la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 992622
Aujourd'hui : 444
En ligne : 3

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, 18 novembre 2017

La fin des cadres

Henri Gibier - Les Echos C'est ni plus ni moins que la fin de la retraite des cadres en tant que telle qui vient d'être entérinée ce vendredi avec la conclusion des négociations entre le patronat et les syndicats sur la fusion de l'Agirc et de l'Arrco, décidée il y a déjà deux ans.

Les deux caisses ne feront plus qu'une, les divers droits familiaux étant alignés sur le plus avantageux des deux régimes. Cet accord confirme la création, actée dès 2015, d'un système de bonus-malus sur les pensions pour inciter les salariés à travailler plus longtemps.

Seuls syndicats opposés à l'accord, la CGT et FO estiment qu'il entraînera fatalement une baisse du niveau des pensions, ce que contestent tous les autres signataires. Les cadres continueront à payer des cotisations spécifiques équivalentes à celles qui existent.

Il n'empêche, c'est très largement sur l'existence d'un régime de retraite particulier géré par l'Agirc que la catégorie des cadres s'est imposée après guerre dans le paysage social français. Une originalité par rapport à la plupart des autres pays comparables, qui a nourri une mythologie sur un certain standard social et style de vie propre à ces salariés, dont l'apogée se situe dans les années 1960 et 1970.

Les révolutions managériales des dernières années ont transformé en grande partie ce statut en fiction. Avec la disparition du régime de retraite autonome, c'est ce statut lui-même qui subit un coup symbolique probablement mortel.

vendredi, 17 novembre 2017

Mac-Paris automne

laisse une petite place à la fonderie dans l'art contemporain au 74 rue Richard Lenoir à Paris.

un sablier de cendres qui ne mesure jamais le temps de la même façon un sablier de sable qui ne se vide jamais entièrement : une imposture ?

mercredi, 15 novembre 2017

Contrats records pour Airbus

et Boeing au salon de Dubaï (Les Echos) Avec ce contrat, la guerre des commandes est relancée entre Airbus et Boeing - Eric Cabanis/AFP Le fonds Indigo a commandé 430 moyen-courriers de la famille A320 à Airbus. Boeing a riposté avec une méga commande de 225 appareils de Flydubai.

Lire la suite...

Les diagrammes de phase binaire fer-carbone - vidéo

à retrouver sur le blog souspression.canalblog.com

Cette vidéo de près 2 heures vous dit TOUT sur les diagrammes de phase binaires (eutectique, péritectique, eutectoide, ..., les règles d'équilibre, le rapport avec la microstructure, les transformations à l'état solide).

Paris : une nouvelle salle d'art numérique dans une ancienne fonderie...

Le Parisien -

...de la rue Saint-Maur (XIe), l’opérateur privé Culturespaces ouvrira le 13 avril prochain un centre d’art numériques où sera projeté des reproductions monumentales d’oeuvres d’art. La première exposition sera consacrée à Klimt.

Admirer dans ses moindres pixels la reproduction numérique du fameux « Baiser » de Klimt, projeté sur 10 m de haut au son d’une musique enveloppante. Ce sera possible dès le vendredi 13 avril prochain, date d’ouverture de « L’Atelier des Lumières », nous annonce en avant-première Culturespaces, à l’origine de ce centre d’art numérique actuellement en chantier au 38, rue Saint-Maur (XIe), à deux pas du métro Voltaire. Dans cette ancienne fonderie du XIXe siècle dont seront conservés divers éléments (lire encadré), l’opérateur privé proposera pour le prix d’une séance de cinéma des « expositions immersives monumentales », comme il le fait depuis cinq ans dans une carrière désaffectée des Baux-de-Provence (Bouches-de-Rhône). « L’Atelier des Lumières en chantier » LP/J.D.

Lire la suite...

mardi, 14 novembre 2017

L’apprentissage, une clef de la réussite depuis des siècles

Chronique de Jean Marc Vittori

L’apprentissage est un formidable levier de progrès. Pour développer l’activité en Europe au Moyen Age, pour lutter aujourd’hui contre le chômage des jeunes, pour préparer le monde de demain.

C ’est un moment crucial de la vie active. C’est aussi un échec majeur de la France. Le passage de l’école à l’emploi échoue trop souvent. Un jeune actif sur quatre est au chômage. Et pour beaucoup d’autres, l’entrée dans la vie professionnelle est un douloureux parcours du combattant. Voilà pourquoi la rénovation de l’apprentissage que veut mener le gouvernement est une réforme essentielle, même s’il ne s’agit que d’un outil parmi d’autres de l’entrée dans le monde du travail.

L’enjeu dépasse l’aménagement de tel ou tel dispositif. La montée en puissance de l’apprentissage dans l’Europe médiévale expliquerait… l’avancée prise par le Vieux Continent dans la révolution industrielle ! En France, l’apprentissage est un magnifique concentré des travers nationaux. Il est d’abord marqué par une méfiance générale. Méfiance de l’Education nationale vis-à-vis des entreprises, suspectées de vouloir exploiter la jeunesse, ce qui aboutit à des formations peu adaptées. Méfiance des enseignants et des parents vis-à-vis de filières jugées peu valorisantes, ce qui constitue un handicap dans un pays où les statuts ont une importance majeure. Méfiance des entreprises vis- à-vis d’une administration sourcilleuse. On ne compte plus les exemples délirants.

Lire la suite...

Il faut enrayer d'urgence le déclin de notre industrie

Les Echos - JEAN PEYRELEVADE

Le déficit de notre balance commerciale et nos pertes de parts de marché témoignent de notre perte de compétitivité. Une situation que l'actuelle baisse des charges ne suffit pas à résoudre. Il faut aller plus loin.

Les hommes politiques prétendent agir au nom de l'intérêt général dont ils se présentent comme les seuls gardiens. Cette affirmation est intemporelle. De ce seul fait, elle ne résiste pas à l'examen.

En effet, la vie démocratique est rythmée par des élections. L'horizon de ceux qui détiennent le pouvoir ou visent à le conquérir est borné par la date de l'élection présidentielle suivante. L'adoption du quinquennat a raccourci ce calendrier. Or la recherche de l'intérêt général doit s'inscrire dans le temps. Sans mettre en cause la sincérité de nos dirigeants, on peut penser qu'ils se soumettent (et nous avec) à une surpondération du court terme. Leur vision de l'intérêt général ne correspond généralement pas à l'optimum à long terme pour la société : cela est vrai dans de nombreux domaines, mais particulièrement en matière économique.

Le niveau élevé du chômage est l'un des problèmes français les plus aigus.

Lire la suite...

Nos amis du Groupe Nord/Ile-de-France vous convient à la journée

de Saint Eloi le samedi 24 novembre 2017 à Courtrai (Belgique). L' équipe AAESFF / ATF a préparé un superbe programme, que vous découvrirez avec le bulletin d'inscription sur le site de l'AAESFF : www.aaesff.com en page d'accueil. - Visite de la fonderie FERROMATRIX

- Déjeuner au Lycée Gustave EIFFEL.

- Cinq Conférences techniques

- Honneur à Philippe DELZENNE

- Dîner de la St Eloi Cette journée conviviale, technique et festive vous permettra de vous retrouver entre ESF/ESFF, membres de l'ATF et amis de la Fonderie et de la Forge.

Comme habituellement nous espérons vous retrouver nombreux à cette nouvelle Saint Eloi du dynamique Groupe Nord/Ile-de-France A disposition pour toute information complémentaire.

Bernard Guironnet – Tél 06 82 30 52 33 - Alain Trotzier Tél 06 09 60 05 97

Forge & Fonderie‏ des offres d'emplois

Sans #ForgeFonderie, pas de skate ! C’est la #Fonderie qui réalise les trucks pièces qui maintiennent la planche aux roues ! #métiersdegénie

lundi, 13 novembre 2017

Qui veut du sable de Fiday Gestion (70) ? le pro des tambours de freins

L'Est Républicain

La fonderie de Chassey-lès-Scey ne sait quoi faire de son sable usagé. Elle a proposé à des groupes de travaux publics de leur céder pour l’incorporer dans des remblais routiers. L’idée fera-t-elle son chemin ?

Mardi dernier, l’entreprise Fiday Gestion avait invité des acteurs privés et publics à réfléchir à une réutilisation de son sable usagé. Elle possède un stock de 240 000 T. Photo Dominique ROQUELET

Lire la suite...

PSA produira des voitures en Algérie dès l'an prochain

Les Echos - Le groupe dirigé par Carlos Tavares compte sur sa future usine algérienne pour porter ses ventes à 700.000 unités par an dans la zone Afrique-Moyen-Orient. - AFP Après deux ans de négociations, PSA a signé un accord pour l'implantation d'une usine en Algérie, qui produira 75.000 véhicules par an d'ici 5 ans.

Bonne nouvelle donc pour PSA. Alors que le constructeur français attendait le feu vert des autorités algériennes depuis plusieurs mois, il a enfin signé un accord pour construire une usine dans le pays.

POCLAIN TECHNICAST (72) accueille les stagiaires du Cyclatef A3F, dédié aux sables à vert

Notre groupe de formation a eu le plaisir d’être reçu par l’équipe technique de cette fonderie qui appartient au groupe Français Poclain. Cette fonderie initialement crée en 1848, par les frères Grandry, à Nouzonville dans les Ardennes, et installée depuis 1939 à Sablé sur Sarthe est la preuve que la transmission du savoir faire, couplé à des capacités d’innovation, permettent à notre métier d’attirer des industriels de renommée mondiale.

Le groupe Poclain a en effet annoncé en 2015, la reprise de cette fonderie reconnue notamment pour son savoir faire dans les composants hydrauliques coulés en fonte GS.

Accueilli par MM Denis Rocher, Pascal Poussier et Jean Yves Merlevede, nous avons dans un premier temps pu découvrir les multiples produits et techniques de cette fonderie au travers de vidéos.

La visite des ateliers a ensuite permis d’illustrer de façon pratique, le thème de notre session de formation. La visite de la sablerie récemment modernisée, dotée d’un nouvel outil de préparation et de contrôle d’aptitude au serrage, (on ne dit plus malaxeur, mais mélangeur selon nos spécialistes de la préparation du sable à vert), les explications techniques de nos hôtes, ont été très appréciées pas nos stagiaires.

La visite complète des ateliers a permis à notre groupe de comprendre que les récentes installations et les investissements des dernières années, tels que ceux découverts dans l’atelier de noyautage, à la fusion, en finition vont être suivis dans les mois à venir par d’autres moyens destinés à améliorer la productivité la capacité de production et les conditions de travail du site de Sablé sur Sarthe.

Un vrai plaisir pour les professionnels que nous sommes de voir que des fondeurs investissent pour l’avenir, ici comme ailleurs où la fonderie a une place importante et participe aux développements techniques et industriels nécessaires aux évolutions de notre société. Notre session 2017 à laquelle s’est joint Mr Benoit Augendre des Fonderies de Brousseval, ici remercié par notre association, aborde également le délicat sujet de traitement des sables usagés.

Mr. Benoit Augendre a présenté le projet qu’un groupe de fonderies a mené pour apporter une réponse positive à ce sujet sur lequel travaille nombre de fondeurs Français, nos instances, les fournisseurs de matériels…. Nous avions découvert en 2016 lors de la visite du site de PSA Sept Fons dans l’Allier des procédés innovants pour le recyclage des sables et la réduction de quantités importantes de sables rejetés.

Nos formations inter entreprises sont à ce titre, intéressantes, car elles permettent d’étendre les présentations et les bases nécessaires à la formation et au perfectionnement des ingénieurs et techniciens de notre métier, tout en ouvrant ces formations de base, aux nouvelles techniques et matériaux récemment mis en œuvre par les industriels de notre profession, la Fonderie.

C’est en quelque sorte la nécessité d’allier, savoir faire et faire savoir…….. Nos associations, l’ATF et A3F remercient ici Mr Philippe Reynolds le directeur du site qui a ouvert la fonderie à la visite de notre groupe de formation Nous vous invitons pour plus de détails et de précisons à visiter le site de cette fonderie. https://www.poclain-technicast.com/fr/noyautage-metallurgie-complexe/ Patrice Moreau Vice Président de l' ATF

dimanche, 12 novembre 2017

En France, fermeture en douceur de la dernière usine de pistons

"la pièce anti-fonderie avec ses parois minces et sa tête épaisse." Filiale de l'allemand Rheinmetall Automotive, KS Kolbenschmidt France ferme son usine de Basse-Ham. Le reclassement des 144 salariés s'annonce sous des auspices plutôt favorables.

L'heure de la fermeture approche pour l'usine KS Kolbenschmidt France (KSKF) de Basse-Ham (Moselle). Les premiers départs vers de nouveaux emplois ont commencé début novembre et la totalité des 144 salariés de la dernière usine de pistons de France auront quitté leur poste d'ici à janvier prochain. « Ces dernières années, nous avons entrepris des efforts considérables pour trouver de nouveaux marchés. Mais le manque de compétitivité financière au niveau international n'a pas permis d'engranger de nouvelles commandes et il est devenu impossible d'envisager le maintien de l'activité pistons », résume Martial Habay, président de KSKF.

Les syndicats nuancent cette analyse, estimant que la maison mère allemande, le groupe Rheinmetall Automotive, a sciemment transféré les commandes les plus rentables vers des sites situés dans des pays à moindre coût, dont la Tchécoslovaquie. En 2009, puis en 2013, deux plans de sauvetage successifs ont supprimé 160 postes à Basse-Ham sans enrayer le déclin de l'usine. Excellente productivité

« Le personnel a fait preuve d'une implication exemplaire, en maintenant jusqu'au bout une excellente productivité. Ce professionnalisme leur bénéficie aujourd'hui, car les entreprises du secteur connaissent le potentiel des anciens de KSKF », souligne Fabrice Martiny, délégué CFDT de l'entreprise. En France et au Luxembourg, la cellule de reclassement de KSKF a recueilli 150 offres d'emploi, certains recruteurs venant présenter leur société au sein même de l'usine. Autre filiale de Rheinmetall Automotive également implantée à Basse-Ham, le fabricant de pompes Pierburg Pump Technology a ouvert 45 postes aux collègues de KSKF. Indemnités extralégales

Le reclassement intégral de l'effectif ne sera pas aisé pour autant : 80 ouvriers sont âgés de plus de cinquante ans et nombre d'entre eux ont effectué toute leur carrière dans l'usine créée par Renault en 1981 sous le nom de « Société Mosellane De Pistons ». Les syndicats ont obtenu un accompagnement sur douze mois et des indemnités extralégales indexées sur l'âge des salariés pour faciliter leur retour à l'emploi ou préparer leur retraite. Pascal Braun

samedi, 11 novembre 2017

La revue Forge Fonderie

est conçue pour valoriser les métiers et les entreprises de la transformation des métaux en témoignant de leur dynamisme et de leur compétitivité. Les contributions de tout l’écosystème de la transformation des métaux y sont vivement encouragées pour souligner la puissance de cette industrie au service des secteurs clients. Créé et édité par la Fédération Forge Fonderie, et tiré en 4 numéros par an (2018) à 3.500 exemplaires, ce magazine professionnel a pour vocation d’offrir à ses lecteurs, entreprises, clients, corps enseignant, étudiants, un regard transversal sur l’ensemble des sujets liés à la Forge et à la Fonderie : dossiers techniques, analyses économiques, réglementaires, sociales, environnementales, clins d’œil historiques, réflexions managériales et sociétales.

Saint Eloi - Rhône Alpes le 9 déc

moulage au LT Hector Guimard de Lyon notamment. Saint Eloi Rhône Alpes decembre 2017.pdf Nos amis du Groupe Rhône Alpes vous convient à la journée de Saint Eloi le samedi 09 décembre 2017 à Lyon (69).



Mourad Toumi (1999) et son équipe AAESFF / ATF ont préparé un superbe programme, que vous découvrirez avec le bulletin d'inscription sur le site de l'AAESFF : www.aaesff.com en page d'accueil. - La matinée Moulage suivi du déjeuner au Lycée H.Guimard à Lyon. - Un après-midi au Genas Karting. - En soirée la visite de Lyon lors de la Fête des Lumières et en option le dîner de la Saint Eloi



Cette journée conviviale, technique et festive vous permettra de vous retrouver entre ESF/ESFF, membres de l'ATF et amis de la Fonderie et de la Forge. Comme habituellement nous espérons vous retrouver nombreux à cette nouvelle Saint Eloi du dynamique Groupe Rhône Alpes A disposition pour toute information complémentaire.

Bernard Guironnet – Tél 06 82 30 52 33 & Alain Trotzier - Tél 06 09 60 05 97

XVIè arrondissement : étonnants robinets

la grande classe...pour les beaux quartiers. Le puits artésien de l'ENP de Creil n'était pas si chouette.

Fonderie L'Huilier 03) toujours et encore

http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/allier/sante-fer-derniere-fonderie-artisanale-allier-1363191.html Une santé de fer pour la dernière fonderie artisanale de l'Allier vue et appréciée par FR3

La dernière fonderie artisanale de l'Allier fait sa place parmi les 300 fonderies françaises / © Aurélie Albert

Depuis 51 ans, dans la montagne bourbonnaise, à Lapalisse, la fonderie L'Hullier s'active. Dans la dernière fonderie artisanale de l'Allier, parmi les 7 personnes qui travaillent ici: Sébastien L'hullier (ESFF 2006). Il a pris la tête de la petite entreprise depuis 2010.

Depuis trois générations, la famille L'Hullier est dans la fonderie. "Depuis tout petit, j'ai vu mon père travailler et donc, je savais ce que je voulais faire et j'ai fait mes études en conséquence", raconte Sébastien, le jeune PDG de cette petite entreprise de sept salariés. L'entreprise a été créée par son grand-Père Louis Eugène L'Hullier. Certes, les machines ont bien changé depuis sa création en 1966 mais la matière première reste la même à quelques exceptions près. Du modelage aux finitions, tout est fait à la main. Ce qui fait d'elle la dernière fonderie artisanale d'Auvergne. William Pommier, conducteur de four, s'enorgueillit de travailler dans cette fonderie car pour lui, "c'est un métier atypique, qu'on ne retrouve pas partout en France."

Chaque année, deux-cents tonnes de fonte sont coulées dans la petite entreprise de Lapalisse. Loin des sept-cents tonnes par jour des grandes fonderies industrielles comme PSA, mais Sébastien L'Hullier ne se décourage pas car, selon lui, l'entreprise familiale aura toujours sa place sur les petites séries. Plus de 95% du travail est à destination de l'industrie et la petite entreprise se fait progressivement une place parmi les 300 fonderies françaises.

Les fondeurs sont-ils timbrés ?

Question d'Olivier Bischoff : https://www.ebay.fr/sch/i.html?_sop=1&_nkw=four+fonderie Olivier BISCHOFF Technico commercial Sud-Ouest + département 38.

vendredi, 10 novembre 2017

économie de sable

https://twitter.com/SibelcoCeramics/status/928853368352788480?t=1&cn=ZmxleGlibGVfcmVjcw%3D%3D&refsrc=email&iid=c63b6642b614497e9a1fe2786d84a838&u

Mecachrome : A Vendre

Selon les Echos - Mecachrome, numéro un européen de l’usinage de pièces aéronautiques, emploie près de 3.000 salariés en France et à l’étranger.

Fournisseur stratégique d ’Airbus e t d e Safran. Mecachrome fabrique notamment les cônes d’entrée et les aubes de turbines en titane du moteur Leap de CFM International, qui équipe les Boeing 737 Max et la moitié des Airbus A320 Neo.

Mecachrome est également la seule entreprise en France maîtrisant l’usinage cryogénique à l’azote liquide.

Eramet, dont la filiale de métallurgie Aubert & Duval est déjà partenaire de Mecachrome serait sur les rangs . Les deux entreprises ont créé il y a un an une coentreprise autour d’un site d’usinage de pièces en titane de grandes dimensions, en Ariège, spécialisée dans la production de pièces d’aérostructures – cadres de portes, renforts de voilures et autres piè- ces – pour les Airbus A350.

Eramet est également partenaire de Safran dans le domaine des poudres d’alliages destinées aux nouvelles imprimantes 3D. L’addition de Mecachrome et d’Aubert & Duval permettrait à Eramet de renforcer ses positions dans l’aéronautique, en étant présent sur l’ensemble de la chaîne de production de pièces d’aérostructures, depuis l’extraction du minerai jusqu’à l’usinage.

Cependant, Eramet n’est pas le seul partenaire en lice et il n’est pas certain que la logique d’intégration verticale soit vue d’un bon œil par tous les partenaires de Mecachrome.

- page 1 de 698