la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, 16 janvier 2021

Rimbaud restera au cimetière de Charleville (08)

Malgré une pétition en ligne signée par Roselyne Bachelot le poète Ardennais reste chez lui Rimbaud au Panthéon : Macron renonce, suivant le souhait de la famille

DIS PAPA, COMMENT Ç’EST FABRIQUÉ ?

«Et ben...tu vois c’est simple le monsieur il met de l’aluminium dans une grande gamelle et ça devient une pièce pour construire des moteurs de voiture.» Et comment il peut mettre de l’aluminium le monsieur ?

Et c’est quoi l’aluminium ?

Et comment il construit la forme de la gamelle ?

Et comment....?

« Bon! va voir ta mère elle t’expliquera comment on fait un gâteau dans un moule ce sera plus simple.» Pour tous les parents qui ont des enfants avides de connaissance et qui aiment découvrir le sens des choses. Pour tous les enfants, filles ou garçons, qui ont les yeux qui pétillent à la vue d’un objet mécanique complexe (si si, il y en a beaucoup plus que vous ne le pensez). Pour tous ceux qui se demandent ce qu’il se passe de l’autre côté de la pédale de l’accélérateur. Et enfin à tous ceux pour qui une automobile n’est pas qu’un smartphone à quatre roues, je dédie ce petit film qui montre le moulage d’un carter de moteur thermique en aluminium.

L’aluminium liquide est à de plus de 700 degré Celsius, il coule comme de l’eau dans le moule et dans trois minutes il sera solidifié pour prendre les formes que lui auront données les empreintes en acier. Ne laissons pas disparaître ces beaux et nobles metiers.

PATRICK BELLITY

FONDERIE PASSIONNEMENT

MARTIN LECOLE - Gérant chez LOIRE FONDERIE les plus érudits ou passionnés sauront reconnaitre cette fonderie d'une voiture mythique !! fiers de vous présenter cette belle fonderie EN MAGNESIUM !!!!

www.loire fonderie.com

LA FONDERIE C'est MAGIQUE - MOULAGE EN SABLE DE PRECISION réalisation , pour un concept car, d'un pavillon de toit EN MAGNESIUM

incroyable : épaisseur générale : 3.5 mm !!!!

Un trafic de lingots d'or passait par l'aéroport de Roissy

Le Dauphiné - Quatre hommes ont été interpellés : ils sont soupçonnés d'avoir participé à un trafic de lingots d'or fondus illégalement, vendus à l’étranger via l’aéroport Paris-Charles de Gaulle. Un atelier clandestin servait de fonderie pour les lingots. Photo d'illustration domaine public/Pixabay

Quatre hommes soupçonnés de se livrer à un trafic d’or, qu’ils fondaient illégalement et exportaient sous forme de lingots à l’étranger via l’aéroport Paris-Charles de Gaulle, ont été interpellés et placés sous contrôle judiciaire, a-t-on appris ce vendredi auprès du parquet de Bobigny.

De longs mois ont été nécessaires aux enquêteurs de la police aux frontières de Roissy pour remonter cette organisation, à la suite d’une première alerte des douanes de l’aéroport en juillet 2020.

Un voyageur repéré avec un lingot d'un kilo sur lui

Muni d’un lingot d’un kilo d’une valeur de plus de 53 000 euros qui lui avait été remis "dans l’enceinte de l’aéroport", un voyageur s’apprêtait alors à prendre un vol commercial à destination de Dubaï.

L’enquête a permis de découvrir des ateliers clandestins et de saisir des bijoux, du matériel d’orfèvrerie et environ 72 000 euros en espèces.

"C’est une bande qui récupère des objets volés et les fond de manière artisanale. Ils avaient un laminoir pour écraser les chaînes et faire du fil, des creusets en carbone pour mettre tout ça dans un four à 1 000 degrés, et des moules. Mais ce n’était pas un or de super qualité", a souligné une source policière.

Deux ateliers clandestins en région parisienne

D’après les premiers éléments de l’enquête, un atelier clandestin niché dans une boutique du 18ème arrondissement de Paris servait de fonderie. Le commanditaire était chargé des exportations, le gérant de la boutique de la mise en relation des clients avec l’orfèvre non déclaré, et ce dernier de la transformation de l’or et sa revente.

Un deuxième fondeur d’or, qui officiait dans un atelier clandestin au sein d’un garage à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) a également été arrêté, mais n’avait aucun lien avec le commanditaire présumé.

Les suspects placés sous contrôle judiciaire Âgés de 39 à 48 ans, les suspects sont visés par une enquête préliminaire pour exportation en contrebande et en bande organisée de marchandises prohibées, blanchiment aggravé, participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit puni de dix ans d’emprisonnement et exécution de travail dissimulé.

Tous placés sous contrôle judiciaire, ils sont convoqués en juin pour être jugés devant le tribunal correctionnel. Trois d’entre eux n’ont aucun antécédent judiciaire.

Naval Group réalise sa première hélice par fabrication additive

Les Echos

Après quatre années de R&D, le groupe de défense a installé sur un navire de guerre une première hélice fabriquée par ajout de matière, et non par fonderie. Les champs d'application de cette technologie s'annoncent très vastes.

Selon Naval Group, c'est une première au regard de la taille de l'hélice, avec ses cinq pales de 200 kg chacune pour une envergure totale de 2,5 mètres.

Ce mercredi, Naval Group a présenté son nouveau bijou : une hélice de navire imprimée par fabrication additive, en l'occurrence par dépôt de fil en cupro-aluminium. Jusqu'à présent, ces pièces étaient fabriquées par fonderie, puis usinées. C'est, selon le groupe de défense, une première au regard de la taille de cette hélice, avec ses cinq pales de 200 kg chacune pour une envergure totale de 2,5 mètres. Qui plus est, la pièce a été montée en novembre sur un navire, l'« Andromède », un chasseur de mines, dans le cadre d'une opération de maintien en condition opérationnelle (MCO). Le fait d'installer sans restrictions une pièce maîtresse aussi innovante sur un navire partant en mission est aussi une première.

Naval Group travaille depuis 2016 sur cette thématique avec plusieurs partenaires, dont Centrale Nantes . En 2018, le groupe a installé sur son usine d'Indret, près de Nantes, un outil de fabrication additive présenté comme unique par ses dimensions, dont la capacité devrait être doublée. Cette cellule robotisée, réalisée avec Yaskawa, met en oeuvre une technologie additive inspirée du soudage de type WAAM.

Investir 7 millions d'euros

La fabrication de pièces par dépôt de matière recèle de multiples vertus, dont la réduction des délais de fabrication, « majeure dans le cadre des opérations de MCO », appuie Eric Balufin, directeur du site de Naval Group à Brest, qui a mené les travaux de l'« Andromède ». Quant à Emmanuel Chol, directeur du site de Nantes-Indret, il met en avant « l'amélioration de la performance et la capacité de réaliser des pièces selon des designs non accessibles par fonderie ». Cela permet notamment une plus grande discrétion acoustique, un gain en furtivité.

Il évoque aussi l'économie de matière par rapport à la fonderie, de l'ordre de 50 %, une meilleure productivité, moins de risques sur la qualité métallurgique du produit, la possibilité de créer des pièces creuses, plus légères, la réparabilité… Dès lors, Naval Group va accélérer ses investissements annuels dans les technologies additives, passant de 3 millions d'euros à 7 millions cette année. Le groupe étudie aussi la possibilité de fabriquer ainsi d'autres éléments, dont des échangeurs, des carlingages ou d'autres pièces structurelles.

Romain Tiercin prépare ses œuvres à la fonderie Ilhat

La Dépêche Le soudeur prépare le moule de l’œuvre de Romain Tiercin au centre à côté de Jean-Claude Bru, directeur de La fonderie

Jean-Claude Bru : "Le fondeur d’art, c’est la troisième main du sculpteur" Jean-Claude Bru, présentant une sculpture fondue récemmentJean-Claude Bru, présentant une sculpture fondue récemmentJean-Claude Bru, présentant une sculpture fondue récemment Expositions, Haute-Garonne, Flourens

vendredi, 15 janvier 2021

Freyssinet Aéro Equipment mise sur une fonderie titane 4.0 pour se démarquer

France Relance :

Freyssinet Aéro Equipment investit huit millions d'euros dans une fonderie titane. Le sous-traitant tarnais Freyssinet Aéro Equipment investit huit millions d'euros pour s'équiper d'une fonderie titane numérisée.

L'entreprise a reçu un coup de pouce de France Relance pour développer ce savoir-faire stratégique, principalement détenu à l'heure actuelle par des sociétés américaines. Une dizaine de personnes seront recrutées en 2021 pour le projet et 50 emplois pourraient être créés à plus long-terme. C'est en misant sur l'un des plus vieux métiers du monde, que Freyssinet Aéro Equipment compte se démarquer dans l'univers très concurrentiel de la sous-traitance aéronautique mécanique. Cette PME tarnaise d'une centaine de salariés investit huit millions d'euros pour créer une fonderie titane 4.0, dernière pierre à l'édifice de la diversification de la société.

"Depuis que j'ai repris la société en 1994, j'ai fortement développé l'activité aéronautique sans participer à la supply chain d'Airbus. Nous réalisons de l'usinage de pièces plutôt pour les équipementiers, notre plus gros client étant Safran. Pour nous différencier du sous-traitant en mécanique simple, nous avons ajouté au...

la première mondiale de Naval Group : Fabrication additive métallique :

Le Télégramme -

Premier bâtiment de guerre équipé d’une hélice sculptée par ajout de matière, l’Andromède inaugure une nouvelle ère industrielle et opérationnelle. Fabrication additive métallique : la première mondiale de Naval Group En novembre 2000, le Charles de Gaulle défraie la chronique. Lors de sa campagne d’essais en Atlantique, le porte-avions nucléaire casse l’une de ses hélices géantes. Un défaut de fabrication lors de leur fonderie l’avait fragilisée. Avec la première mondiale dévoilée, ce mercredi, par Naval Group et le Service de soutien de la flotte, ce risque sera bientôt quasi nul. Depuis la fin de l’année, apprend-on, l’Andromède est propulsée par une hélice produite par fabrication additive. Basé à Brest, ce chasseur de mines de la classe tripartite est le seul navire de guerre en service à posséder un organe aussi vital issu de ce procédé innovant, que les Anglo-Saxons appellent le « WAAM » ; il lui a été greffé à l’occasion de sa modernisation en profondeur.

Des Regards Saint Gobain-Pam.... pour le Téléthon

Mourad Toumi nous confirme :

Objectif atteint pour Eric Ebelmann (Saint Gobain Pam Blenod) Toute la production 2020 a été vendue au profit du Téléthon. Merci à son épouse Nathalie qui est une assistante parfaite ! L AAESFF renouvellera cette opération en Décembre 2021 et vous retrouverez aussi des trophées Regards pour les Fonderiales de Janvier 2022.

jeudi, 14 janvier 2021

Jean Marc Jancovici

De zéro il y a plus de 10 ans, éolien et solaire représentent désormais 20% des 135 GW de puissance électrique installée dans notre pays. Pour autant, pouvons nous compter dessus à tout instant ? L'hiver est peu ensoleillé (par définition), et la nuit ne l'est pas du tout (par définition aussi !). Depuis le début de 2021, le maximum quotidien du solaire a été de 1,6 à 3 GW, et l'éolien n'a pas dépassé 3GW. Selon l'heure et le jour, l'ensemble a fourni de 1% (autrement dit rien) à 5% (presque rien) de la demande. Imaginons maintenant un solaire multiplié par 4 et un éolien multiplié par 2,5, soit la version haute du plan gouvernemental (https://lnkd.in/dBk563c ), avec une demande identique (alors que sans covid et avec véhicules électriques et pompes à chaleur elle augmente).

Au maximum de consommation électrique de 2021 (87 GW Jeudi à 19h), le solaire aurait fourni 0 GW (il fera toujours nuit à 19h !), le vent 8, et l'hydro environ 20 : resteraient 60 à trouver...

Si nous voulons une alimentation électrique garantie, augmenter éolien et solaire ne conduira donc pas à supprimer des réacteurs (surtout si charbon et gaz - fossiles - sont supprimés), mais à baisser leur facteur de charge. Cela s'explique (https://lnkd.in/gZVfYjc ), sauf dans les discours électoraux simplistes !

2020, l'année qui a chamboulé l'automobile mondiale

Les Echos -

L'année qui s'achève restera historique dans l'industrie automobile. La crise sanitaire a provoqué une chute des volumes sans précédent, mais dans le même temps les ventes de véhicules à batteries ont explosé, et l'hydrogène est devenu l'espoir numéro un comme carburant du futur. L'année sera aussi charnière pour Tesla et Renault, pour des raisons toutefois très différentes. Les ventes mondiales de voitures neuves ont chuté de 16 % en 2020, à 76 millions d'unités selon IHS.

, L'année qui vient de s'écouler restera forcément pour tous dans les annales. Mais l'automobile aura sans doute été, avec l'aéronautique, l'un des secteurs industriels les plus touchés par la crise sanitaire qui a secoué la planète. Tour d'horizon de quelques grandes tendances marquantes.

La pandémie fait plonger les marchés L'effondrement a été historique. Même la crise de 2008-2009 n'avait pas provoqué une chute des marchés automobiles de l'ampleur de celle que la pandémie de Covid-19 aura provoqué cette année. Ies ventes de véhicules légers neufs dans le monde auront dégringolé de 16 % cette année, à 76 millions d'unités, loin des 94,3 millions atteints en 2017, un record.

Le marché automobile français a sauvé les meubles en novembre

Covid : le surprenant rebond estival des constructeurs automobiles

Mais l'ampleur de la chute des ventes laissera forcément des traces.

Les ventes de voitures électriques décollent enfin

« Les Echos » avaient baptisé 2018 « l'an I de l'électrique », pour illustrer la déferlante de nouveaux modèles à batterie sur les marchés automobiles. 2020 sera incontestablement l'année où les ventes ont vraiment commencé à décoller. En Europe de l'Ouest, elles auront doublé cette année : de 545.000 unités l'an dernier, les volumes (voitures 100 % électriques et hybrides rechargeables) ont bondi à plus de 1 million d'unités au bout de onze mois seulement. Ils représentent 10 % du marché, contre 3,9 % en 2019. Ce qui est loin d'être négligeable, même s'il est vrai qu'avec la crise sanitaire, 2020 n'est pas une année « normale ». « Cette croissance a représenté une vraie surprise : 2020 sera une année charnière pour l'électrique », souligne José Baghdad, chez PwC.

Les Tesla Model 3, Renault Zoe, ou autres Peugeot e-208 ont débarqué sur nos routes, et ce malgré des infrastructures de recharge encore insuffisantes. « La banalisation du lithium ion et l'amélioration de l'autonomie a permis de rassurer les acheteurs », souligne Flavien Neuvy, directeur de l'observatoire Cetelem de l'automobile. Autre facteur de succès, les généreuses subventions à l'achat accordées par certains gouvernements (la France et l'Allemagne, notamment), pour verdir leur parc mais aussi pour soutenir une industrie fragilisée par la crise sanitaire.

Les ventes de voitures électriques passent le cap du million en Europe

« Notre vision, c'est que les véhicules électriques deviendront un choix raisonnable, en termes de coût, à compter de 2022 ou 2023, avec la baisse à venir du prix des batteries », avance Xavier Mosquet, au BCG. Les gouvernements devront donc maintenir leur soutien encore quelques années pour ne pas voir le marché s'effondrer.

L'industrie auto prend date sur l'hydrogène

Les centres de recherche et de développement et les usines, le virage de l'hydrogène a bel et bien été pris. Equipementiers et constructeurs anticipent l'essor des ventes attendu dans 5 ans, d'abord dans les poids lourds, les bus ou les véhicules utilitaires . Encouragées par la Commission européenne (qui a présenté début juillet sa « stratégie hydrogène ») et le gouvernement français (qui a fait de même en septembre , avec 7,2 milliards d'euros de crédits publics promis sur 10 ans), les entreprises pionnières dans la mobilité hydrogène accélèrent l'allure.

Hydrogène : les industriels français dans les starting-blocks

Les équipementiers tricolores sont en pointe : Faurecia, pour qui la décennie à venir sera celle de l'hydrogène, lorgne sur le marché des systèmes de stockage et a remporté en février une première commande d'envergure, avec 10.000 réservoirs à hydrogène à fournir pour les poids lourds du coréen Hyundai.

Tesla hypnotise la Bourse A l'automne 2019, les professionnels de l'automobile qui prophétisaient l'éclatement de la « bulle » Tesla étaient encore nombreux, d'autant que le fabriquant californien de voitures électriques avait bouclé les 6 premiers mois de l'année sur une perte de 1,1 milliard de dollars. Mais depuis, le patron Elon Musk a écoeuré ses détracteurs, au cours d'une année 2020 qui restera dans les annales de sa société.

Habituée aux résultats en dent de scie, Tesla a enchaîné pour la première fois 5 trimestres consécutifs dans le vert (série en cours), malgré les turbulences liées à la crise sanitaire. Certes, les bénéfices sont encore très largement dus à la vente de crédits CO2, mais la rentabilité de l'activité automobile ne cesse de progresser, grâce à la réduction des coûts et l'augmentation des volumes. Le groupe dispose désormais d'une deuxième usine à Shanghai, inaugurée en un temps de record, et celle en cours de construction dans la banlieue de Berlin est partie sur les mêmes bases.

Chez Renault, la lumière au bout du tunnel

Pour les salariés de Renault, 2020 sera à la fois l'année où le Losange a touché le fond, et celle où l'espoir est enfin revenu. L'arrestation spectaculaire du tout-puissant PDG, Carlos Ghosn, en novembre 2018, avait entraîné le constructeur tricolore dans une spirale négative : sidération, crise de gouvernance, retards dans les diagnostics et les prises de décisions… Des ingrédients ayant précipité le groupe dans le rouge, avant même la crise sanitaire : il annonce dès février, sur l'année 2019, ses premières pertes depuis 2009 (140 millions d'euros). Fin juillet, c'est ensuite le grand plongeon, avec un déficit net de plus de 7 milliards sur le premier semestre 2020.

Le vaste plan d'économies de 2 milliards d'euros, annoncé en février et détaillé fin mai, contribue aussi à plomber le moral des salariés : visant notamment à réduire drastiquement les capacités de production, il prévoit 15.000 suppressions d'emplois dans le monde, dont 4.600 dans l'Hexagone.

L'espoir revient pourtant avec l'accession de Luca de Meo à la tête du Losange. On attend surtout de ce « génie du marketing » qu'il aide Renault à lancer des voitures à succès et… à forte marge. Il doit dévoiler son plan stratégique le 14 janvier.

Renault : plan stratégique de Luca de Meo

Lees Echos -

Avec sa « Renaulution », il prévoit notamment de renforcer le plan d'économies déjà lancé, et de passer Alpine en marque 100 % électrique. Le commerce d'énergie et de données devra fournir 20 % des revenus d'ici 2030.

Des identités de marque plus affirmées Le groupe, dont l'un des grands défis est de relancer des véhicules emblématiques à forte marge, notamment sur le segment C des voitures familiales, annonce 24 lancements de nouveaux modèles d'ici 2025, dont la moitié sur les segments C et D, et au moins 10 véhicules électriques.

Dans ce cadre, Renault sera la marque de « La Nouvelle Vague », qui incarnera la modernité et l'innovation. C'est la marque qui doit porter le renouveau du segment C, celui qui permettra au groupe de relever ses prix et d'améliorer ses marges. Il s'agit de devenir « leader de l'électromobilité », avec la moitié des lancements en Europe qui seront des véhicules électriques. La marque vise 35 % de véhicules hybrides dans son mix. Parmi ces lancement, une nouvelle R5, dont le prototype a été présenté ce jeudi, ressuscitera le modèle-phare du groupe dans les années 70.

Fonderie Passionnément !!!

Loire Fonderie nous étonne chaque jour .

Vous aussi faites nous connaître vos savoir - faire au travers de vos réalisations.

Le chasseur de mines « Andromède » navigue avec une hélice 3D !

Ouest France _ C’est sans doute une première mondiale : l’industriel Naval Group vient d’équiper l’un des sept chasseurs de mines tripartites basés à Brest (Finistère) d’une hélice « nouvelle génération », issue de la fabrication additive. Une révolution L’hélice nouvelle génération est issue d’une fabrication additive à Nantes-Indret (Loire-Atlantique). Elle équipe, pour la première fois, un navire de la Marine nationale, en l’occurrence le chasseur de mines tripartite « Andromède ».

Près de 2,50 m de diamètre pour une masse de 1 500 kg. Ce sont les dimensions de l’hélice nouvelle génération conçue par l’industriel Naval Group sur son site de production de Nantes-Indret (Loire-Atlantique).

L’objet équipe désormais l’un des dix chasseurs de mines tripartites français, l’Andromède, l’un des sept CMT basés au port de Brest (Finistère).

Mise à jour : la fabrication additive

mercredi, 13 janvier 2021

Des Grenades .... décoratives

Petite vidéo très intéressante sur le long projet de refabrication des grenades de la porte de Paris à Lille

porté par Philippe Costes, professeur de fonderie aux Arts de Lille.

mardi, 12 janvier 2021

Monument funéraire de Victor Noir par Jules Dalou au cimetière du Père-Lachaise (1891)

Victor Noir, né le 27 juillet 1848, mort à Paris le 10 janvier 1870, est un journaliste français tué à l'âge de 21 ans d'un coup de feu par le prince Pierre-Napoléon Bonaparte, un parent en disgrâce de l'empereur des Français, Napoléon III.

Son meurtre suscita une forte indignation populaire et renforça l’hostilité envers le Second Empire. Son monument reçoit bcp de visites et suscite bcp d'intérêts....pour d'authentiques patines naturelles ?

Un symbole républicain 21 ans après sa mort, devenu un véritable symbole républicain, Victor Noir est transféré au cimetière du Père Lachaise. En 1891, le sculpteur Jules Dallou édifiera sur sa tombe un flatteur gisant de bronze d’un réalisme déconcertant. Encore en bon état aujourd’hui, on peut voir l’impact de la balle sur sa poitrine, les coutures de ses gants, le chapeau qu’il a lâché en tombant à terre… et un certain gonflement au niveau de la braguette.

Lire la suite...

Saint Jean Industries recherche Technicien Méthodes Fonderie

pour l'usine de Belleville (69)

L'annonce de technicien méthodes fonderie

contact Diane De Magneval : diane.de-magneval@st-ji.com

1750 Création de la fonderie de Ruelle en Charente

RCF

Fonderie passionnément

Avec Martin Lécole le patron de Loire Fonderie (42) fier de cette pièce très noyautée.

Bravos !

Buste de Charles de Gaulle à la fonderie Bronze d'Art Serralheiro à Port-sur-Saône

L'EST Républicain -

Près de 150 heures de travail pour un buste de 80 kg pour 80 cm de hauteur.

Aude Serralheiro, artiste bronzier

L'initiative de ce projet revient à Jean-Pierre Journey. Son idée a pris forme grâce à l'artiste Jean-Marie Grandgirard, qui a réalisé l'œuvre originale en terre. La fonderie a exécuté la coulée du bronze à cire perdue. L'artiste Jean-Marie Grandgirard avec Aude Serralheiro, artiste bronzier. Photo Bruno Grandjean

Le buste en bronze du général de Gaulle sera inaugurée le 18 juin prochain, place du 11e-Chasseur à Vesoul.

- page 1 de 1001