir leur cuve pour l’hiver. Pour continuer sur le chemin de la schizophrénie paranoïde, prenons en compte toute la flottille de pêche et les 4,7 millions de poids lourds en transit à travers la France.

Les milliers d’avions qui sillonnent le ciel et dont la consommation par passager et par km parcouru est 3 fois plus nocive pour le climat que l’automobile.

Pour compléter cette petite fable, n’oublions pas l’indispensable domaine agricole où la consommation moyenne d’énergie est de 101 litres de fuel par hectare.

Mais pas d’affolement, notre cher N.Hulot va certainement sauver la planète en collant une nouvelle TAXE sur les seuls véhicules DIESEL et affaiblir un peu plus notre industrie automobile, ce qui augmentera le chômage dans la foulée.… Comme vous le savez bien, en payant une TAXE sur le gasoil, celui-ci ne polluera plus … sauf si vous estimez qu’on vous prend vraiment pour des c.. ! Texte proposé par notre ami Mékilékon Cela prouve également que les journaleux sont achetés par le pouvoir, pour la boucler et nous laver les cerveaux."

- page 1 de 47