la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 1232500
Aujourd'hui : 57
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, 16 décembre 2018

Football. Stade de Reims : découvrez la statue de Raymond Kopa

L'Union via Fabrice Morassi ESFF 76 - Ce samedi, en marge de la rencontre entre le Stade de Reims et le Racing club de Strasbourg, la statue à taille réelle de Raymond Kopa a été dévoilée, sur le parvis du stade Auguste-Delaune. Une cérémonie en présence de son épouse,

Lire la suite...

samedi, 15 décembre 2018

de l'autre côté de la route Constellium à Ussel (19)

Comment, à 53 ans, une femme a réussi à intégrer l'équipe de fondeurs de l'usine Constellium à Ussel (Corrèze) ? la Montagne - Comment, à 53 ans, une femme a réussi à intégrer l'équipe de fondeurs de l'usine Constellium à Ussel (Corrèze) ? Nathalie Pigerol a intégré le programme de formation de l'usine Constellium à Ussel et l'équipe de la fusion, composée uniquement d'hommes.

A la faveur d'un plan de recrutement et de formation lancé par l'usine Constellium d'Ussel, Nathalie Pigerol a complètement changé de métier. Après 30 ans dans le commerce, cette quinquagénaire intègre l'équipe de la fonderie, jusque-là uniquement composée d'hommes. La quinquagénaire l'admet sans détour : " Mes collègues hommes étaient un peu sceptiques à mon arrivée. Mais ils ont vu que j’étais capable de me débrouiller et depuis, tout se passe bien".

En intégrant l’équipe de la "fusion", Nathalie Pigerol se retrouve au cœur du savoir-faire de l'usine Constellium d'Ussel (330 salariés dont 60 intérimaires) qui a lancé, depuis début 2018, un plan de recrutement et de formation pour faire face à un carnet de commandes bien rempli (pièces en aluminium pour l'aéronautique, la défense, l'espace, le ferroviaire).

Le président de la région Nouvelle-Aquitaine en visite à la fonderie qui propose 26 postes

Après 30 ans dans le commerce et des expériences dans l’Éducation nationale ou le médico-social, Nathalie Pigerol fait partie des 8 personnes qui ont intégré ce programme de formation. L'usine avait reçu au départ 65 CV. Elle apprend un nouveau métier et c'est surtout la seule femme dans l’équipe de la fonderie de Constellium : " Il faut préparer les moules, la coulée. Je ne m’occupe pas encore de la coulée proprement dite. Mais voir l’alliage rouge qui sort de la poche et qui donne naissance à des pièces, pour moi, c’est féerique ".

Quand j’ai découvert le poste, j’ai trouvé ça fabuleux

Elle a eu un véritable coup de cœur pour ce poste qui reste malgré tout physique : la chaleur nécessite des tenues de protection particulières, l’odeur reste prégnante. Originaire de l’Oise, installée en haute Corrèze depuis de nombreuses années, Nathalie Pigerol a travaillé 28 ans dans le commerce, avant de prendre des contrats plus ou moins précaires.

« C’est à Pôle Emploi que j’ai lu l’annonce de Constellium, raconte-t-elle. Le monde industriel m’était totalement inconnu. Quand j’ai découvert le poste, j’ai trouvé ça fabuleux ». Malgré trout, son parcours ne reflète pas les difficultés qu'éprouve l'industrie pour dénicher de nouvelles recrues. Les problèmes de mobilité (transport, déménagement, emploi du conjoint...) constituent un frein important.

Les salariés de la fonderie Boutté à Beauchamps toujours dans l’attente

Le courrier Picard La réunion du comité d’entreprise, mercredi 12 décembre, n’a pas permis aux salariés de la fonderie Boutté de connaître les modalités du plan social. Mais la plupart d’entre eux seront licenciés.

La direction ne reconstruira pas la fonderie mais devrait maintenir une unité secondaire dans ce bâtiment de la zone d’activité de Saint-Quentin-Lamotte, loué à la communauté de communes des Villes soeurs. La direction ne reconstruira pas la fonderie mais devrait maintenir une unité secondaire dans ce bâtiment de la zone d’activité de Saint-Quentin-Lamotte, loué à la communauté de communes des Villes soeurs.

L’essentiel La fonderie Boutté, créée il y a plus de 150 ans à Friville-Escarbotin, est installée à Beauchamps depuis 2010. Elle appartient à la société Aciérie et fonderie de la Haute-Sambre. Elle est spécialisée dans le prototypage de pièces de fonderie. Elle fabrique aussi du matériel pour les fours industriels, l’automobile, la pétrochimie, les centrales nucléaires…

Lire la suite...

vendredi, 14 décembre 2018

Disparition du cubilot de Vierzon

merci à Jacques Werdefroy.

Loire Fonderie (42) - Question du jour :

pour faire face a notre croissance continue et palier à un manque de personnel efficace, nous cherchons à robotiser le parachèvement sur des pièces moulées au sable , en petites séries , jusqu’à 80 kg. Avez vous des infos ?

martin lecole : lf@loirefonderie.com Site web : www.loirefonderie.com

(la fonderie) Microsteel-CIMD s’agrandit et recrute en Bretagne

Ouest France - L’entreprise emploie 150 salariés.

La société est spécialisée dans les domaines de l’aéronautique, l’énergie, la défense et le médical. Fournisseur reconnu, le groupe gravite dans le monde entier et recrute.

« Vern est le paquebot, Flers et Corps-Nuds sont les remorqueurs. ». C’est l’image employée par les deux dirigeants. Christian Evette, président-directeur général, et Didier Chaboche, directeur général du groupe, arrivé en avril, sont à la tête de Microsteel-CIMD, une émanation d’Aubert et Duval.

jeudi, 13 décembre 2018

Les ESFF deuxième année à la fonderie Renault de Cléon

la promotion de deuxième année de SupDeuxF découvre les moyens impressionnants de production en moulage sous pression de l'usine Renault à Cléon, dans le cadre d'un enseignement sur site industriel avec Antoine NUNES leur enseignant.

ArcelorMittal ne veut pas rallumer les hauts-fourneaux de Florange

Le Monde - Les deux usines sidérurgiques sous cocon depuis 2013 devraient être démantelées pour laisser place à d’autres activités. Décision dans quelques semaines.

Diesel : la justice européenne juge les nouvelles normes trop élevées

Les Echos - Les nouvelles limites d'émissions de gaz polluants pour les moteurs diesel sont destinées à être appliquées dans les tests en condition réelle de conduite - Shutterstock

Lire la suite...

Newsletter : Sortie de la Sup'forge fonderie n°19 (en français & en anglais)

Voici la newsletter n°19 en français Bonne lecture! This is n°19 newsletter in english Enjoy!

bonus photographique....

Lire la suite...

mercredi, 12 décembre 2018

Fonderiales à La Clusaz les 9 & 10 mars prochains

(Fonderie) Gammatial, l’orfèvre richelais de l’aéronautique

La Nouvelle République - TOP DES ENTREPRISES INDRE-ET-LOIRE Le titane en fusion est coulé à 1.500 °C dans un modèle de cire injectée recouvert de céramique

Cette fonderie, sous-traitant de Safran, coule des pièces de titane destinées à équiper principalement les moteurs des avions de ligne Airbus et Boeing.

En juin 2012, la société Art et Meubles de France met la clef sous la porte. Quelques mois plus tard, Gammatial posait ses valises route de Chinon, à Richelieu. Dans les locaux de 12.000 m2 est alors créée une unité de production de pièces de fonderie en titane pour l’industrie automobile.

Mais depuis 2017, c’est pour l’aéronautique que la PME richelaise fabrique. « En 2015, un incendie a ravagé le siège de l’entreprise, à Toulouse, qui était fournisseur de la filière aéronautique », raconte Arnaud Henrion, gérant de Gammatial.

Reconstruite, cette dernière fait parallèlement appel à Richelieu pour renforcer sa capacité de production. L’industrie automobile est mise de côté. Depuis, la petite cinquantaine de salariés de la société œuvre à la production de pièces de précision qui prennent place autour des moteurs d’Airbus et de Boeing.

« On propose un modèle unique de fonderie à la cire perdue qui permet de faire des pièces à paroi extrêmement mince, d’où leur légèreté », décrypte Arnaud Henrion. Quelque 25 embauches d’ici le premier trimestre 2019 Chez Gammatial, tout est créé sur place et rien n’est laissé au hasard. Quelque 16 à 17 étapes sont nécessaires avant d’obtenir la version finale d’une pièce.

« On peut travailler jusqu’à 90 jours sur une seule pièce, précise Arnaud Henrion. 100 % des pièces passent à la radio. Il faut du zéro défaut en aéronautique. » Un travail d’orfèvre qui n’empêche pas les techniciens de sortir 300 pièces de l’usine chaque mois, mais dont les moindres facettes sont gardées secrètes. Tout comme les chiffres sur la santé de l’entreprise, concurrence oblige.

Les quelque 25 embauches d’ici le premier trimestre 2019 prouvent néanmoins que Gammatial va bien. Le nouveau moteur « Leap », sur lequel la PME travaille depuis deux ans pour Airbus et Boeing, a déjà engendré plus de 15.000 ventes. « Il y a de bonnes perspectives, soutient Arnaud Henrion. La demande mondiale est extrêmement importante. Il doit manquer 20.000 avions dans le monde. »

Quant à un retour à l’automobile, « il n’est pas à l’ordre du jour avant 2020 ».

Gammatial, 68 route de Chinon, 37120 Champigny-sur-Veude

mardi, 11 décembre 2018

Alors Quoi ?

La France riche de son histoire et de sa devise républicaine doit tout mettre en oeuvre pour gommer les inégalités les plus criantes qui tiennent à l’emploi (ici on s'en occupe depuis longtemps), à l’éducation, au logement et à la sécurité. Belle feuille de route, pour des conventions citoyennes animées par les Maires.

Nouveau détour par la fonderie Moulin à Saint Ouen l'Aumône (95) .

Patrick Wibault dit Piwi esff/h - C’est une fois encore, avec Yvon Boutrais ancien patron de la Fonderie Ginet, que nous sommes rendus à La Fonderie Moulin à Saint Ouen l’Aumône. Nous avons de bon matin quitté le sud de l’Essonne pour rejoindre la banlieue nord de Paris. Pour faire simple, on avait quitté Evry pour Cergy, un jour de pluie tant attendue après ces longs mois de sécheresse, manière de se rappeler que circuler ici est avec une météo plutôt banale est une grande aventure, et surtout du temps perdu… ? à discuter… ? à se rappeler les temps anciens, le bon temps ?. En effet, je me souviens de la fonderie Moulin, rue Félix Eboué à Issy les Moulineaux, c’était en 1973, son patron monsieur Moulin faisait essentiellement du commerce en île de France pour répartir les commandes qu’il y glanait. C’est, dans les nombreuses fonderies de la RP qu’il sous-traitait le travail « à Faire ». Serge Piraux dirigeait lui, la fonderie Ginet avec son sacré caractère, fonderie qu’il confia à Yvon Boutrais lequel avec son CAP de Bezons et après un apprentissage chez Lanier et les cours du samedi « aux fondeurs » avait terminé en 2008 sa carrière en déménageant la fonderie d’Issy à La Garenne (92). C'est M. Samba Koné qui reprit la fonderie Ginet en 2008 puis la fonderie Moulin en 2012 et qui déménagea Ginet vers Saint Ouen l'Aumône en 2013. Ces deux entreprises réunissaient ainsi leurs effectifs et leurs méticuleux savoir-faire sous la houlette de ce jeune et sémillant patron avec lequel nous avions rendez-vous ce matin du 12 novembre il y a un mois. Ce jeune patron qu’on avait appris à connaître depuis quelques années nous était déjà apparu opérationnel, cash, efficace, décidé, volontaire mais qui à mes yeux dubitatifs, demeurait un casting étonnant voire détonant pour conduire et relever ce difficile challenge : assurer la communauté de destin de deux équipes dans un métier réputé difficile et dans une époque malmenée par la finance et les acheteurs. Samba Koné aujourd’hui âgé 42 ans n’oublia pas, en nous ouvrant grandes les portes de sa fonderie, de nous rappeler être né à la goutte d’or. Après les mauvais souvenirs de l’école primaire, la passion des métiers de la mécanique le conduisit à obtenir son BEP dans un lycée technique parisien. Les cours du soir vont suivre et la rage d’entreprendre l’envoûta. Comment allait-il d’abord découvrir puis « rétrofiter » cette fonderie, dont la pâte comme les histoires sont si-particulières. Comment allait-il forger son équipe et lui montrer la direction. Celle d’une fonderie liée aux prototypes de l’automobile, de l’armement et de l’aéronautique manière de cumuler la difficulté, les emmerdes. Nous avons rencontré à l’ouvrage six mouleurs avec 4 vis pour préparer le sable, 4 fours, objet d’un récent investissement,

deux installations de traitements thermiques, une installation de fluo, 2 tri-dim et deux bras Faro, l’intégration de la simulation numérique (remplissage solidification qui permit d’optimiser la qualité des pièces) que complète un tout nouvel atelier d’usinage. Pour faire face à la concurrence internationale, les fondeurs français ont un souci permanent de gain de productivité qui s’exprime par une volonté de gagner en coût, en délai et en qualité. Cette dernière eu égard aux exigences des marchés de la fonderie Moulin (aéronautique, automobile notamment) est le moteur de ces 24 passionnés de notre métier, encadrés par Pascal Barthélémy et Christophe de Saint Omer. Pascal et Christophe managés par Aurélia Lalloyer assistante et responsable du site aux côtés de M. Samba Koné qui a su leur confier Pouvoirs & Responsabilités. Le Groupe de 86 salariés qu’il dirige réalisa 9.965 millions de chiffres d’affaires en 2017 . Voilà de quoi repérer un ratio que les confrères peuvent envier.

Belgique : Pedeo fonderie sous pression reçoit des ingénieurs en formation

DH.be journal -

Pour Piet D’Haeyer, managing director de Pedeo fonderie sous pression, accueillir de futurs ingénieurs fait sens. “Nous pouvons ainsi contribuer à la formation des ingénieurs de demain. Nous avons également précisé aux étudiants que la gestion d’une entreprise ne se résumait pas à la technique. Des aspects comme l’organisation, l’automatisation, la numérisation et la flexibilité de l’entreprise sont tous aussi importants, au même titre que la proximité avec le client ou l’écologie. Une entreprise doit pouvoir gérer en même temps tous ces processus.”

Une cinquantaine d'étudiants en Polytechnique ont pu découvrir de nouvelles technologies

Lire la suite...

lundi, 10 décembre 2018

Derichebourg recycle ferreux & non ferreux

le ferrailleur génial est devenu un champion mondial du recyclage . "Rien ne se perd , rien ne se crée , tout se transforme" , la maxime de Lavoisier va bien à la fonderie, elle concerne aussi Derichebourg, champion de l'économie circulaire, dont le fondateur en 1950 a vu son fils poursuivre son développement en investissant dans le marché de la collecte des déchets d'entreprise.

En 1996 , Daniel Derichebourg devient l'actionnaire majoritaire de la CFF :Compagnie Française des Ferrailles. Début 2000, la CFF devient CFF recycling qui fusionnera avec Penauilles-Polyservices se développera à l'international.

Aujourd'hui l'entreprise pèse 2.9 milliards d'euros de CA et emploie 36 500 collaborateurs (à rapprocher du nombre de collaborateurs de la fonderie française ) et produit 3.7 millions de tonnes de ferrailles, 540 000 tonnes de métaux non ferreux dont 67 000 tonnes de lingots d'aluminium.

Altifort boucle son offre de reprise d'Ascoval

Les Echos - Créée en 1975 par Vallourec, l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve est en redressement judiciaire depuis janvier.

Le groupe franco-belge Altifort est le seul candidat à la reprise d'Ascoval, une aciérie de 281 salariés située à Saint-Saulve, dans le Nord. Bruno Le Maire espère boucler le dossier ce lundi

Lire la suite...

Au Canada la fonderie Horne recycle

Recyclage dans la fonderie Horne au Canada

Inspection des disques de frein

3dCast-B est une machine d’inspection 3D non destructive qui contrôle les pièces de freinage (formes disque ou moyeu), les disques bruts ou usinés et sur toutes les faces.

dimanche, 9 décembre 2018

Lu pour vous - le passage d'un monde à un autre.

Une transformation inéluctable l'écologie. L'humanité n'a encore qu'à peine bougé, mais elle va accélérer dans les vingt ans qui viennent parce qu'il s'agit de la survie du genre humain. La prise de conscience tarde mais elle va venir, la transformation sera irrésistible. La vague va monter, elle va brutaliser les modes de vie du XXe siècle, les habitats, les transports, la consommation.

Le peu qui a été fait amène par exemple en France à rehausser le coût du carbone par une taxe de 7 euros la tonne en 2010 à 45 euros en 2018, et à 100 euros en 2030. C'est indispensable, c'est irrémédiable, ce sera fait. Nous ne voyons que le début.

Brutale transformation

Le XXe siècle a gonflé et enrichi une classe moyenne, permettant à des millions de ménages occidentaux de connaître le confort d'une maison propre et chauffée, d'une alimentation saine et diversifiée, des loisirs et des vacances à l'autre bout du monde. Dans les années 1960 et 1970, les salaires du top management augmentaient moins vite que ceux du salarié de base. Les inégalités diminuaient.

Le XXIe est caractérisé par l'inverse, par la décomposition de la classe moyenne . Les emplois « moyens » d'hier, qui bénéficiaient d'une promotion automatique par ancienneté, donnant à tous l'assurance d'une « carrière » fût-elle modeste, sont en train de disparaître au profit d'un bas où les métiers sont révocables, peu couverts par les systèmes d'assurance d'hier, mal payés mais exigeants en dévouement, et d'un haut où il faut être créatif à tout âge tout en étant obéissant. Le revenu médian stagne depuis 1980 aux Etats-Unis, les inégalités explosent.

Lire la suite...

- page 1 de 801