la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 12177
Aujourd'hui : 10
En ligne : 3

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 18 février 2019

"J'ai la mémoire qui flanche

je m'souviens plus très bien".... C'est l'âge !!! ? Selon Nietzsche, l'oubli est une condition du bon fonctionnement du vivant.

Alors pourquoi faudrait-il se réjouir d'avoir la mémoire qui flanche ? J'en parlerai à Francis qu'ici je salue .

HEA - Une toute nouvelle famille d'alliages métalliques très prometteurs

Source My little blog & www.france-metallurgy.com

Des scientifiques du Oak Ridge National Laboratory (Tennessee) travaillent à la mise au point d'alliages à haute entropie (HEA) qui seraient bien plus performant que les aciers actuellement utilisés dans les centrales nucléaires pour leur tenue sous radiations. Les HEA ont la particularité d'être composès de 5 métaux en proportions sensiblement égales. Il faudra cependant encore de nombreuses années pour une utilisation industrielle. HEA___hight_entropy_alloy

A l'heure actuelle, l'acier utilisé au coeur des réacteurs a une durée de vie limitée, nécessitant de coûteuse opérations de maintenance pour changer ou réparer les pièces défectueuses. En effet, les neutrons du coeur du réacteur interagissent avec l'acier et le rendent à termes fragile.

Explication de la meilleure tenue des HEA Pour les alliages à haute entropie, les cristaux des différents éléments sont distribués aléatoirement. Ainsi, le risque de rencontrer un atome d'un autre élément est le même dans toutes les directions alors que dans les aciers traditionnels, des directions privilégiés existent qui fragilisent le matériau. Bien que ce type de matériaux soit connu de manière théorique depuis une dizaine d'années (en 2004), ce n'est que très récemment que leur propriétés les ont rendus suffisamment attractifs pour être utilisés en R&D.

Composition des HEA Par rapport à un alliage métallique traditionnel, composé d'une base (fer par exemple ou aluminium) et d'éléments d'alliage en plus faible quantité (7 % Si et 3 % Cu dans l'AlSi7Cu3Mg par exemple), dans les alliages à haute entropie (Hight Entropy Alloy ou HEA), il y a sensiblement la même quantité d'un grand nombre de métaux (5 ou plus). Ainsi a été développé le FeCrMnNiCo, qui a fait l'objet de nombreuses publications.

Il n'y a cependant pas de définition très stricte des HEA; on considère en général qu'il sont composés d'au moins éléments entre 5 % et 35 %. Un alliage HEA aurait ainsi un meilleur ratio performance/poids que le titane.

La robotisation dans le monde

(sur les conseils) ou mieux, une information de notre ami "Mékilkon".

et grâce au scan de Sophie Antona de : Ici remerciée.

Fonderie Poitou Fonte : une manif au Mans le 22 février

Centre presse - Le groupe britannique Liberty House, déjà en lice pour reprendre la Fonderie Alu à Ingrandes (Saint-Jean Industries), serait bien candidat pour la reprise de la Fonderie Fonte, placée en redressement judiciaire la semaine dernière.

« Lors de la réunion du comité d'entreprise (vendredi, NDLR), les administrateurs judiciaires annoncent que le dossier avec Liberty est très avancé mais celui-ci veut obtenir des garanties financières et des volumes de la part de Renault », expliquent dans un communiqué les élus CGT des fonderies. Il s'avère toutefois qu'à ce jour « aucune offre officielle n'a été déposée »,

dimanche, 17 février 2019

Société aveyronnaise de métallurgie : Mémoire vive : retour historique sur la Sam

Centre Presse - La direction et les cadres de la SAM à la fin des années 1980, avec au centre le directeur Pierre Hugot et le directeur de production M. Lorcha.

Une nouvelle aventure a débuté avec le groupe Jinjiang. Il est donc opportun de retracer un bref historique de ce fleuron industriel du Bassin, en compagnie de Maurice Orsane qui a été, entre autres, responsable d’études. Notre guide nous indique que la Vieille-Montage a expérimenté au début des années 1950 un atelier de fonderie sous pression. Tout est parti de là car, en 1957, la société dite Le Métal injecté eut la vocation de fabriquer des pièces en zamak (alliage de zinc). Mais, treize ans plus tard, le Métal injecté dépose le bilan.

En 1971, les établissements Cochet reprennent cette entreprise et s’installent sur la zone industrielle des Prades, à Viviez. Bien que l’on devine tout son potentiel, Cochet dépose à son tour le bilan.

Un tournant important est pris en octobre 1973, quand le groupe SEV Marshal rachète les Éts Cochet et crée la Sam (Société aveyronnaise de métallurgie).

On doute de l’avenir du site mais après six mois de fonctionnement, sous la férule de Pierre Hugot, les comptes sont équilibrés et SEV Marshal décide de continuer d’exploiter la SAM. Puis, tout s’accélère, l’entreprise développe le magnésium, réalisant ses premières pièces en 1977. Un premier marché est signé avec Renault l’année suivante. La fonderie sous pression de Blois est transférée sur le site viviézois et le conforte. Maurice Orsane indique ensuite une période charnière entre 1985 et 1988 avec la création du groupe Valéo qui rachète SEV Marshal.

Mais Valéo souhaite vendre la SAM, c’est alors que le directeur financier et le directeur industriel de SEV Marshal s’associent pour fonder le groupe Arche, dont la SAM est filiale.

De 1989 à 2004, le groupe Arche achète trois entreprises.

Viennent les années dites "Bellity", de 2007 à 2016, avec d’autres achats, créant les entités suivantes : MBF à Saint-Claude, FVM à Villers-la-Montagne, Sermi à Chavenod, Alfisa en Espagne. 2017 est une année sombre avec le dépôt de bilan et la dissolution du groupe Arche.

Décembre 2017, l’espoir renaît avec le rachat de la SAM, FVM et Alfisa par Jinjiang SAM.

La SAM a employé environ jusqu’à 800 personnes (en comptant de nombreux intérimaires), se plaçant comme le plus gros employeur du Bassin avec un savoir-faire reconnu.

À ce jour, ils sont environ 420 employés. Souhaitons avec Maurice Orsane que l’aventure continue encore longtemps.

samedi, 16 février 2019

En janvier, le chômage en France a connu une sensible décrue.

Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi sans aucune activité a baissé de 1,1 % au cours du dernier trimestre 2018. Il atteint tout de même le total de 3 676 000 individus. De plus en plus de projets d’embauche sont jugés « difficiles » par les entreprises, constate Pôle emploi. En 2018, 44,4 % des recrutements se font dans des secteurs dits « en tension », du fait notamment d’un déficit de compétences. Alors que les emplois sont là, les candidats qualifiés manquent.

Lire la suite...

Mauvaise image, conditions difficiles... Ces secteurs qui peinent à attirer des étudiants

Le Monde - Certaines formations courtes post-bac conduisant à des métiers en tension ou à l’image dégradée peinent à attirer des jeunes. En particulier dans le domaine de l’industrie. Au centre de formation Promeo, à Compiègne (Oise).

Gilet jaune ou orange sur le dos, ni le froid glaçant ni l’heure matinale ne les ont dissuadés de se retrouver, ce petit matin de janvier, sur le parking de Promeo, à Compiègne (Oise). Ils sont une douzaine de jeunes gens à taper des pieds pour faire circuler le sang. Il n’y a pas de pancarte, pas de slogan, et pas davantage de CRS. Face à eux, deux enseignants, un camion et quelques chariots élévateurs.

Savoir conduire ce type d’engin et obtenir un certificat d’aptitude à la conduite et à la sécurité (CACES) est une des compétences enseignées par ce centre de formation en alternance de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM). Ici, on répond aux besoins de l’industrie en matière de savoir-faire : usinage des pièces, chaudronnerie, maintenance de la chaîne de production… Sans oublier tous les métiers transversaux : comptabilité, vente, transports.

Lire la suite...

vendredi, 15 février 2019

Ce qui devait arriver arriva ...

"Fonderie du Poitou Fonte (FPF) en redressement judiciaire." Sources : FDF, AFP, La Nouvelle République par Elisabeth Studer - 14 février 2019 lr blog auto -

Ce qui devait arriver arriva …. C’est malheureusement sans surprise que l’entreprise Fonderie du Poitou Fonte (FPF) vient d’être placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Poitiers. 408 emplois sont sur la sellette. FDF placé en redressement judiciaire à la demande de son PDG Le président de FDF, Jérôme Rubinstein, avait émis il y a une quinzaine de jours une demande de placement en redressement judiciaire de son entreprise, arguant d’une baisse drastique de ses commandes et donc de sa production » depuis 6 mois.

Vendredi dernier, il avait déclaré que le tribunal de commerce de Poitiers rendrait son délibéré mardi 12 février. La justice devant en suivant nommer un administrateur judiciaire et préciser les dates de dépôt des offres de reprise. ce qui est désormais chose faite. Le tribunal a ainsi fixé au 28 février 2019 la date limite de dépôt d’une offre de reprise.

La justice aura donc choisi la même date butoir que celle fixée par par le tribunal de commerce de Lyon pour un dépôt d’offre de rachat de l’usine mitoyenne Saint-Jean-Industries (ex-Fonderies Alu). Société également en redressement judiciaire et à la recherche de repreneur, qui emploie près de 400 personnes.

Selon Patrice Villeret, délégué syndical CGT de l’usine, le site de FPF est actuellement en chômage technique et il n’y a plus de matière première pour confectionner les pièces. Baisse drastique des commandes suite au déclin du diesel

Jérôme Rubinstein avait alors imputé la baisse des activités de l’entreprise au déclin du diesel. Un contexte qui selon le dirigeant aurait fait chuter de plus de 40% ses commandes de blocs moteurs au second semestre 2018, alors que 70% de sa production est destinée au diesel. Le dirigeant ne cache pas son mécontentement face à la politique de l’Etat. Jugeant que ce dernier, « après avoir bouleversé soudainement (la filière diesel) » avait mis en œuvre « des mesures qui ne sont pas à la hauteur des enjeux avec seulement 18 millions d’aide ».

Retournement de conjoncture Autre facteur invoqué : l’arrêt des activités de son principal client – constructeur automobile – en Iran en 2018, phénomène induit par les sanctions mises en oeuvre par les États-Unis à l’encontre du pays.

L’entreprise avait pu boucler un exercice en équilibre en 2017, après avoir enregistré des pertes. Son chiffre d’affaires s’établissait à 91 millions d’euros durant la même période. Suite à un retournement de conjoncture, FDF avait dû se résoudre place un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) en octobre 2018. 103 emplois avaient alors été supprimés pour tenter de sauver les autres.

Alliance avec Saint-Jean-Industries (ex-Fonderies Alu) ? Pour redresser la situation, la FPF souhaite en effet désormais s’allier à l’usine mitoyenne Saint-Jean-Industries (ex-Fonderies Alu), elle-même en redressement judiciaire et qui cherche un repreneur. Selon Jérôme Rubinstein, il s’agit de « la meilleure solution industrielle ». Il estime que l’union des deux sociétés permettrait « un maximum de synergies ».

Saint-Jean Industries a été placé en redressement judiciaire en novembre 2018. Les syndicats et les élus de la Vienne avaient alors souhaité que le gouvernement fasse pression sur Renault (principal donneur d’ordre) pour sauver l’usine.

Le 29 janvier dernier, le tribunal de commerce de Lyon a confirmé qu’il y avait bien un repreneur potentiel pour Saint-Jean-Industries. Décidant toutefois d’accorder un délai supplémentaire d’un mois pour le dépôt d’offres de reprise, la date étant désormais fixée au 28 février 2019. Objectif : permettre à d’autres candidats de soumettre une offre « recevable ». Une nouvelle audience a été programmée pour le 19 mars.

Liberty House éventuel repreneur de l’usine voisine ? A ce jour, seul le dossier déposé par le groupe anglais Liberty House a été accepté. Cette société industrielle et métallurgique fondée au Royaume-Uni en 1992 dispose d’un rayonnement européen. Selon La Nouvelle République, ce repreneur reprendrait 215 salariés sur les 350 du site de Saint-Jean-Industries et investirait 4 à 5 millions d’euros. L’offre est en cours d’examen. Les syndicats souhaitent toutefois que cette dernière – qualifiée de « sévère » – soit améliorée. Ils plaident notamment pour une « réintégration de l’usine chez Renault » ou « la reprise par une société ayant envie d’investir (20 à 30 millions) avec un plan de charge de travail qui permettrait la création d’emplois et la diversification de l’activité pour ne pas être dépendant de Renault ».

Reprise des deux entités par Liberty House ? De nouveaux scénarios sont désormais envisageables : la reprise globale des deux activités par un seul et même repreneur, la création de synergies ou la mise en place d’un complexe industrielle unique. S’exprimant dans le cadre d’un entretien accordé à La Nouvelle République, le directeur Europe de Liberty House, Philippe Baudon, a déclaré qu’il était prêt à reprendre le pôle alu et racheter la fonte. Selon lui, le rachat de FPF devrait permettre de « renforcer l’ensemble » via la mise en place d’équipes et d’une structure commune, le tout permettant de simplifier le mode de fonctionnement.

Il estime notamment que « la fonte est beaucoup liée au diesel » et « que les perspectives sont malheureusement beaucoup moins roses. » Dans ce cadre-là, ajoute-t-il, « un regroupement des deux activités permettra de se renforcer mutuellement et de donner des perspectives plus positives pour la fonte. » Il conclue en indiquant que « l’idée, c’est de faire cette opération de rachat de façon concomitante avec la reprise de l’alu ».

Point de vue : "Relancer l'Europe par l'industrie."

ou mieux : relancer l'industrie par l' Europe

jeudi, 14 février 2019

Airbus cessera de produire l’A380 en 2021

Le programme A380 d'Airbus, 1996-2019, de la conception à l'essoufflement. La folie des grandeurs ? Bons ingénieurs, mauvais vendeurs ? 20 à 25 milliards de pertes. 3000 emplois sur 130 000 menacés - Victime d'une guerre commerciale depuis 40 ans entre Boeing & Airbus (800 avions chacun par an) ? au coude à coude depuis 2005. Avancées technologiques vers A350 - Les sous-traitants relativisent l'impact de l'arrêt de l'Airbus A380.

Annulation de commandes, concurrence des bi-moteurs...Airbus se prépare à mettre fin à la production de l'A380 plus tôt que prévu

C'est la fin d'une histoire qui a marqué l'aviation du début des années 2000.

240 A380 ont été produits et nécessitaient des hubs genre Dubaï - Emirates & Singapour Airlines ses clients.

6 500 A320 ont été produits : un succès.

25 000 sont en exploitation dans le monde.

600 000 pilotes à former d'ici 15 ans à cause du développement de l'aviation -

Le moteur est plus complexe que l'assemblage - 2 millions de passagers à 4 millions en 10 ans - trois fois plus d'ici 15 ans - consommation pollution fiabilité - moteurs 100% électriques et hybrides à l'étude. Pipistel 110 000 €


A380, chronique d'un crash annoncé Laura Berby En entérinant ce matin l'arrêt en 2021 de la fabrication de son mégaporteur, Airbus a clos un suspense qui en réalité n'en était plus un depuis longtemps. Dès son envol, diront certains, puisque les premières annulations de commande sont intervenues avant même le début de son exploitation commerciale… Destiné à concurrencer le légendaire Boeing 747, cet avion a été vite jugé trop gros pour beaucoup d’aéroports, trop coûteux en carburant et en maintenance, trop difficile à rentabiliser. Il est aussi arrivé trop tôt _ la saturation des grands aéroports n'ayant pas lieu_ ou trop tard _ la croissance du trafic aérien s'étant tassée. In fine, l’ardoise sera élevée, entre 20 et 30 milliards d’euros selon les estimations. Airbus a certes les moyens de se relever de pareil échec mais l’avionneur européen fera désormais moins rêver face à Boeing et son Dreamer.

Marc L'Huillier, le fondeur de Lapalisse (03) vient de nous quitter.

Le papa de Sébastien L'Huillier ( ESFF 2006) qui lui a succédé à la fonderie s'est éteint ce jour à 63 ans, après une maladie qui l'handicapa 8 années durant . A Eliane son épouse, à Isabelle sa fille, à Sébastien et même à Pierre Sadon le parrain de métier de ce dernier, nous disons notre amitié, et notre compassion en ces difficiles moments. Une cérémonie dans une stricte intimité rassemblera la famille.

Fonderie : une industrie du XXIè siècle

A propos de Maurice Bouhyer sur les conseils de Louis Chazé.

Lire la suite...

mercredi, 13 février 2019

A Vendre

François Danchin : f.danchinfonte@wanadoo.fr

Seriez-vous éventuellement intéressés de reprendre notre transfo existant 500kvA, 20KV/ 460V secondaire de marque France Transfo, année 1985.

En état de marche, huile garantie sans PCB, analyse effectuée, sans bac de rétention. Il y aurait le disjoncteur BT 460V adapté disponible également (matériel plus récent) photos disponibles me contacter par mail ou au 06 12 99 67 35

Japon - FONDERIE IWACHU :La célèbre fabrique de théières en fonte

Kanpai - ouvrir le lien : https://www.kanpai.fr/morioka/fonderie-iwachu

Iwachu est une fonderie traditionnelle située dans la ville de Morioka, au nord du Japon. Fondé en 1902, l'atelier utilise toujours les mêmes techniques artisanales pour produire des théières en fonte, des ustensiles de cuisine ainsi que des petites cloches à vent haut de gamme.

La préfecture d'Iwate est réputée depuis le début de l’ère Edo (1603 - 1868) pour sa fabrication de théières en fonte, utilisées notamment pour Sado, la cérémonie du thé traditionnelle. En référence à l'ancienne domination régionale du clan de samouraïs Nanbu, les théières sont appelées Nanbu Tetsubin et les bouilloires baptisées Nanbu Kama. Plus de 400 ans d’histoire se cachent donc derrière ce savoir-faire artisanal.

Lire la suite...

mardi, 12 février 2019

Maurice Bouhyer créateur de la fonderie éponyme vient de nous quitter.

Piwi vient d'apprendre le décès de Maurice Bouhyer à l’âge de 95 ans. Il dirigea la fonderie Bouhyer d'Ancenis (44) jusqu'en 2007 date de la vente de la fonderie à Alain Mimouni l'actuel patron de cette importante fonderie de contrepoids . C'est une figure importante de la profession qui disparaît . Un grand monsieur ici salué très respectueusement . Maurice Bouhyer a été président de la fonderie d' Ancenis pendant cinquante-six ans. Il a marqué la vie de la profession. " La fonderie doit être un des deux plus vieux métiers du monde ", aimait- il, à raconter, sourire en coin.

Apprentissage dans la fonderie : Question à la profession .

L'atelier de fonderie du Lycée de Chartres une belle occasion pur la profession.

"L'Association Jehan de Beauce et ... d' Ailleurs" est disposée à en faire un outil de formations sur mesure, correspondant aux besoins et attentes des fonderies et de la jeunesse de la France périphérique : les invisibles de la République.

Les fondeurs ne trouvent pas de jeunes pour leurs métiers et emplois.

Les jeunes ne trouvent pas d'emplois. La faute à qui ?

Ce visage a inspiré et donné de la force à des millions de Français.

Ce visage est un appel à refuser toutes les compromissions avec les extrémistes, populistes et marchands de malheur.

Fondeurs, Ouvrez vos portes !

et faites le nous savoir .

Le JT de 13 H de France 2 de ce lundi - sur fonderie du Poitou fonte -

Reportage sur la Fonderie du poitou

avec des images de coulée d'aluminium !!!

lundi, 11 février 2019

Message de Frédéric Tritz (ESFF 1989)

Chères Amies, chers Amis, Votre association a engagé de nombreux travaux en ce début d’année 2019. Le plus important est la refonte complète du notre site www.aaesff.com ou www.aaesff.fr . Ceci devrait permettre à chacun de retrouver les fonctionnalités que nous avions l’habitude d’utiliser sur le site (activités, photos, annuaires, offres d’emploi, …). Je tiens à remercier notre travailleur de l‘ombre, Nicolas Tallet, qui va permettre la mise en place rapide de ce site. Afin d’en améliorer la mise en fonctionnement, je te remercie d’aller le tester pour nous donner les évolutions nécessaires à son fonctionnement.

Dans les travaux de début d’année, nous n’oublions pas non plus les préparations des différentes activités avec en point d’orgue

notre rencontre à Global Industries à Lyon le 7 Mars 2019 et

les Fondériales à la Clusaz les 9 et 10 Mars 2019. Déjà plus de 170 inscrits ! Félicitations à Mourad Toumi, notre président pour la région Sud Est, qui travaille avec Benoit Moine et Frédéric Montis, tous les deux de l’ATF.

Pour conclure ce mail, et comme chaque début d'année, nous te sollicitons pour l'adhésion à ton l'Amicale. Les cotisations permettent d'assurer la gestion de l'amicale, du site et du blog, mais surtout de permettre l'organisation des différentes activités tout au long de l'année ainsi que le soutien des promotions en cours de scolarité.

Tu trouveras l'appel à cotisation en document joint. Pour le règlement, il est possible de faire un virement ou d’envoyer un chèque, le paiement sur le site sera bientôt possible.

Restant à ta disposition, et en souhaitant le meilleur à chacun Très amicalement

Frédéric TRITZ - Président AAESFF/ESF 1989

- page 1 de 817