la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18



Visiteurs : 27161
Aujourd'hui : 403
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, 28 janvier 2020

Un "car guy" italien pour diriger Renault

Les Echos-

Décidément, Renault a du mal à résister aux charmes de l’Italie. Après avoir failli se marier avec Fiat Chrysler contrôlé par la famille Agnelli, c’est encore de l’autre côté des Alpes que l’ex-Régie est allée chercher son pilote opérationnel. Le conseil d’administration a entériné en début de soirée l’arrivée du Milanais Luca de Meo aux commandes de la marque au losange. Agé de 52 ans, le nouveau DG est ce qu’on appelle un « car guy », un amoureux de la « bagnole ».

Réputé convivial, chaleureux et … francophile, le transfuge de Volkswagen arrive auréolé de ses succès à la tête de Seat, le canard boiteux du groupe allemand qu’il a remis sur les rails en quatre ans, grâce à un cocktail d’innovation technique et d’inspiration marketing surtout.

C’est à lui qu’il reviendra, en tandem avec le président de Renault Jean-Dominique Senard de relancer le constructeur français et de redonner du souffle à l’alliance avec Nissan. Un agenda chargé auquel il ne pourra cependant pas s’attaquer avant le 1er juillet, puisqu’il est encore lié pour quelques mois à Volkswagen par un contrat de non-concurrence.

Le temps presse pourtant pour Renault. Mais comme le dit le proverbe italien « qui va piano va sano va lontano !»

Le Creuset (02)

Cette marque française est sans doute l'étalon-or ... .... de la fonderie.

PASSIONNÉMENT brut de FONDERIE

réalisation d'un presse papier, sigle LF et n° de Tel sortent en BRUT DE FONDERIE c'est magique!!

Fonderie d'aluminium par gravité à vendre -( Chabottes 05)

LDMETAL est une SARL au capital de 7 500€ saine financièrement.
Fondée il y a presque 20 ans, c'est une fonderie aluminium par gravité.
Elle possède des machines-outils afin de répondre à la plupart des fabrications de pièces en moyenne ou grande séries.

Lire la suite...

BIENVENUE à BMF

Boniface Machines Fonderie notre nouveau sponsor 2020 que dirige notre ami Jérôme Klein (ESFF 2000) ici remercié. BMF - Boniface Machines de Fonderie est une société française spécialisée dans les matériels de fonderie, les chantiers de moulage à prise chimique et le grenaillage. A ce jour, BMF a installé plus de 1000 malaxeurs et 150 régénérations de sable dont 20 régénérations thermiques en France et à l'étranger.

Contactez-nous : 02 35 18 53 10 Présentation

Petite vidéo ci dessous réalisée par un créateur d'imprimantes 3D

Il y montre les applications de l'impression par dépôt de fil plastique (surement de l'ABS) dans une Fonderie tchèque.

La crise du 737 MAX pèse sur les fournisseurs de Boeing comme Arconique

que nous avions visité. arco43.jfif

arco87.jfif Idem pour Safran à Corbeil qui livre certains moteurs des Boeing. les Echos Le producteur d'aluminium Arconic a indiqué lundi qu'il pourrait perdre 400 millions de dollars de chiffre d'affaires cette année en raison de la suspension de la production des 737 MAX. Il a également laissé entendre qu'il pourrait devoir licencier des salariés.

lundi, 27 janvier 2020

COMPTEUR DU BLOG .

1712 visites pour ce lundi à 21 h 45.

La qualité ça commence tôt

moulé par les enfants au LT Hector Guimard le 7 dec

La fonderie c'est aussi des rencontres de qualité. la clé usb de cette journée est à la poste depuis ce matin direction Mme la proviseure et M.Dor.

Ferry-Capitain (52): Plus que fondeur, solutionneur.

L'EST- Républicain Ferry-Capitain, l’entreprise des pièces gigantesques L’une est meusienne, l’autre champenoise. Deux intercommunalités se sont associées de manière inédite avec la Région, au nom de l’emploi. Symboliquement, le pacte a été conclu du côté de l’un des fleurons de l’industrie française dont les pièces équipent le métro de Los Angeles ou encore le viaduc de Millau. La fonderie Ferry-Capitain s’ouvre à présent au secteur aéronautique. Les couronnes dentées pouvant atteindre un diamètre de 16 m sont l’une des spécialités de Ferry-Capitain, qui fournit notamment les grands industriels de la mine et du ciment. Photo ER /CD

Même pas peur. À l’image de la fonderie haut-marnaise Ferry-Capitain, mondialement réputée pour ces pièces gigantesques, les deux communautés de communes Portes de Meuse (55) et Bassin de Joinville-en-Champagne (52) ne se laissent guère impressionner. 35. 000 habitants à elles deux, soit 10 % de la métropole de Nancy comme l’a relevé Stéphane Martin, maire de Gondrecourt-le-Château et président de l’intercommunalité meusienne, elles se sont associées fin 2019 pour signer, conjointement, avec la Région, le Pacte offensive croissance emploi (POCE). Cette façon de transcender les limites départementales est une première dans le Grand Est. Elle s’explique par une proximité d’enjeux dont le projet d’enfouissement des déchets radioactifs Cigeo (Centre industriel de stockage géologique) n’est pas des moindres. Mais également par un passé-présent-futur partagé dans ce bassin de vie.

Au château de la Maison de Lorraine-Guise Symboliquement d’ailleurs, la signature du pacte s’est déroulée en décembre au château du grand jardin de Joinville, berceau historique de la Maison de Lorraine-Guise. Et elle a été précédée par un déplacement du président du conseil régional Jean Rottner au siège de Ferry-Capitain, à Vecqueville où cette entreprise familiale a été fondée en 1831. Dirigée par Marthe Prunier-Ferry, c’est aujourd’hui une filiale du groupe CIF, qu’elle préside, et qui compte 7 sites dans le grand quart nord-est de la France ainsi que dans la Ruhr (Allemagne), des succursales en Amérique du Nord, en Inde et au Moyen-Orient. Côté lorrain, Marthe Prunier-Ferry est administratrice au sein de l’entreprise Les Bronzes de l’industrie (LBI) à Amnéville.

Le nom de Ferry-Capitain est associé aux tunnels parmi les plus grands du monde (Grand Paris, métro de Los Angeles…) auxquels l’entreprise a fourni des pièces, aux brise-vent du viaduc de Millau, aux voussoirs du tunnel sous la Manche, aux poulies de la Tour Eiffel, à des rotors d’éoliennes off-shore, à des systèmes de transmission pour les mines d’or, de nickel et de cuivre au Chili, en Russie, en Afrique ou encore en Australie… Dans la métallurgie, ses couronnes dentées pouvant aller jusqu’à 16 m de diamètre ont témoigné de sa capacité à innover.

De Fokker à Boeing Du lourd qui permet de rebondir. En devenant une industrie 4.0, Ferry-Capitain s’est ouvert à un nouveau secteur. Elle a créé un département FC Aerospace. Le nouvel alliage mis au point par son service R & D lui a permis de breveter un châssis pour des pièces en matériaux composites destinées à l’industrie aéronautique. Le Néerlandais Fokker est intéressé. Airbus et Boeing suivent aussi de près ces recherches.

ETI (entreprise de taille intermédiaire), Ferry-Capitain réalise un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros principalement à l’exportation (80 %). Ses ateliers au bord de la Marne emploient 370 salariés… dont la moyenne d’âge est de 42 ans. De longue date, Marthe Prunier-Ferry a misé sur la formation. 34 apprentis y sont actuellement contractualisés, du bac jusqu’au niveau ingénieur. Quant à l’entreprise, bien qu’âgée de près de deux siècles, elle lance sa start-up, sous la houlette de son directeur technique, Jean-Baptiste Prunier : FER’INCUB s’apprête à répondre aux besoins d’expertise croissants de certains clients. Plus que fondeur, solutionneur.

Loire Fonderie (42)

dimanche, 26 janvier 2020

2 fois plus d'étudiants en métallurgie

mais ca se passe au Quebec !!!

samedi, 25 janvier 2020

Cast Iron Counterweights Secure the Performance of Off-Highway Vehicles

Linkedin - FMGC -

Counterweights made of cast iron offer the durability and reliability necessary for use in heavy-duty off-highway equipment applications. Cast Iron Counterweights Secure the Performance of Off-Highway Vehicles Counterweights made of cast iron offer the durability and reliability necessary for use in heavy-duty off-highway equipment applications. oemoffhighway.com

la Fonderie Faro enchantée par l’exposition de son banc à l’Elysée

La Dépêche

lImplantée à Casteljaloux, la Fonderie Faro a représenté le Lot-et-Garonne à La Grande Exposition du « Fabriqué en France » qui eu lieu à l’Elysée. Sa dirigeante, Léa Nieto, a rencontré le président Emmanuel Macron.

« C’est une vraie reconnaissance du savoir-faire de la Fonderie Faro et de ses salariés ».

Si Léa Nieto est enchantée par cette expérience unique, elle ne perd pas le nord et le sens de la communication. « J’ai pu faire des photos, échanger et j’ai eu l’occasion de m’adresser directement au président de la République, Emmanuel Macron, mais aussi au ministre de l’Économie Bruno Lemaire. J’ai été interrogée par France 2 et France 3 Aquitaine ». Le banc de la Fonderie Faro exposé dans les jardins de l"ElyséeLe banc de la Fonderie Faro exposé dans les jardins de l"Elysée

Le week-end dernier, dans le cadre de la première édition La Grande Exposition du « Fabriqué en France » qui a attiré plus de 10 000 visiteurs, Léa Nieto, 27 ans était sans doute la plus jeune dirigeante à être à l’Elysée. Depuis décembre, elle dirige la Fonderie Faro qui lui a été transmise par son père, Robert Nieto. « J’ai vu d’autres jeunes entrepreneurs mais, oui, j’étais peut-être la plus jeune à gérer une société de A à Z ».

Le hall d’exposition de Faro va doubler de superficie

Faro a plusieurs activités. Elle est notamment spécialisée dans le moulage de pièces destinées aux équipements agricoles et dans le mobilier urbain. Elle a obtenu fin 2019 le label national d’entreprise du Patrimoine Vivant.*

C’est un banc tout droit sorti de l’atelier casteljalousain qui, dès le jeudi 16 janvier, a été exposé dans les jardins de l’Elysée. Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, en a profité ! « Ce banc, explique Léa, est destiné au domaine public mais aussi aux particuliers. Il est robuste, bien « designé » et, bien entendu, « fabriqué en France ». Son prix n’est pas encore fixé mais il devrait se situer autour de 350 €.

Avec ce coup de projecteur, Faro compte passer à la vitesse supérieure. « Tout s’accélère », confie Léa Nieto avant d’annoncer par exemple que la superficie du hall d’exposition va bientôt être doublée. Il y aura une vue sur la fonderie.



1 700 sur la ligne de départ Pour participer à la Grande Exposition du Fabriqué en France, 1 700 entreprises de toute la France ont candidaté auprès d’un comité de sélection présidé par la Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, et composé de 10 personnalités reconnues pour leur engagement en faveur du Fabriqué en France. À l’arrivée, elles sont 101 à avoir été choisies. Une seule entreprise (TPE, PME/ETI, grand groupe) par département. Au-delà de la volonté de valoriser les savoir-faire, l’idée du Président de la République est de promouvoir un mode de consommation engagé. L’écologie (circuit court, réduction de notre empreinte carbone) et l’économie__ (faire vivre nos travailleurs et leurs territoires) sont au cœur de cet engagement. __

Dans les entrailles de Béroudiaux , la dernière fonderie de Revin (08).

L'Ardennais -

La fonderie Béroudiaux, propriété du groupe Bouhyer, fabrique des contrepoids pour grues mobiles. 100 % de leur production est exportée partout à travers le monde. L’entreprise, qui est en pleine croissance, recèle un savoir-faire ancestral. Visite exclusive. Deux cubilots situés au fond de l’usine tournent en alternance et produisent 14 tonnes de fonte par heure. Le métal en fusion ruisselle jusqu’à une poche qui sert ensuite à remplir des moules qui donneront la forme finale aux contrepoids pour les grues. Photos Karen KubenaDeux cubilots situés au fond de l’usine tournent en alternance et produisent 14 tonnes de fonte par heure. Le métal en fusion ruisselle jusqu’à une poche qui sert ensuite à remplir des moules qui donneront la forme finale aux contrepoids pour les grues.

Une odeur de métal imprègne l’air, du sable noir recouvre partiellement le sol et de la fonte en fusion coule des cubilots, éclairant l’endroit de reflets rougeoyants. Entre les murs centenaires de la fonderie Béroudiaux, les outils de production ont été modernisés au fil des décennies.

vendredi, 24 janvier 2020

Bienvenue aux deux premiers sponsors du blog en 2020 ;

MERCI à Cavenaghi et Aluminium Martigny.

Podium SNOW Fondériales 2020 Doucy Valmorel

Yannick remporte pour la 2ème fois consécutive le trophée Fondériales SNOW avec 1 min 03 s 97 , Bravo POUR TECH AB !!!
Le 2ème, Guillaume FABRE (UNION DES FORGERONS) n'est pas très loin du champion avec 1 min 04 s 15. peut être un titre en 2021 ?
Et notre 3ème, un fidèle du podium SNOW avec Mathieu CAHEN (FERRY CAPITAIN )

Fonderie Faro (47) : de retour de « LA GRANDE EXPOSITION DU FABRIQUE EN FRANCE »

De retour de « LA GRANDE EXPOSITION DU FABRIQUE EN FRANCE » à l’Elysée, Léa LABADESSE-NIETO, Gérante et propriétaire de la fonderie FARO, a pu nouer des contacts très précieux durant les trois jours. La fonderie française fut à l’honneur, Le Président, Le Ministre et la secrétaire d’Etat ont affiché une authentique volonté de développer le __« fabriqué en France »

Lire la suite...

Ces pays qui veulent créer leur constructeur automobile

Les Echos Au Vietnam, en Turquie et en Pologne, des sociétés ont engagé de lourds investissements pour créer des constructeurs automobiles nationaux. Soutenues par les pouvoirs publics locaux, ces initiatives pourraient faire des émules ailleurs dans le monde.

VinFast a commencé à produire des voitures made in Vietnam en juin 2019, dans une usine située à Haiphong, au nord du pays.

Créatrice d'emplois, source de fierté nationale, l'industrie automobile suscite des convoitises. Au point que plusieurs pays ont décidé ces dernières années de se lancer dans l'aventure et de créer un constructeur national. Au Vietnam, le conglomérat VinGroup a ainsi créé en 2017 VinFast, une filiale dédiée à l'automobile : celle-ci a dévoilé ses premiers « concept cars » en octobre 2017 et présenté deux modèles au Salon de Paris en octobre 2018 - elle a lancé en juin 2019 la production dans une usine située à Haiphong, au nord du pays. Et Vinfast compte bien poursuivre avec une voiture électrique.

En Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan a lui-même assisté en décembre dernier à la présentation en grande pompe de deux prototypes de voitures électriques « made locally », un SUV et une berline, par un consortium baptisé TOGG . Objectif, démarrer la production fin 2022. Le lieu de construction de l'usine, près de Bursa au sud d'Istanbul, est déjà choisi.

Lire la suite...

Gupta regroupe ses activités dans __l'aluminium__ et base la nouvelle entité à Paris

Les Echos - Le conglomérat de l'homme d'affaires anglo-indien Sanjeev Gupta simplifie son organisation. Après l'acier logé dans Liberty Steel Group, c'est au tour des activités autour de l'aluminium d'être réunies dans Alvance, qui sera basée avenue Kléber, à Paris.

Le milliardaire anglo-indien Sanjeev Gupta a fait en quelques années d'un « family office » un groupe industriel qui pèse 20 milliards de dollars, dont 1,5 milliard dans l'aluminium, et emploie plus de 30.000 salariés. (BEN STANSALL/AFP)

Le milliardaire anglo-indien Sanjeev Gupta , qui se pique de réindustrialiser l'Europe et s'est fait connaître en France en rachetant la fonderie d'aluminium de Dunkerque (un site historique de Pechiney), clarifie l'organisation de son groupe. Après avoir regroupé en octobre dernier dans une entité unique, Liberty Steel Group, toutes ses activités dans l'acier, il rassemble toute sa filière aluminium dans une seule entreprise, Alvance, qui sera basée à Paris.

L'idée est de mettre de l'ordre dans le holding GFG Alliance (Gupta Family Group), un conglomérat présent à la fois dans l'extraction minière, la production d'acier et d'aluminium, le négoce, la banque ou encore l'immobilier. Un petit empire qui ne cesse de grandir. Il dégage désormais 20 milliards de dollars de chiffre d'affaires et emploie plus de 30.000 salariés.

Du « family office » au groupe industriel

« Jusqu'à l'an dernier, nous étions un family office, désormais nous sommes un groupe industriel, expliquait jeudi aux « Echos », depuis Davos, Sanjeev Gupta. Nous avions plus d'une centaine d'entreprises qui étaient toutes des investissements indépendants. Nous les regroupons en trois verticales : l'acier, l'aluminium et bientôt l'énergie ». Cette dernière devrait être mise en place d'ici au mois de juin.

Alors que la croissance du groupe à vitesse grand V lui a parfois valu des critiques quant au manque de lisibilité de son organigramme et à l'opacité de ses financements, il s'agit d'apporter de la transparence à l'ensemble tout en favorisant le dégagement de synergies entre l'amont et l'aval. « Elles pourraient facilement atteindre plusieurs dizaines de millions d'euros », indique Sanjeev Gupta.

Plus de 1.700 personnes

La nouvelle entité, dont le chiffre d'affaires pourrait tourner autour de 1,5 milliard de dollars, emploiera plus de 1.700 personnes, dont environ 1.500 en France. Elle regroupera outre la fonderie de Dunkerque (Nord), la plus grosse d'Europe, celle de Fort William en Ecosse, la seule fonderie d'aluminium du Royaume-Uni, mais aussi les activités de fabrication de jantes en aluminium basées à Châteauroux, et de production de culasses et de blocs-moteurs localisées à Châtellerault. Le groupe est aussi en train d'acheter les laminoirs d'aluminium de Duffel en Belgique - une opération qu'examine actuellement à la loupe la direction de la concurrence de la Commission européenne.

Le groupe a profité de cette annonce pour étendre à l'aluminium l'objectif de neutralité carbone d'ici à 2030 qu'il s'était déjà fixé l'an dernier pour l'acier. « Nous serons les premiers à atteindre cet objectif, dans un cas comme dans l'autre, promet Sanjeev Gupta. Nous voulons être le plus gros producteur d'acier et d'aluminium verts au monde ».

GFG produit 330.000 tonnes d'aluminium par an (dont 300.000 à Dunkerque et 30.000 à Fort William), sur une production mondiale de 5.435 millions de tonnes en décembre (dont 3.046 millions venant de Chine). Les prix ont baissé d'environ 20 % sur les deux dernières années, victimes de la surproduction chinoise.

- page 1 de 893