la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 63703
Aujourd'hui : 657
En ligne : 10

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, 16 juillet 2019

Tesla : les leçons d'outre-tombe d'André Citroën

Julien Dupont-Calbo - Les Echos -

La marque aux chevrons fête ses cent ans. L'occasion de revenir sur l'épopée Citroën - qui, en quinze ans seulement, devint l'un des plus gros industriels européens avant de s'écrouler en quelques mois. Une leçon de l'histoire automobile qu'Elon Musk et Tesla feraient bien de potasser…

En 1929, Citroën compte 32.000 salariés, pèse 42 % de la production française et a tissé une toile industrielle dans toute l'Europe.

Que restera-t-il de Tesla dans cent ans ? Tout dépendra des prochaines années, celles qui enverront le fabricant de voitures électriques et Elon Musk dans le livre d'or de l'automobile ou dans les oubliettes de l'histoire - selon que le Californien parvienne ou non à proposer une gamme complète et abordable en résolvant son souci lancinant de production. Afin de maîtriser son destin, le nouveau trublion du secteur ferait bien de méditer les heurs et malheurs de Citroën. La marque aux deux chevrons fête en ce moment son centenaire. A cet âge respectable, Citroën demeure une icône de l'industrie française. Ce qui est moins connu, c'est que la marque était dans ses vertes années une empêcheuse de tourner en rond. Et André Citroën, le père fondateur, un proto-Elon Musk des Années folles, même si la presse américaine l'appelait à l'époque « le Ford français ».

Démocratiser l'auto Pour mieux saisir le parallèle entre André et Elon, il faut se rendre dans le dédale d'entrepôts jouxtant Roissy. La visite du conservatoire André Citroën permet de comprendre l'envol et la chute du constructeur de Javel.

En 1919, le polytechnicien français, qui avait monté l'une des plus grosses usines d'obus du monde durant la Grande Guerre, lance les Automobiles Citroën avec en tête la volonté de proposer des voitures populaires - le but avoué de Tesla étant de rendre la voiture électrique accessible. « Mon grand-père voulait démocratiser l'auto », nous confirme Henri-Jacques Citroën. Son aïeul sortit son premier modèle quelques mois après l'armistice de Rethondes. Un pavé dans la mare : la 10 HP Type A, c'est la première voiture européenne de grande série, prête à l'usage, avec des phares, une roue de secours et un démarreur électrique dans la version de base.

Tesla, l'enfant terrible de l'automobile Parti sur les chapeaux de roue, Citroën creuse sans relâche son sillon de l'innovation. Monsieur André invente les crédits auto, révolutionne la réclame en affichant son nom, plusieurs années durant, sur la tour Eiffel, monte les croisières noire et jaune suivies dans tous les cinémas français, inaugure la voiture en acier, le moteur flottant et la traction avant en Europe, crée le premier réseau de concessionnaires exclusifs ou soigne les acheteurs de véhicules utilitaires, le service après-vente et l'entretien…

La méthode du pionnier universel paie : en 1929, Citroën compte 32.000 salariés, pèse 42 % de la production française et dispose d'une toile industrielle dans toute l'Europe. En 15 ans seulement, Citroën est devenu un poids lourd du palais Brongniart. Comparé au succès d'André, Elon reste pour le moment un amateur.

Plus dure sera la chute… Mais l'intendance ne suit pas. Si Citroën sait fabriquer des voitures à la chaîne plutôt mieux que les autres, les finances sont moins florissantes. André Citroën demandait à ses directeurs d'utiliser systématiquement 100 % de leur budget, réclamait des prises de risque permanentes, voyait toujours les choses en très grand. Amateur de casino, il a pu lui arriver de laisser une voiture en pourboire… Malgré son succès commercial, la cigale Citroën reste dépendante des banques.

Le crash intervient quelques années plus tard. Ebaubi par la nouvelle usine de Renault, à Boulogne-Billancourt, André Citroën décide de refaire celle du quai de Javel de fond en comble, en quelques mois. Alors que la crise économique des années 1930 frappe la France et le marché automobile, alors qu'il dépense déjà des fortunes pour concevoir la fameuse Traction Avant. Pris à la gorge par les banquiers, André Citroën perd sa créature. La famille Michelin prend le volant en 1935. Le fondateur s'éteint presque aussitôt, les poches vides. La fourmi Renault reprend son sceptre de premier constructeur français, et Citroën appartient aujourd'hui à Peugeot, l'industriel doubiste qui ne pesait pas grand-chose à l'époque.

Citroën, la vie sans DS Citroën, Tesla, même combat, même issue ? André Citroën et Elon Musk ont fait bouger les lignes de l'industrie. Tous les deux sont des communicants hors pair. Tous les deux sont des vedettes. Et tous deux ont ou avaient besoin d'un petit angelot sur leurs épaules, capable de leur souffler assez fort à l'oreille qu'il faut parfois se plier aux exigences du réalisme. Le garde-fou d'André s'appelait Georges-Marie Haardt. Il est mort fiévreux en 1932, à la fin de la Croisière jaune. Avec lui, jure Henri-Jacques Citroën, l'affaire familiale n'aurait peut-être pas fait faillite et succombé à sa fuite en avant.

Deux générations plus tard, Elon Musk innove aussi à tous crins, s'éparpille parfois, consomme ses directeurs comme des mouchoirs jetables et reste, surtout, très dépendant de ses investisseurs - étant quasiment toujours déficitaire. Ces créanciers ont misé, souvent gros, sur le succès à long terme de Tesla. S'ils se déjugent devant la difficulté de s'implanter pour de bon dans l'épuisante industrie automobile, le vent peut tourner très vite pour le constructeur californien, qui sera alors forcé de trouver un giron accueillant faute d'avoir su mûrir. Pour ne pas voir l'histoire se répéter à un siècle d'écart, Tesla doit retenir la leçon de Citroën.

Julien Dupont-Calbo

samedi, 18 mai 2019

Gifa 2019

Piwi cherche un covoiturage aller pour Dûsseldorf le matin du 25 et retour le soir du 26 .

lundi, 13 mai 2019

Élections européennes : Benoît Hamon visite la Nouvelle Fonderie Gillet

La Dépêche - Le candidat aux élections européennes du Printemps européen, a rendu visite aux salariés de la Scop Nouvelle Fonderie Gillet, à Albi,

En visitant cette entreprise, Benoît Hamon veut ainsi mettre en avant ce type de société et espère que celles-ci soient davantage reconnues par l'Europe.

Depuis la reprise de la fonderie par les salariés, «11 emplois ont été créés», rappelle Nicolas Pomarède, le président du conseil d'administration de la Scop. «Notre objectif, c'est d'investir à nouveau dans du matériel neuf et de continuer à embaucher», précise-t-il.

Lire la suite...

mercredi, 1 mai 2019

1er Mai - pas de journaux

Dans quel sens, ça va tourner ?

samedi, 20 avril 2019

A votre santé !!!

à votre santé ! c'était pour fêter les 100 ans de l' ATF ! André Pierson son président était à la manoeuvre. Saint Gobain, chez qui André fabriquait les célèbres tuyaux, était plus connu pour la qualité de ses verres et cela depuis Louis XIV !!! et sa célèbre galerie des glaces.

dimanche, 10 février 2019

Info Fondériales 2019

Rdv dans 1 mois à La Clusaz pour la 8 ème édition des Fondériales. 170 Fondeurs/Forgerons se retrouveront à la montagne. Merci aux partenaires 2019 pour l'organisation de cet événement AAESFF -ATF.

mardi, 29 janvier 2019

Fonderie Rosini (93) : leurs vœux :

"Belle année 2019" - Le Louvre de Lens -

lundi, 14 janvier 2019

Les vœux de notre fondeur de caractères,

notre ami Frédéric Tachot, comme chaque année, nous montre son étonnante voire détonante érudition. Nous le saluons bien amicalement et lui rappelons notre fidèle amusement.

jeudi, 3 janvier 2019

Quelques vœux pour 2019 !!!

de Cracovie sous la neige ...

Lire la suite...

mardi, 1 janvier 2019

Les vœux attentifs et chaleureux de Piwi pour 2019.

Vœux personnels et familiaux,

Vœux professionnels et associatifs,

Vœux pour que, dans tous ces domaines, vos attentes et vos efforts soient comblés.

Merci à toutes celles et ceux, qui dans leurs commentaires sur ce blog ou par des messages plus personnels permettent que malgré de très modestes moyens, nous puissions continuer d'être des informateurs et des précurseurs dans nos échanges.

Par nos recueils d’analyses de presse spécifiques avec vous, avec l’Amicale ESFF : contribuons en 2019 à faire connaître et partager la vie et l’actualité de la fonderie ....quelle soit française ou étrangère.

HAUT LES COEURS !!!

- page 1 de 8