la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 9806
Aujourd'hui : 465
En ligne : 8

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, 15 février 2019

Ce qui devait arriver arriva ...

"Fonderie du Poitou Fonte (FPF) en redressement judiciaire." Sources : FDF, AFP, La Nouvelle République par Elisabeth Studer - 14 février 2019 lr blog auto -

Ce qui devait arriver arriva …. C’est malheureusement sans surprise que l’entreprise Fonderie du Poitou Fonte (FPF) vient d’être placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Poitiers. 408 emplois sont sur la sellette. FDF placé en redressement judiciaire à la demande de son PDG Le président de FDF, Jérôme Rubinstein, avait émis il y a une quinzaine de jours une demande de placement en redressement judiciaire de son entreprise, arguant d’une baisse drastique de ses commandes et donc de sa production » depuis 6 mois.

Vendredi dernier, il avait déclaré que le tribunal de commerce de Poitiers rendrait son délibéré mardi 12 février. La justice devant en suivant nommer un administrateur judiciaire et préciser les dates de dépôt des offres de reprise. ce qui est désormais chose faite. Le tribunal a ainsi fixé au 28 février 2019 la date limite de dépôt d’une offre de reprise.

La justice aura donc choisi la même date butoir que celle fixée par par le tribunal de commerce de Lyon pour un dépôt d’offre de rachat de l’usine mitoyenne Saint-Jean-Industries (ex-Fonderies Alu). Société également en redressement judiciaire et à la recherche de repreneur, qui emploie près de 400 personnes.

Selon Patrice Villeret, délégué syndical CGT de l’usine, le site de FPF est actuellement en chômage technique et il n’y a plus de matière première pour confectionner les pièces. Baisse drastique des commandes suite au déclin du diesel

Jérôme Rubinstein avait alors imputé la baisse des activités de l’entreprise au déclin du diesel. Un contexte qui selon le dirigeant aurait fait chuter de plus de 40% ses commandes de blocs moteurs au second semestre 2018, alors que 70% de sa production est destinée au diesel. Le dirigeant ne cache pas son mécontentement face à la politique de l’Etat. Jugeant que ce dernier, « après avoir bouleversé soudainement (la filière diesel) » avait mis en œuvre « des mesures qui ne sont pas à la hauteur des enjeux avec seulement 18 millions d’aide ».

Retournement de conjoncture Autre facteur invoqué : l’arrêt des activités de son principal client – constructeur automobile – en Iran en 2018, phénomène induit par les sanctions mises en oeuvre par les États-Unis à l’encontre du pays.

L’entreprise avait pu boucler un exercice en équilibre en 2017, après avoir enregistré des pertes. Son chiffre d’affaires s’établissait à 91 millions d’euros durant la même période. Suite à un retournement de conjoncture, FDF avait dû se résoudre place un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) en octobre 2018. 103 emplois avaient alors été supprimés pour tenter de sauver les autres.

Alliance avec Saint-Jean-Industries (ex-Fonderies Alu) ? Pour redresser la situation, la FPF souhaite en effet désormais s’allier à l’usine mitoyenne Saint-Jean-Industries (ex-Fonderies Alu), elle-même en redressement judiciaire et qui cherche un repreneur. Selon Jérôme Rubinstein, il s’agit de « la meilleure solution industrielle ». Il estime que l’union des deux sociétés permettrait « un maximum de synergies ».

Saint-Jean Industries a été placé en redressement judiciaire en novembre 2018. Les syndicats et les élus de la Vienne avaient alors souhaité que le gouvernement fasse pression sur Renault (principal donneur d’ordre) pour sauver l’usine.

Le 29 janvier dernier, le tribunal de commerce de Lyon a confirmé qu’il y avait bien un repreneur potentiel pour Saint-Jean-Industries. Décidant toutefois d’accorder un délai supplémentaire d’un mois pour le dépôt d’offres de reprise, la date étant désormais fixée au 28 février 2019. Objectif : permettre à d’autres candidats de soumettre une offre « recevable ». Une nouvelle audience a été programmée pour le 19 mars.

Liberty House éventuel repreneur de l’usine voisine ? A ce jour, seul le dossier déposé par le groupe anglais Liberty House a été accepté. Cette société industrielle et métallurgique fondée au Royaume-Uni en 1992 dispose d’un rayonnement européen. Selon La Nouvelle République, ce repreneur reprendrait 215 salariés sur les 350 du site de Saint-Jean-Industries et investirait 4 à 5 millions d’euros. L’offre est en cours d’examen. Les syndicats souhaitent toutefois que cette dernière – qualifiée de « sévère » – soit améliorée. Ils plaident notamment pour une « réintégration de l’usine chez Renault » ou « la reprise par une société ayant envie d’investir (20 à 30 millions) avec un plan de charge de travail qui permettrait la création d’emplois et la diversification de l’activité pour ne pas être dépendant de Renault ».

Reprise des deux entités par Liberty House ? De nouveaux scénarios sont désormais envisageables : la reprise globale des deux activités par un seul et même repreneur, la création de synergies ou la mise en place d’un complexe industrielle unique. S’exprimant dans le cadre d’un entretien accordé à La Nouvelle République, le directeur Europe de Liberty House, Philippe Baudon, a déclaré qu’il était prêt à reprendre le pôle alu et racheter la fonte. Selon lui, le rachat de FPF devrait permettre de « renforcer l’ensemble » via la mise en place d’équipes et d’une structure commune, le tout permettant de simplifier le mode de fonctionnement.

Il estime notamment que « la fonte est beaucoup liée au diesel » et « que les perspectives sont malheureusement beaucoup moins roses. » Dans ce cadre-là, ajoute-t-il, « un regroupement des deux activités permettra de se renforcer mutuellement et de donner des perspectives plus positives pour la fonte. » Il conclue en indiquant que « l’idée, c’est de faire cette opération de rachat de façon concomitante avec la reprise de l’alu ».

Point de vue : "Relancer l'Europe par l'industrie."

ou mieux : relancer l'industrie par l' Europe

jeudi, 14 février 2019

Airbus cessera de produire l’A380 en 2021

Le programme A380 d'Airbus, 1996-2019, de la conception à l'essoufflement. La folie des grandeurs ? Bons ingénieurs, mauvais vendeurs ? 20 à 25 milliards de pertes. 3000 emplois sur 130 000 menacés - Victime d'une guerre commerciale depuis 40 ans entre Boeing & Airbus (800 avions chacun par an) ? au coude à coude depuis 2005. Avancées technologiques vers A350 - Les sous-traitants relativisent l'impact de l'arrêt de l'Airbus A380.

Annulation de commandes, concurrence des bi-moteurs...Airbus se prépare à mettre fin à la production de l'A380 plus tôt que prévu

C'est la fin d'une histoire qui a marqué l'aviation du début des années 2000.

240 A380 ont été produits et nécessitaient des hubs genre Dubaï - Emirates & Singapour Airlines ses clients.

6 500 A320 ont été produits : un succès.

25 000 sont en exploitation dans le monde.

600 000 pilotes à former d'ici 15 ans à cause du développement de l'aviation -

Le moteur est plus complexe que l'assemblage - 2 millions de passagers à 4 millions en 10 ans - trois fois plus d'ici 15 ans - consommation pollution fiabilité - moteurs 100% électriques et hybrides à l'étude. Pipistel 110 000 €


A380, chronique d'un crash annoncé Laura Berby En entérinant ce matin l'arrêt en 2021 de la fabrication de son mégaporteur, Airbus a clos un suspense qui en réalité n'en était plus un depuis longtemps. Dès son envol, diront certains, puisque les premières annulations de commande sont intervenues avant même le début de son exploitation commerciale… Destiné à concurrencer le légendaire Boeing 747, cet avion a été vite jugé trop gros pour beaucoup d’aéroports, trop coûteux en carburant et en maintenance, trop difficile à rentabiliser. Il est aussi arrivé trop tôt _ la saturation des grands aéroports n'ayant pas lieu_ ou trop tard _ la croissance du trafic aérien s'étant tassée. In fine, l’ardoise sera élevée, entre 20 et 30 milliards d’euros selon les estimations. Airbus a certes les moyens de se relever de pareil échec mais l’avionneur européen fera désormais moins rêver face à Boeing et son Dreamer.

Marc L'Huillier, le fondeur de Lapalisse (03) vient de nous quitter.

Le papa de Sébastien L'Huillier ( ESFF 2006) qui lui a succédé à la fonderie s'est éteint ce jour à 63 ans, après une maladie qui l'handicapa 8 années durant . A Eliane son épouse, à Isabelle sa fille, à Sébastien et même à Pierre Sadon le parrain de métier de ce dernier, nous disons notre amitié, et notre compassion en ces difficiles moments. Une cérémonie dans une stricte intimité rassemblera la famille.

Fonderie : une industrie du XXIè siècle

A propos de Maurice Bouhyer sur les conseils de Louis Chazé.

Lire la suite...

mercredi, 13 février 2019

A Vendre

François Danchin : f.danchinfonte@wanadoo.fr

Seriez-vous éventuellement intéressés de reprendre notre transfo existant 500kvA, 20KV/ 460V secondaire de marque France Transfo, année 1985.

En état de marche, huile garantie sans PCB, analyse effectuée, sans bac de rétention. Il y aurait le disjoncteur BT 460V adapté disponible également (matériel plus récent) photos disponibles me contacter par mail ou au 06 12 99 67 35

Japon - FONDERIE IWACHU :La célèbre fabrique de théières en fonte

Kanpai - ouvrir le lien : https://www.kanpai.fr/morioka/fonderie-iwachu

Iwachu est une fonderie traditionnelle située dans la ville de Morioka, au nord du Japon. Fondé en 1902, l'atelier utilise toujours les mêmes techniques artisanales pour produire des théières en fonte, des ustensiles de cuisine ainsi que des petites cloches à vent haut de gamme.

La préfecture d'Iwate est réputée depuis le début de l’ère Edo (1603 - 1868) pour sa fabrication de théières en fonte, utilisées notamment pour Sado, la cérémonie du thé traditionnelle. En référence à l'ancienne domination régionale du clan de samouraïs Nanbu, les théières sont appelées Nanbu Tetsubin et les bouilloires baptisées Nanbu Kama. Plus de 400 ans d’histoire se cachent donc derrière ce savoir-faire artisanal.

Lire la suite...

mardi, 12 février 2019

Maurice Bouhyer créateur de la fonderie éponyme vient de nous quitter.

Piwi vient d'apprendre le décès de Maurice Bouhyer à l’âge de 95 ans. Il dirigea la fonderie Bouhyer d'Ancenis (44) jusqu'en 2007 date de la vente de la fonderie à Alain Mimouni l'actuel patron de cette importante fonderie de contrepoids . C'est une figure importante de la profession qui disparaît . Un grand monsieur ici salué très respectueusement . Maurice Bouhyer a été président de la fonderie d' Ancenis pendant cinquante-six ans. Il a marqué la vie de la profession. " La fonderie doit être un des deux plus vieux métiers du monde ", aimait- il, à raconter, sourire en coin.

Apprentissage dans la fonderie : Question à la profession .

L'atelier de fonderie du Lycée de Chartres une belle occasion pur la profession.

"L'Association Jehan de Beauce et ... d' Ailleurs" est disposée à en faire un outil de formations sur mesure, correspondant aux besoins et attentes des fonderies et de la jeunesse de la France périphérique : les invisibles de la République.

Les fondeurs ne trouvent pas de jeunes pour leurs métiers et emplois.

Les jeunes ne trouvent pas d'emplois. La faute à qui ?

Ce visage a inspiré et donné de la force à des millions de Français.

Ce visage est un appel à refuser toutes les compromissions avec les extrémistes, populistes et marchands de malheur.

Fondeurs, Ouvrez vos portes !

et faites le nous savoir .

Le JT de 13 H de France 2 de ce lundi - sur fonderie du Poitou fonte -

Reportage sur la Fonderie du poitou

avec des images de coulée d'aluminium !!!

lundi, 11 février 2019

Message de Frédéric Tritz (ESFF 1989)

Chères Amies, chers Amis, Votre association a engagé de nombreux travaux en ce début d’année 2019. Le plus important est la refonte complète du notre site www.aaesff.com ou www.aaesff.fr . Ceci devrait permettre à chacun de retrouver les fonctionnalités que nous avions l’habitude d’utiliser sur le site (activités, photos, annuaires, offres d’emploi, …). Je tiens à remercier notre travailleur de l‘ombre, Nicolas Tallet, qui va permettre la mise en place rapide de ce site. Afin d’en améliorer la mise en fonctionnement, je te remercie d’aller le tester pour nous donner les évolutions nécessaires à son fonctionnement.

Dans les travaux de début d’année, nous n’oublions pas non plus les préparations des différentes activités avec en point d’orgue

notre rencontre à Global Industries à Lyon le 7 Mars 2019 et

les Fondériales à la Clusaz les 9 et 10 Mars 2019. Déjà plus de 170 inscrits ! Félicitations à Mourad Toumi, notre président pour la région Sud Est, qui travaille avec Benoit Moine et Frédéric Montis, tous les deux de l’ATF.

Pour conclure ce mail, et comme chaque début d'année, nous te sollicitons pour l'adhésion à ton l'Amicale. Les cotisations permettent d'assurer la gestion de l'amicale, du site et du blog, mais surtout de permettre l'organisation des différentes activités tout au long de l'année ainsi que le soutien des promotions en cours de scolarité.

Tu trouveras l'appel à cotisation en document joint. Pour le règlement, il est possible de faire un virement ou d’envoyer un chèque, le paiement sur le site sera bientôt possible.

Restant à ta disposition, et en souhaitant le meilleur à chacun Très amicalement

Frédéric TRITZ - Président AAESFF/ESF 1989

Une première : cette pale d'hélice creuse de bateau a pu être imprimée en 3D

BFM TV Cette pale creuse réalisé en inox à l’échelle 1/3 et représentatif d’un propulseur de porte-conteneurs a demandé moins d’une centaine d’heures d’impression pour une masse d’environ 300 kg. - Centrale Nantes-Naval Group Une pale d'hélice creuse de 300 kg obtenue par impression en 3D (couche après couche) et non par moulage: c'est la prouesse réalisée par Naval Group et l'école Centrale de Nantes. L'enjeu: améliorer le rendement de la propulsion des navires en gagnant jusqu'à 40% sur la masse de ce type de pièce. L'impression 3D par fabrication additive de matière (couche après couche) n'est plus réservée aux pièces simples en plastique comme des jouets ou des figurines. Des pièces industrielles complexes en métal sont aussi concernées. En témoigne la réalisation par ce procédé d'une pale d'hélice creuse en inox de porte-conteneurs, présentée par l'industriel Naval Group et l'École Centrale de Nantes comme une première mondiale. Les deux partenaires ont eu recours à la fabrication additive par dépôt de fil métallique pour cette pièce de 300 kilos et longue d'un mètre environ. Sa réalisation effectuée dans les locaux de l'école nantaise d'ingénieurs avec une machine spéciale n'a demandé qu'une centaine d'heures.

Cette hélice à l'échelle 1:3 ouvre la voie à la production d'une hélice de 6 mètres de diamètre (avec 2 pales de 3 mètres), qui jusqu'alors étaient irréalisables avec les méthodes traditionnelles de production en fonderie car il aurait fallu "usiner" l'intérieur de la pale creuse.

La réalisation de cette pale d'hélice creuse en fabrication additive métallique a demandé une centaine d'heures. Centrale Nantes-Naval Group - "Cette véritable prouesse technique permet d'envisager un gain de masse de plus de 40% par rapport à un procédé classique", se félicitent Naval Group et l'école d'ingénieurs de Nantes. L'impression 3D engendre un précieux gain de matière et donc de poids dans le cas d'hélice creuse.

"Le creux offre des perspectives très intéressantes aux designers pour améliorer les performances des propulseurs", précise Patrice Vinot, responsable du lot propulseur du projet européen Ramsses chez Naval Group. Outre une économie de carburant, une telle pale peut réduire de manière significative le bruit rayonné du propulseur, c'est à dire le bruit diffusé dans l'eau, ainsi que les vibrations à bord du navire.

Les travaux menés par Naval Group et l'Ecole Centrale de Nantes ont été réalisés dans le cadre du projet européen H2020 Ramsses. Financé par la Commission européenne, il est dédié à la réduction de l'impact environnemental des navires. Douze pays y participent.

LT de Nogent sur Oise - A diffuser sans modération auprès de votre famille, vos amis, vos collaborateurs, vos collègues :

Stéphane Sauvage -

L'équipe du BTS Forge sera heureuse de vous accueillir pour des explications, des démonstrations car: Les portes ouvertes du lycée Marie Curie auront lieu le Samedi 2 mars de 8h30 à 15h30. Vous vous questionnez sur votre avenir ou celui de votre enfant ? Un rendez-vous incontournable, pour connaitre des filières industrielles : la forge, la fonderie, l’usinage, la conception de produit industriel. Le lycée Marie Curie ouvre ses portes ! Le lycée Marie Curie vous accueille pour vous présenter ses enseignements post-bac (BTS, licence pro et préparation aux concours d’entrée en école d'ingénieur). Lycée Marie Curie 47, Boulevard Pierre de Coubertin, 60180 Nogent-sur-Oise Renseignements : 03.44.74.31.31. https://lnkd.in/dEqEHsK http://btsforge.free.fr/

How it's made cannons ?

Décès de Paul Gailly un grand nom de la fonderie

A la Fonderie de Meung : Pierre Gailly Polytechnicien et Christian Gailly aussi Polytechnicien décédé, fils de Raymond Gailly. Deces_Paul_Gaillypdf A la Fonderie de Charleville : Raymond Gailly de Centrale et Paul Gailly de Centrale fils de Pierre Gailly . Après le dépôt de bilan est directeur des engagements du Crédit du Nord à Paris. Un autre Gailly ingénieur AM à Paris, , son fils Pierre-Antoine Gailly né en 1955 à Charleville, HEC, ancien Président de la CCI de Paris en 2011 et 2012.

dimanche, 10 février 2019

Info Fondériales 2019

Rdv dans 1 mois à La Clusaz pour la 8 ème édition des Fondériales. 170 Fondeurs/Forgerons se retrouveront à la montagne. Merci aux partenaires 2019 pour l'organisation de cet événement AAESFF -ATF.

Berliet : le plus (beau) gros camion du monde

selon un fidèle lecteur du blog : Heureuse époque où la marque BERLIET portait haut la technologie et le savoir-faire de notre pays, à travers le monde.

Ci-dessous, un extrait d'un commentaire (années 1979-1980) de Paul BERLIET, grand capitaine d'industrie et visionnaire, qui avait déjà une opinion bien établie et parfaitement juste, sur l'évolution de l'industrie chez nous :

"Finira-t-on par admettre qu'il est indispensable de revaloriser l'image de la technologie et de l'industrie? A force de n'avoir pas voulu comprendre que l'industrie lui donnait son niveau de vie et entrainait son développement, notre pays s'efforce de corriger les effets d'un déclin et non pas les causes...Un service indispensable à offrir aux jeunes , c'est de leur rendre la fierté du travail bien fait en leur expliquant ce que les générations précédentes ont su faire dans des conditions également difficiles. Capacités d'innovation, d'adaptation, de mobilité, elles ont dû en faire preuve". (Lettre de la Fondation de l'Automobile M.BERLIET - n°190 de Janvier 2019 - page 10). Le Berliet T100 est un modèle de camion spécialisé fabriqué par Berliet pour l'exploitation du pétrole au Sahara. En octobre 1957, le T100 de 100 tonnes et 700 ch s'expose au Salon de Paris. Les T100, construits à quatre exemplaires, sont les plus grands camions du ... Enfin on montrait ce que l'on savait faire : le plus gros camion du monde !

JSL -Le plus gros camion du monde va passer par la Bresse et Chalon Véhicule de collection, le Berliet T100 rejoint le salon Rétromobile de Paris par la route. t

Le monstre mécanique va mettre quatre jours pour relier Lyon à Paris. Photo ©FondationBerliet



Le convoi ne dépassera pas la vitesse de 60 km/h. Toutefois, l'entreprise de transport Premat est soumise à un aléa de dernière minute: la neige. Si la neige tient sur la chaussée le convoi aura l'interdiction de circuler. le périple pourrait ainsi être remis dans la semaine. En cas de trop gros retard sur le planning, ce trajet entre Lyon et paris sera effectué en une seule journée au lieu de quatre. L'entreprise avait mis en place ce premier planning afin de permettre à un maximum de gens de profiter de la vue du passage de ce camion hors normes.

C’est un petit événement pour les fans de camion et de mécanique. Mais aussi un sacré spectacle pour tout le monde. Le camion Berliet T100 va passer par Chalon vendredi soir, et même vendredi dans la nuit plus précisément ( lire par ailleurs ). Ce véhicule de collection rejoint Paris où il sera exposé au salon Rétromobile. Celui-ci se déroulera du 6 au 10 février, porte de Versailles. Et aura ce monstre comme invité vedette.

Un voyage hommage pour ce véhicule hors norme. En 1957, il quittait l’usine lyonnaise pour être exposé au Salon de l’automobile qui se tenait alors au Grand Palais. Les portes du hall étant trop petites pour la carrure de ce colosse, le T100 fut exposé dans un espace spécialement construit à cette occasion au Parc des expositions de la Porte de Versailles. 62 ans plus tard, il va donc refaire le même chemin.

Extrait tiré du film documentaire Berliet de 1959 : « BOULEVARD DU PETROLE »

50 tonnes, 600 CV et quatre exemplaires construits

Ce véhicule a été construit par les usines Berliet et a longtemps représenté un record mondial dans sa catégorie : 5 m de haut, 5 m de large, 15 m de long pour un poids de 50 tonnes et un moteur de 600 CV à 700 CV selon les modèles. Son poids total en charge dépassait les 100 tonnes !

Son transport s’effectuera par un convoi exceptionnel de 32 m de long. Il mettra quatre jours et trois nuits pour atteindre sa destination après un périple de 600 km.

Note Le salon Rétromobile accueille chaque année 120 000 visiteurs. Consacré aux véhicules de collection, ce salon accueillera cette année des curiosités comme ce Berliet T100 mais aussi des blindés de la 2nde Guerre mondial ou encore une grande expo consacrée aux Minis.

600 C’est le nombre de kilomètres que va parcourir le T100, en quatre jours et trois nuits.

samedi, 9 février 2019

La question du week-end

Le Garage - photos piwi Depuis 70 ans, les bolides rouges d’Enzo Ferrari font la course en tête dans l’automobile de luxe. Bientôt 10 000 par an Réussira-t-on à Maranello la bascule vers les SUV et l’électrique, le préalable à tout podium en Chine ?

- page 1 de 816